Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Terreur à Mumbai, voix de poètes

Rien n'exprime aussi bien les sentiments que la poésie. Parfois, la complexité de l'écriture poétique permet de simplifier les difficiles problèmes de l'existence. Parfois, cela vous aide à composer avec votre environnement. Des poètes indiens ont été bouleversés par les attentats récents de Mumbai. Vous découvrirez les questions qu'ils se posent dans leurs poèmes, auxquelles ils répondent parfois eux-mêmes. Voici quelques uns de leurs vers.

Glory : Photo de 50mm sur Flickr, utilisée sous licence Creative Commons

Une petite fille de 12 ans, originaire de Bangalore, a mis ses émotions en mots. Immédiatement après l'annonce officielle de la mort des otages de Nariman House, Lavanya s'est enfermée dans une pièce pendant environ 15 minutes et, plus tard, a remis à son père Anand Krishna un poème en anglais intitulé “The city that never slept, slept” (La ville qui n'a jamais dormi, dort).

[…]Davantage de vies sont perdues,
Davantage de batailles sont livrées.
La guerre faisait rage,
Les armes faisant feu de toutes parts,
La victoire à personne n'a profité.

Les terroristes ont peut-être été tués,
Mais le vide que laissent ceux qui nous étaient chers n'est jamais comblé.
Les routes sont vides, tout est silencieux.
Mumbai, la ville qui n'a jamais dormi,
dort maintenant longtemps, profondément et fermement[.]

Vivek Sharma sur le blog Desicritics a recouru à des métaphores des légendes épiques indiennes pour décrire la terreur de Mumbai dans son poème en anglais, “Mumbai burns”:

[.]Avez-vous vu les reporters en pleurs décrire comme le Taj de Mumbai brûle ?
Combien seront victimes des Asuras (diables) avant que O Vishnou ne revienne en avatar ?

La balle fanatique chasse les gazelles là où la nostalgie est en deuil. 

Où est la machine qui étrangle nos espérances inachevées ? […]

Teal intitule son poème ‘Battle without a cause’ (Bataille sans cause, en anglais) sur le blog ~ Spero ergo sum ~. Elle espère vivre finalement en paix. Mais ses questions incessantes sont sybillines :

[…]Le pouvoir qui est au centre est-il devenu totalement insensible, sans but, et pourtant créateur de chaos, tapageur ?

Combien d'autres vont mourir, combien d'autres perdrons-nous ?

Avant qu'ils ne mettent en marche la colonne vertébrale et déchaînent

l'acte du châtiment contre ces grouillots maléfiques

qui, en dépit de l'éducation et des soins dispensés, commettent des atrocités

Comment osez-vous dérober ce que dieu a donné ?

Comment pouvez-vous passer votre chemin, comme si rien ne s'était passé ?[…]

Sandhya Ramachandran ne réussit plus à sourire sereinement. Elle ne trouve plus aucun refuge et fuit la terreur dans son poème “Why can’t I smile in peace?

[…]J'ai l'impression de n'avoir aucune rue
où courir, jouer et tomber !
Il n'y a nul lieu pour faire du vélo
nul lieu pour se cacher et ramper

Je suis une petite enfant de sept ans
avec ses livres, ses jeux et sa poupée
Pourquoi ne puis-je sourire en paix
C'est aussi mon monde à moi, après tout ![.]

Ashq, un ingénieur âgé de 28 ans originaire de Rajasthan, veut savoir quand tout cela prendra fin.  Il intitule son poème en hindi, “Aakhir kab tak?” (Jusqu'à quand?).

-ये सपने नहीं जानते ,
किसी हिन्दू को न मुस्लमान को ,
न ये जानतें है हिंदुस्तान को , न पाकिस्तान को ,
फिर क्यों उन्हें ही चुकाना पड़ता है हर बार इस क़र्ज़ को ,
क्यों भूल जाते है वो ‘कायर’ मानवता के अपने फ़र्ज़ को ,
क्यों आतंक को हमेशा जेहाद कहा जाता है ,
क्यों धरम को इस तरह नंगा नचाया जाता है I

Ils se moquent des rêves
de savoir si vous êtes hindou ou bien musulman
et savoir s'il s'agit de l'Inde ou du Pakistan
ne les intéresse pas non plus
Pourquoi alors payent-ils toujours la dette ?
Pourquoi ces lâches (terroristes) oublient-ils leur devoir envers l'humanité ?
et appellent la terreur jihad
(là où) le Karma est fait pour danser nu

Shreya Tiwari de Mumbai appelle tous les Indien à unir leurs forces contre la terreur dans son poème Untitled Hindi poem [en hindi] :

- आगे आओ मिलकर हाथ मिलायेंगे ,
भारत को फिर से आजाद कराएँगे ।
समझो बस इस धरती को अपनी माता ,
समझो सबको अपना ही भाई – भ्राता ।
नही ज़रूरत मुझको तख्तो ताजों की ,
नही ज़रूरत स्वागत की और बाजों की ।
मुझे ज़रूरत सबकी देश सुरक्षा में ,
मै मांगू बलिदान देश की रक्षा में ।
बोलो क्या मै ऐसे ही चिल्लाऊंगा ,
दो ज़बाब क्या ऐसे ही मै गाऊंगा ।
इंतज़ार है मुझको देश के पुत्तर का ,
इंतज़ार है मुझको सबके उत्तर का ।

Viens et unissons nos forces.
Essayons de libérer ce pays de la terreur
Ce pays est notre patrie et chaque Indien est notre frère
De couronne je n'ai besoin, et je ne souhaite pas gouverner non plus
De ton accueil je n'ai besoin
C'est nous unir pour protéger le pays dont j'ai besoin
De ton sang pour cette nation
Dis-moi, vais-je crier en vain ?
Dis-moi, vais-je continuer à chanter de cette manière ?
J'attends pour les enfants de ce pays
et c'est ta réponse que j'attends.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site