Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Zimbabwe : Vague d'enlèvements politiques

La journaliste et activiste des droits de l'homme Jestina Mukoko a été enlevée dans sa maison le mercredi 3 décembre à l'aube. Selon plusieurs rapports de la société civile, dont le blog Kubatana, publié par un groupe d'activistes en ligne [tous les blogs cités sont en anglais] :

Un groupe d'au moins douze hommes dans deux véhicules banalisés est venu chez elle. Elle a été enlevée en pijamas, pieds nus. 24 heures plus tard, il n'y a toujours aucune nouvelle de Jestina Mukoko ou du lieu où elle pourrait être, ni de qui peut l'avoir enlevée.

Jestina Mukoko est la directrice du Zimbabwe Peace Project  [projet de paix au Zimbabwe (ZPP)], une organisation locale de défense des droits de l'homme qui se charge de relever et de documenter les violations de droits de l'homme au Zimbabwe. This is Zimbabwe [en anglais], le blog du groupe de soutien de l’action civique au Zimbabwe Sokwanele, a écrit :

Mukoko et ZPP sont bien connus pour leur position courageuse, attirant l’attention sur la brutalité et les assassinats des supporters du parti MDC par les milices du Zanu PF, ainsi que par des agents de sécurité de l'État, au cours de la campagne et de l’élection présidentielle du 27 juin.


Suite à l’enlèvement de Jestina Mukoko, le groupe de soutien de l’action civique au Zimbabwe Sokwanele a lancé une campagne appelant le Southern African Development Community (SADC) et l'Union Africaine (UA) à intervenir d'urgence pour s'assurer que les activistes du MDC et Jestina Mukoko soient libérés avant qu'ils ne subissent d'autres violences. La campagne indique une liste d'actions à entreprendre pour aider à la libération de toutes les personnes enlevées : appeler le commissariat de police de Norton (le quartier où vit Jestina Mukoko), écrire des lettres, diffuser la nouvelle sous forme d'un widget sur les blogs et sites (ci-dessus).  Amnesty International  a également exigé  la libération immédiate de Jestina Mukoko qui, en tant que directrice du Zimbabwe Peace Project, est la personne la plus connue à avoir été enlevée au Zimbabwe à ce jour. 

Selon Sokwanele, le jour où Jestina Mukoko a été enlevée, six autres personnes ont été arrêtées à Harare :

Le secrétaire général du syndicat des enseignants progressistes du Zimbabwe (PTUZ) et conseiller général du congrès des syndicats du Zimbabwe (ZCTU), Raymond Majongwe, a été arrêté ainsi que six autres personnes aujourd'hui à 9h30 du matin, pendant qu’ils marchaient en face du bâtiment de la Reserve Bank du Zimbabwe (RBZ) [la banque centrale], le long de l'avenue Samora Machel. Un témoin oculaire a indiqué qu'un nombre non spécifié de femmes qui étaient avec Majongwe ont été tabassées et chassées de ce lieu.
[..] Le journaliste de SABC et ancien reporter de ZBC, John Nyashanu, a été arrêté, ainsi que deux autres journalistes, par la police anti-émeutes à 10h30. Les arrestations ont eu lieu au coin de la deuxième rue et de l’Union Avenue, au centre de Harare. Les circonstances de leur appréhension demeurent peu claires.

En outre, sur la page de campagne Arrêtez les enlèvements au Zimbabwe, Sokwanele publie la liste de 17 autres personnes dont l'enlèvement a été signalé et dont on est toujours sans nouvelles.

1.Concillia Chinanzvavana, présidente provinciale de l’Assemblée des femmes du MDC de Mashonaland West, ancienne candidate parlementaire pour Zvimba South et membre du Conseil National du MDC.
2. Son mari, Emmanuel Chinanzvana, conseiller municipal de Zvimba South.
3. Fidelis Chiramba, responsable de district Zvimba South, qui s'est présenté comme candidat sénatorial MDC pour Zvimba aux élections du 29 Mars.
4. Ernest Mudimu, candidat parlementaire MDC pour Zvimba North aux élections du 29 Mars.
5. Fanwell Tembo, organisateur de la jeunesse MDC pour Zvimba South.
6. Terry Musona, secrétaire provincial adjoint du MDC.
7. Lloyd Tarumbwa, activiste du MDC.
8. Violet Mupfuranhehwe, épouse du président des jeunes MDC de Zvimba South.
9. Collen Mutemagawo, président des jeunes MDC de Zvimba South.
10. Un enfant de deux ans, de Mupfuranhehwe et Mutemagawo.
11. Pieat Kaseke, activiste du MDC.
12. Gwenzi Kahiya, activiste du MDC.
13. Tawanda Bvumo, activiste du MDC de Chitungwiza.
14. Agrippa Kakonda, activiste du MDC.
15. Larry Gaka, activiste du MDC.
16. Chris Dlamini, activiste du MDC.
17. Baba vaSarudzayi.

Mise à jour du 8 décembre après-midi: selon Sokwanele, deux autres personnes du Zimbabwe Peace Project ont été enlevées aujourd'hui :

151 heures après l'enlèvement de la directrice du Zimbabwe Peace Project, Jestina Mukoko, dans son domicile de Norton, six personnes que l'on suppose être des policiers ont enlevé deux employés du ZPP, Broderick Takawira (coordinateur provincial) et Pascal Gonzo (chauffeur) de leur bureau situé à Mount Pleasant. Selon des témoins oculaires, les six agents sont entrés de force dans les bureaux ZPP, ont insisté pour voir Takawira, qu'ils ont forcé, avec Gonzo, à les accompagner dans un véhicule qui attendait et qui a démarré en trombe. 

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site