Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Congo (RDC) : Le meurtre d'un journaliste rappelle la fragilité de la démocratie

Malgré un cessez-le-feu annoncé à grands renforts de publicité,  les combats se poursuivent  [en anglais] dans la province du Nord Kivu de la République Démocratique du Congo. Un autre journaliste a été assassiné dans la région voisine, pourtant censée être plus calme. Le 21 novembre, Didace Namujimbo, qui travaillait pour la radio Okapi, parrainée par l'Onu, a été abattu [en anglais] en fin de journée d'une balle tirée dans la tête alors qu'il rentrait chez lui.

Le journaliste espagnol Hernan Zin avait rencontré Didace Namujimbo dans son bureau l'été dernier, lors d'un voyage à Bukavu entrepris afin de réaliser un reportage sur l'utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre. Il a décrit Didace sur son blog [en espagnol] Viaje a la guerra (Voyage au cœur de la guerre) :

Un hombre alto, de buena presencia, que hablaba un francés impoluto. El primer rostro amigo que encontré en el Congo.

Un homme haut de taille, élégant, qui parlait un français impeccable. Le premier visage amical que je rencontrais au Congo.

Et il ajoute [en espagnol] :

Además de una honda tristeza, me vuelven recuerdos de las conversaciones que mantuvimos sobre la muerte de su compañero Serge Maheshe, el 13 de junio de 2007. Hablamos sobre quiénes podrían ser los culpables, pues yo tenía la intención de incluir su historia en la sección de este blog Morir para contar.

Outre le fait que j'éprouve une profonde tristesse, je pense aussi aux discussions que nous avons eues au sujet de la mort de son collègue, Serge Maheshe, le 13 juin 2007. Nous évoquions les coupables potentiels, car  j'avais prévu de consacrer à son histoire un article sur ce blog, intitulé “Morir para contar” (“Mourir pour avoir parlé”).

Le chef d'édition de Radio Okapi, Serge Maheshe, avait été abattu d'une balle dans la tête le soir du 13 juin 2007, alors qu'il rentrait chez lui, exactement de la même manière que son collègue et ami Didace Namujimbo un an et demi plus tard. Une année après le meurtre de Maheshe, un ancien journaliste de Radio Okapi à Kinshasa, Cédric Kalonji, écrivait un article sur l'impunité dont bénéficient de tels crimes en RDC :

Je constate amèrement que la justice, pilier de l'autorité de l'État, qui est le fondement même de la démocratie ne fonctionne pas au Congo. Quand aurons-nous, et qui rétablira, une justice efficace et indépendante dans ce pays ?

A présent, Cédric s'interroge à nouveau sur l'état de la démocratie dans son pays :

En apprenant cette nouvelle, je suis partagé entre douleur, tristesse et colère. Je me demande comment la démocratie s'installera durablement dans un pays où on est visiblement allergique aux journalistes indépendants et professionnels. Devons-nous laisser le Congo entre les seules mains des hommes forts, ceux qui sont armés?

Kalire estime pour sa part que le meurtre de Didace Namujimbo peut être associé à beaucoup d'autres :

Comme Didace, ils sont nombreux à se faire tuer dans le Kivu.

Se faire tuer par «des inconnus», par on ne sait même pas qui : des «rebelles»? Des militaires congolais? Des bandes de pillards? Des voisins jaloux?

Comme Didace, ils sont des centaines à se faire tuer, violer par des «inconnus».

Mais Didace est… était journaliste.

C'est pourquoi sa mort peut parler pour celle des autres.

Sur le blog Radio Réveil FM, Freddy Mulongo évoque les six professionnels des médias qui ont trouvé la mort dans des circonstances similaires ces trois dernières années ; parmi eux Didace Namujimbo et Serge Maheshe. Dans son article, il résume les points communs de ces meurtres:

Les scénarios sont les mêmes : tous les journalistes congolais sont tués la nuit, à proximité de leur domicile, on retrouve sur eux l'argent, mais leur appareils téléphoniques… Et après on arrête des “innocents” que l'on présente comme des assassins. On organise une mascarade de procès souvent dans un auditorat militaire, il arrive parfois que les présumés assassins se rebiffent, pendant ce temps les vrais commanditaires courent toujours et jouissent de l'impunité.

Pour Freddy Mulongo, la situation des professionnels des médias en RDC est très périlleuse  :

Ils sont journalistes et professionnels des médias en danger car comme le dit si bien l'adage des Peuls dans l'extrême nord du Cameroun: “Si on rase ton camarade, mouille-toi la tête, ton tour arrive!” A qui le tour? Qui sera la prochaine victime?

Colette Braeckman, journaliste et écrivain belge spécialiste de l'Afrique centrale, s'est pour sa part interrogée dès qu'elle a appris l'assassinat de Didace Namujimbo :

Comment concilier ces assassinats, qui semblent être d'origine mafieuse ou politique, avec l'état de droit dont les élections de 2006 auraient dû marquer la naissance, avec « la fin de la récréation » solennellement annoncée par le président le jour de son investiture?

Cette semaine également, l'association Human Rights Watch a rendu public un nouveau rapport [en anglais]intitulé « We will crush you » («Nous vous étoufferons») [en anglais]  relatif au resserrement de l'espace politique en RDC, au sujet duquel Colette Braeckman note que « les deux années ayant suivi les élections sont très sévèrement critiquées ». Dans le résumé du rapport, on peut lire :

Des agents du gouvernement ont aussi menacé, arrêté, torturé, et au minimum harcelé des journalistes et membres de la société civile qui étaient liés à des opposants politiques ou qui s'insurgeaient contre les abus commis à leur encontre.

Le résumé conclut :

Les élections ne peuvent pas à elles seules apporter la démocratie. Les Congolais et les acteurs internationaux doivent travailler ensemble à la mise en place d'un système judiciaire indépendant et d'un parlement énergique, incluant une réelle force d'opposition afin d'améliorer le respect des droits de l'homme, de rendre les membres du pouvoir exécutif responsables de leurs actes et de compenser l'étroitesse de l'espace politique. L'échec de l'établissement de tels contrepoids mettra en danger la jeune démocratie congolaise.

(Photo de Didace Namujimbo prise dans son bureau de Radio Okapi à Bukavu en mai dernier par Elia Varela Serra)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site