Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Porto Rico : Le nouveau permis de tuer des arbres

Une récente circulaire du Secrétariat d'Etat à l'Agriculture de Porto Rico a provoqué une avalanche de réactions dans la blogosphère porto-ricaine. Sur l'île de Porto Rico, si une personne veut abattre un arbre, il ou elle doit demander l'autorisation de l'agence des ressources naturelles. Du moins, c'était la procédure en vigueur jusqu'à récemment, jusqu'au jour où  le secrétaire général de l'agence, Javier Velez Arocho, a signé cette circulaire qui permet désormais d'obtenir automatiquement une autorisation pour couper un arbre.

La procédure mise en place par la circulaire permet d'accorder automatiquement l'autorisation d'abattage pour dix arbres au maximum à quiconque présente la photo de l'arbre ou des arbres en question. Avant cela, toute personne qui voulait abattre un arbre devait fournir une justification et un inspecteur de l'agence se rendait sur le site pour vérifier que  a) l'arbre n'appartenait pas à une essence protégée et b) que la personne avait de sérieuses raisons d'abattre l'arbre.

La blogueuse Ivonne Acosta sur Sin Mordazas a été la première à donner l'alarme, en résumant la circulaire dans ce billet:

Miren lo que se incluye en este permiso de Vélez Arocho:
• las personas que interesen tumbar los árboles pueden obtener el permiso el mismo día
• la intención es agilizar el procedimiento (o sea: que se tumben árboles más rápido)
• aplica a todos los municipios menos Ponce y Carolina (que emiten los permisos localmente)
• la orden administrativa aplica de inmediato y habrá un “técnico evaluador”
• el “técnico evaluador” firmará la autorización el mismo día siempre y cuando los documentos presentados provean información suficiente
• esta “información suficiente” no incluye el examen por parte del DRNA de los árboles a cortarse, basta con que los que quieren tumbarlos presenten dos fotos de cada árbol
• el peticionario debe presentar evidencia de la tenencia de los terrenos donde ubican los árboles a tumbar (o permiso si son estatales o municipales)

Regardez ce que la circulaire de Vélez Arocho comprend :
-la personne qui souhaite abattre un arbre peut obtenir l'autorisation le même jour
-l'objectif est d'accélérer la procédure (autrement dit, de couper les arbres plus rapidement)
-toutes les communes sont concernées, à l'exception de Ponce et Carolina, où les permis d'abattre sont délivrés localement.  
- La circulaire prend effet immédiatement, les demandes seront examinées par un technicien. Le technicien signera l'autorisation le même jour si les documents fournissent des informations suffisantes.
– le terme “ informations suffisantes” ne recouvre pas l'inspection du terrain par l'agence des ressources naturelles. Il suffit à la personne qui demande l'autorisation de présenter deux photos de chaque arbre.  
-le demandeur doit fournir la preuve qu'il ou elle est propriétaire du terrain où se trouve l'arbre (ou présenter l'autorisation de la mairie si le terrain appartient à la commune ou à l'état)  

Bien décidée à suivre cette affaire, Ivonne Acosta a reproduit deux jours après ce premier billet l’ éditorial du quotidien de l'île, El Vocero  (en espagnol) et une caricature (en espagnol), consacrés tous deux aux dernières nouvelles. Elle est également allée plus loin en lançant une pétition en ligne (en espagnol), qui, au moment de la publication de ce billet, avait récolté plus de cent signatures.

D'autres blogueurs ont rejoint Ivonne Acosta pour ce qui peut être considéré comme la plus importante mobilisation de blogs portoricains jusqu'ici, comme le blog satirique El Ñame (en espagnol) et le blogueur  Edwin Vazques de Cargas y Descargas (en espagnol), qui écrit :

Para los que se estén preguntando por qué el límite de 10 árboles tiene que ver con el sistema métrico. Tiene que ser. Seis árboles suena muy anticristo. Cinco trae cuestionamientos estadísticos. Uno lo tumba cualquiera sin que el vecino se entere. Ocho es un número algo estúpido. Ah, pero diez, he ahí un número redondo.

Pour ceux qui essaient de comprendre pourquoi la limite est fixée à dix arbres, c'est à cause du système décimal. C'est forcément la raison. Six arbres, ça sonne comme l'antéchrist. Cinq poserait des problèmes de statistiques. Un peut être abattu par n'importe qui sans que les voisins le remarquent. Huit est un chiffre stupide. Mais dix, ah, dix, voilà, vous avez un chiffre rond…

D'autres blogueurs (tous les blogs sont en espagnol) se sont unis à la demande faite à Javier Velez Arocho d'annuler cette circulaire, dont Elco Lao, Mario Nuñez de DigiZen, Siluz de Escribiendo en Vos Alta, Cesar de La Opinion que Nadie Pidió, qui, avec Enfogoná de Clientela furiosa  a publié un émouvant appel pour “sauver nos arbres”, Coloquiando con Don Segundo y Doña Bianca , qui appelle à une “mobilisation urgente” et Pepe Grillo la Guía Verde, qui qualifie la circulaire d'”arbricide”.

Myrisa, du blog En el país de los ciegos… s'est montrée très pro-active, en envoyant des e-mails à d'autres blogueurs pour leur demander de mettre à la disposition de leurs lecteurs un espace de commentaires sur leur blog, afin que d'autres internautes puissent participer à la campagne. Son appel semble avoir été entendu. Le blogueur Pegao de Sal Pa’ Fuera a déjà mis un lien sur son blog orientant ses lecteurs vers la pétition en ligne. Deux groupes sur Facebook ont également été créés, ici et ici.

Force est de reconnaître que la blogosphère portoricaine a su se faire entendre sur ce problème urgent.

Photo du Bosque del Pueblo (forêt du peuple) à Adjuntas, Porto Rico, de “Oquendo” sur Flickr.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site