Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Europe Centrale et Orientale : la marque déposée ;-) et autres histoires d'Internet

Voici une sélection de billets récents (en anglais) de blogueurs à travers l'Europe centrale et orientale à propos de réseaux sociaux, de médias participatifs, d'activisme en ligne et autres dans ce domaine.

Eternal Remont écrit sur l'homme d'affaires russe Oleg Teterin, qui affirme avoir avoir déposé l'émoticon ” ;-)” : (qui signifie “sourire”)

[…] Vu que l'agence russe des brevets enregistre de nos jours une marque déposée pour à peu près n'importe quoi, Eternal Remont tente de déposer la marque «Oleg Teterin», (en cours), et s'attend à des royalties chaque fois que quiconque parlera, écrira, éditera, ou utilisera de manière quelconque cette expression dans tout média connu de l'humanité, existant ou futur. […]

Streetwise Professor a choisi une approche différente :

[…] M. Teterin, je vous dis : ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-)

Faites-moi donc un procès.

Russian Blog écrit sur le clone russe de Facebook, vkontakte.ru, qui, entre autres, semble un bon outil d'apprentissage des langues :

Quand on apprend une langue étrangère, communiquer est crucial. […] Je dis à mes élèves russes de suédois de rejoindre des communautés en ligne suédoises, et le même conseil vaut pour vous qui apprenez le russe : rejoignez une communauté en ligne russe ! Non seulement vous trouverez des quantités de clubs et de gens intéressants (ou sans intérêt), ou vous pourrez écrire à des étrangers sur un sixième de la surface de la terre (c'est tout juste la taille de ce pays), mais pour ceux d'entre vous qui débutez seulement dans l'apprentissage du russe, participer sera un défi en soi. En effet, il faut s'inscrire en russe. […] Il y a une version russe de Facebook, bien que tout à fait indépendante, et en aucune façon connectée à Facebook, sauf pour une chose : c'est une copie presque conforme de l'aspect qu'avait Facebook avant (l'ancien Facebook), traduit en russe. […]

Siberian Light interviewe Dmitri, le propriétaire et directeur d’Expatriates.ru, un nouveau site de réseau social dont les participants se multiplient rapidement :

[…] Qu'est-ce qui vous a donné l'idée de développer expatriates.ru ?

Pendant mes études à l'étranger, beaucoup de gens me posaient des tas de questions sur la Russie. J'ai décidé de créer une communauté où tout le monde trouvera les réponses à ses questions sur la Russie et où ils pourront parler et discuter des problèmes en rapport avec la Russie… […]

Siberian Light examine aussi quelques-uns des défis auxquels est souvent confronté un blogueur écrivant sur des questions géopolitiques sensibles – dans le cas présent, la Russie :

[…] Ces derniers mois, j'ai écrit des billets qui ont autant critiqué que loué la Russie. Je les écris parce que je pense que la Russie a souvent raison, bien qu'elle se trompe aussi beaucoup trop souvent.

Et beaucoup trop souvent, les gens m'envoient des conneries. D'habitude à cause de ce qu'ils croient que j'ai dit, dans le contexte de leur minuscule vision du monde, plutôt que pour ce que j'ai vraiment dit, dans le contexte d'un billet de blog entier, ou d'une série de billets. […]

Gray Falcon, un blogueur qui se consacre aux Balkans, semble partager les frustrations de Siberian Light :

Il y a presque dix ans que j'ai commencé à publier des commentaires en ligne, et je reste toujours perplexe devant le fait que les gens paraissent avoir une capacité remarquable de comprendre complètement de travers le sens d'articles entiers et de mettre le doigt sur une phrase ou une expression isolées pour en faire toute une affaire.

[…]

Ainsi, je me fais attaquer de façon routinière par des Albanais parce que je suis Serbe (peut importe ce que je dis, en fait – sauf si je soutiens l'UCK d'une façon ou d'une autre ; je deviens alors une figure emblématique de ce qu'il faut faire). Les Grecs m'en veulent, parce que j'ose dire «Macédoine» au lieu de FYROM ou d'autres choses de ce genre (au fait, Alexandre était un barbare, d'accord ? Le simple fait qu'il a adopté la culture de la Grèce antique et l'a répandue à travers le monde connu ne le rend pas plus Grec que pour moi ma religion orthodoxe).

