Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Iran : Une longue et douloureuse histoire de blogueurs emprisonnés

Le blogueur et journaliste iranien Omid Reza Mirsyafi a été condamné [en arabe] à deux ans et demi de prison cette semaine. Il est accusé d'avoir insulté les leaders religieux et fait oeuvre de propagande contre la République islamique. Durant ces cinq dernières années, plusieurs blogueurs ont été persécutés et emprisonnés [les liens qui suivent sont en anglais] en Iran à cause de leurs blogs. Certains ne sont restés que quelques jours en prison, d'autres ont été condamnés à plusieurs années.

Simon Columbus, un chercheur qui étudie les cas des blogueurs emprisonnés de part le monde (ses recherches ne sont pas encore publiées) a estimé, dans un e-mail qu'il m'a adressé, que le nombre de blogueurs iraniens qui ont été arrêtés uniquement à cause de leurs activités sur Internet approchait la vingtaine. Il a comptabilisé un total de 30 blogueurs iraniens emprisonnés pour activités politiques sans relations directes avec leurs blogs.

Arrestations individuelles et collectives

Sina Motalebi a été le premier blogueur iranien emprisonné. Il a été arrêté en avril 2003 par la division des renseignements chargée de faire respecter la loi pour ses écrits sur son blog et dans d'autres médias et pour les interviews accordées à des médias étrangers. Il a passé 23 jours en cellule d'isolement dans un centre de détention secret avant d'être relâché sous caution. En décembre 2003, Sina a quitté l'Iran pour les Pays-Bas où il a demandé l'asile politique.

Entre août et novembre 2004, la police judiciaire, mandatée par le procureur en chef de Téhéran Saeed Mortazavi, a emprisonné plus de 20 blogueurs et journalistes en ligne. Après leur libération, certains d'entre eux ont témoigné devant une commission présidentielle, racontant en détail les mauvais traitements dont ils avaient été victimes pendant leur détention. Hanif Mazroi, Massoud Ghoreishi, Fereshteh Ghazi, Arash Naderpour et Ahbobeh Abasgholizadeh ont comparu devant la commission le 25 décembre 2004. Le 1er janvier 2005, Omid Memarian et Ruzbeh Mir Ebrahimi ont également témoigné des mauvais traitements qu'ils avaient reçus.

Memarian écrit de ceux qui l'ont interrogé lorsqu'il était en prison : « Ces gens n'avaient que l'apparence d'êtres humains ». Le blogueur ajoute : « Lorsque je suis sorti de prison, je me suis dis, oublie ces gens et ne les laisse pas entamer ton optimisme. Mais cette expérience est toujours gravée dans ma mémoire. Je me souviens encore du chuchotement des gardiens et du bruit de la clef tournant dans la serrure de la porte de ma cellule ».

« Tout ça pour des chiens ! »

Reza Valizadeh, journaliste et blogueur, a fait l'objet d'une plainte émanant de la présidence iranienne et a été emprisonné en novembre 2007. Plusieurs blogs et sites Internet iraniens soutiennent que la raison principale de son arrestation était d'avoir révélé que le personnel de sécurité d'Ahmadinejad avait acheté quatre chiens en Allemagne pour la somme de 150 000 dollars US par chien. Il a été relâché après quelques semaines de détention.

Pas d'insultes, s'il vous plaît

Mojtaba Saminejad a été arrêté pour la première fois en novembre 2004. Il a été libéré sous caution le 27 janvier 2005 et arrêté à nouveau le 12 février 2005 parce qu'il ne pouvait pas payer sa caution.

D'après les partisans de Mojtaba Saminejad, ce dernier aurait été arrêté parce qu'il avait évoqué, sur Internet, l'arrestation de trois autres blogueurs. Officiellement,  Saminejad était suspecté d'avoir insulté le chef de l'état iranien, le leader suprême, d'avoir « mis en danger la sécurité nationale » et d'avoir « insulté les prophètes ». Il a été jugé coupable et condamné à deux ans et dix mois d'emprisonnement.

Le 28 juin 2005, Mojtaba Saminejad a été jugé non coupable d'avoir « insulté les prophètes » (délit puni de la peine de mort). Il a été libéré il y a quelques mois mais subit toujours des pressions.

Détenu pendant plus d'un mois

Il y a quelques semaines nous parvenait la nouvelle de l'arrestation à Téhéran d'Hossein Derakhshan (également connu sous le nom d’Hoder), un blogueur iranien bien connu. Les raisons de son arrestation sont mal connues mais certains avancent que ses deux voyages en Israël (largement médiatisés) en seraient la cause principale.

Le blogueur Z8tun rappelle [en arabe] que d'autres Iraniens ont été arrêtés pour s'être rendus en Israël mais qu'ils ont été relâchés après quelques heures d'interrogatoire. Certains pensent que Derakhshan, qui était devenu ces dernières années un partisan du gouvernement du président Ahmadinejad, a été arrêté parce qu'il a “insulté” des leaders religieux du pays. Il a lui-même affirmé dans des médias occidentaux [les liens qui suivent sont en anglais], en dépit des nombreux témoignages de blogueurs emprisonnés, que personne n'allait en prison en Iran à cause du contenu de son blog. Une campagne a été lancée sur Facebook pour obtenir la libération d'Hoder.

Pour plus d'information sur ce sujet, lisez « les blogueurs iraniens parlent de leur emprisonnement ».

Photographies de Mojtaba Saminejad sur Wikimedia Commons

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site