Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Les attentats, la terreur et Mumbai

“Qui a bien pu s'attaquer à l'Inde?” Voilà la question que l’on se pose actuellement tandis qu’un autre jour horrible se lève pour des millions de personnes vivant sur le sous-continent indien. Les attentats vont bien au-delà du terrorisme; les blogueurs sont certains qu’il s’agit d’une guerre. Qu’a fait le gouvernement indien jusqu'à présent? Est-ce le moment de le mettre en doute ou de le critiquer ? Les analystes politiques spéculent sur des groupes terroristes, alors qu’ils sont actuellement dans l’incertitude.

Desh, sur le blog Drishtikone [en anglais, comme tous les liens], est sûr qu'il s'agit d'une guerre, mais pas d'une guerre religieuse.

… Je ne veux pas que l'excuse du terrorisme soit invoquée plus longtemps. Oui, ces types ont répandu la terreur… mais NE VOUS TROMPEZ Y PAS … ce n'est PAS du terrorisme, c'est une GUERRE. Une guerre comme n’importe quelle autre ! Si nous considérons ceci comme du terrorisme et si nous nous écartons du sujet en évoquant le fait que les nationalistes hindous ne devraient pas se venger et que nous épiloguons sur toute cette rhétorique de la « résilience des Mumbaikars (habitants de Mumbai)» etc… alors, nous passerons à côté de l’essentiel, à savoir qu’IL S’AGIT D’UNE GUERRE, comme N'IMPORTE QUELLE AUTRE qu’un ennemi aurait pu nous déclarer.

Confusedgatha, sur le blog Retributions, doute des leaders politiques indiens et cela ne le réjouit pas.

Alors que l'état indien s’occupe d’exterminer tous ceux qui ont essayé de paralyser les capitaux financiers indiens, il incombe désormais à ceux d'entre nous forcés d’observer tout cela depuis la ligne de touche de soutenir l'état dans son exigence du moment. Car l'état dans un état-nation moderne est beaucoup plus qu'un gouvernement. Le gouvernement est seulement sa façade représentative qui peut changer à chaque cycle électoral. L'état, quant à lui, porte la foi collective du peuple indien, et incarne de diverses manières le concept même de nation indienne. Mettre en doute l'État à ce stade nuit donc à la notion même d'Inde. Viendra le temps de la récrimination, des autopsies, de la colère et effectivement celui de la responsabilité. Mais pour l'instant, comme en témoigne la rencontre entre le Premier Ministre Manmohan Singh et le leader de l'opposition L.K Advani, l'heure est à l'union.

Yossatin, de Offstumped, s’en prend directement au Premier Ministre Singh.

Dans un acte sans vergogne et avec un opportunisme grossier, le Premier Ministre a eu l'audace de feindre d’agir contre le terrorisme et même quand il l’a fait, il ne l'a pas “ordonné”. Il n'a fait aucune déclaration ferme annonçant une action décisive. Au lieu de cela, il n’a fait que nous rappeler qu’il était une poule mouillée en se contentant de faire une « suggestion ». Quand le bilan de la guerre à Mumbai sera établi, il sera incomplet s'il ne prend pas en compte la manière dont le gouvernement et les médias ont manqué de perspective sur cette guerre non achevée, et ce, par leur volonté d'établir des équivalences morales et de se faire bien voir sur le plan politique.

Bill Rogio est tout à fait certain qu'un autre groupe s’attribue le mérite de tout ceci et voici  ses arguments.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site