Et maintenant je suis taxé de malveillance par les Macédoniens pour avoir souligné, mais oui, que la Macédoine d'aujourd'hui se trouve à l'intérieur les frontières du territoire libéré de l'empire ottoman par le Royaume de Serbie. […]

Belgraded écrit à propos du groupe Facebook célébrant le massacre de Srebrenica en 1995 (le groupe est fermé à présent; la traduction d'un précédent texte de GV par Sinisa Boljanovic à ce sujet se trouve ici) :

Ce qui m'a paru très intéressant, c'est que l'immense majorité de ses membres n'étaient même pas nés quand les guerres de l'éclatement de la Yougoslavie ont débuté, et qu'ils étaient encore au jardin d'enfants quand elles ont pris fin. Alors d'où tirent-ils leur «connaissance» et leur information sur le passé ? Qui a le plus d'influence sur leur vision du passé : leurs parents, les médias, leurs amis, la société dans son ensemble ?

[…]

Il n'y a pas de groupes haineux similaires en anglais, probablement parce que les administrateurs facebook peuvent réagir promptement s'ils peuvent comprendre de quoi il s'agit pour un groupe, sans attendre que de nombreuses personnes cliquent sur le bouton «rapporter» et leur traduise «Ubij [insérer ici la nationalité]». Je sais aussi que certains voudraient blâmer facebook et d'autres médias sociaux de rendre si accessibles les discours de haine, mais n'oubliez pas, ce ne sont pas des fusils qui tuent les gens.

Je suppose que facebook n'est pas encore considéré comme ayant tellement d'influence ou d'importance par les médias traditionnels, du moins pas dans les Balkans. Ceci en dépit du fait que la Serbie comme la Croatie ont environ 170.000 membres sur facebook chacune, un nombre respectable qui ne fera que croître dans le futur, avec la Bosnie à la traîne avec seulement 50.000 membres environ. En dépit que ce sont pour la plupart des adolescents. En dépit du fait que les membres postent des trucs sous leur vrai nom avec leurs photos jointes – sans la moindre peur ou sentiment de responsabilité que ce qu'ils postent pourrait être dangereux et soit faux. […]

Dans un autre billet, Belgraded souhaite la bienvenue à un nouvel arrivant sur la scène des magazines en ligne de Serbie :

White City Magazine est «le premier magazine urbain local en langue anglaise à Belgrade. Il est écrit entièrement en anglais, et entièrement par des auteurs serbes locaux pour un lectorat serbe.» Allez voir, ça a l'air bien, les articles sont très bien écrits, espérons qu'il survivra dans cette rude concurrence.

Scraps of Moscow passe en revue quelques nouveaux arrivants dans la «Moldavosphère» :

Les Moldavophiles devraient visiter ce nouveau site, Moldovarious, qui a été monté par un couple d’Autrichiens. Curieusement, les types derrière un autre projet intéressant lié à la Moldavie (ou plutôt, à la République moldave de Transnistrie) présenté ici sont également Autrichiens.

[…]

Et par barabanch, j'ai entendu parler d’un autre projet lancé récemment (russe), cette fois initié par des Moldaves et intitulé ThinkMoldova (aussi disponible en anglais). […]

L'un des participants au projet est l'épouse et collègue journaliste au New Times Natalia Morari. […]

Hungarian Spectrum écrit à propos du blog du Premier Ministre hongrois Ferenc Gyurcsány :

[…] Bon nombre de politiciens hongrois ont décidé à un moment ou à un autre de tenir un blog, mais au bout de quelques jours, ou au plus de quelques semaines, ils ont rendu l'âme. Ferenc Gyurcsány est une exception. Il a commencé à écrire un blog il y a environ deux ans et demi, juste avant les élections de 2006. […] Même en plein milieu d'une campagne exténuante, le premier ministre hongrois écrivait sur son blog pratiquement chaque jour de la semaine. De plus, il ne s'est pas arrêté après les élections, qu'il avait réussi à gagner pratiquement à lui tout seul. […] Je pense qu'une des raisons pour lesquelles il ne s'est pas arrêté, c'est que les lecteurs de son blog étaient si enthousiastes et solidaires qu'il a cru de son devoir de ne pas décevoir l'équipe qui le soutenait en paroles et en actes. A la fin, Gyurcsány et ses lecteurs ont organisé des rencontres en personne où les gens dévoilaient leurs pseudonymes, où ils faisaient connaissance les uns avec les autres et avec le premier ministre. Le fait est qu'il est un bon blogueur. Ses articles sont intéressants. Très souvent il dévoile des projets du gouvernement que les lecteurs de son blog sont les premiers à connaître. A présents les gens des médias visitent son blog chaque matin pour savoir ce qui se passe dans la tête de Gyurcsány. […]

Meglena Kouneva, une responsable politique bulgare, commissaire européenne à la protection des consommateurs et blogueuse, écrit ceci à propos des «réalités de l'e-commerce transfrontalier pour les consommateurs en Europe» :

Certains d'entre vous se sont plaints sur ce blog de ne pas pouvoir acheter par Internet dans certains magasins situés dans d'autres pays de l'UE. Je partage votre déception. Internet a la capacité de porter le marché unique européen à un niveau tout à fait nouveau, et de donner aux consommateurs une chance d'acheter ce qui est offert de mieux à l'intérieur de l'UE, en matière de choix, de prix et de qualité.

Mais le fait est que, bien qu'un tiers des citoyens de l'UE fassent déjà leurs achats sur Internet, 7% seulement achètent en ligne à d'autres pays membres que le leur. […]

Cyrus Farivar écrit ceci au sujet des pratiques électorales avancées en Estonie :

Le Parlement estonien […] vient d'approuver une loi permettant aux Estoniens de voter par téléphone portable. Cela fait de ce pays le premier du monde [à adopter ce système], environ 20 mois après que l'Estonie a tenu ses premières élections nationales où l'électorat pouvait donner ses suffrages en ligne.

[…]

Mise à jour (17 décembre) : j'ai parlé à Silver Meikar, un député estonien, qui m'a dit qu'en réalité ce n'est pas tout à fait un vote par téléphone portable. En fait, on utilise le système estonien de cartes d'identité numériques pour se servir de votre téléphone comme d'une pièce d'identité au lieu de votre carte d'identité et du lecteur. Vous avez toujours besoin d'un ordinateur et ‘une connexion Internet pour voter en ligne, mais dorénavant votre téléphone suffit au lieu de votre carte d'identité. Pas si excitant donc. […]

Window on Eurasia rapporte ce qui paraît être un mouvement dans la direction opposée en Russie :

Au nom de la lutte contre l'extrémisme, un groupe de députés de Russie Unie à la Douma a proposé une nouvelle législation qui permettrait au gouvernement d'imposer des sanctions à ceux qui diffusent ce que Moscou estime être du matériel «extrémiste» par Internet et de fermer les sits sur lesquels ils les publient.

[…]

Et même si la nature du réseau mondial est telle que les efforts du gouvernement russe dans ce domaine ne pourront probablement guère être vraiment suivis d'effet, de telles mesures contre ce que beaucoup considèrent comme le dernier espace médiatique libre en Russie représentent un nouvel acte d'intimidation de Vladimir Poutine et ses associés contre les membres assiégés de la société civile de ce pays. […]

En Lettonie aussi, l'Etat semble adopter une approche proactive dans ses relations avec le monde en ligne. Free Speech Emergency in Latvia a écrit la semaine dernière :

Selon des informations non confirmées, la Police de Sécurité lettonne a arrêté Valdis Rošāns, un néo-nazi auto-proclamé qui écrivait en détail ses opinions sur Internet (en letton), sous le pseudo de FENIKSS.

[…]

En harcelant un jeune cinglé de néo-nazi, la Police de Sécurité essaie peut-être de redorer son image après l'arrestation de l'économiste Dmitrijs Smirnovs et l'interrogatoire du musicien Frīdenbergs. Cela avait provoqué un tollé intenational.

Je ne pense pas qu'il y aura beaucoup de monde pour soutenir Valdis Rošāns, mais son cas devrait être signalé. […]

Au début du mois, Aleks Tapinsh de All About Latvia a écrit sur GV (traduction ici) au sujet de l'affaire Dmitrijs Smirnov et de la situation de la liberté d'expression en Lettonie sous l'angle de la crise économique. Il a publié sur son blog une photo d'un t-shirt arborant un message ironique pour la police de sécurité lettonne :

Avis à la police de sécurité : je reconnais que j'ai retiré de l'argent de ma banque hier. Merci de ne pas m'arrêter. C'était pour acheter du lait et du pain, et pas pour déstabiliser le système financier de la Lettonie.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site