Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Amériques : Rétrospective de l’année 2008

Texte traduit par Marine Izopet et Marguerite Thevenin Viallet, de la classe préparatoire ECS3 du Lycée Ozenne de Toulouse, sous la supervision de Audrey Lambert, dans le cadre du projet pédagogique “Initiation à la traduction d'actualités”.

Le bombardement par les Forces Armées Colombiennes d’un camp de guérilleros appartenant aux Forces Armées Révolutionnaires de Colombie ( FARC ) et implanté à la frontière équatorienne, a provoqué une crise diplomatique entre les deux pays. La contribution du président vénézuélien Hugo Chavez aux joutes verbales a vite déclenché une véritable crise frontalière. L’équipe latino-américaine de Global Voices a rapidement constitué une page spéciale [en anglais] révélant les opinions et pensées de blogueurs originaires de ces trois pays.
Il s’agissait d’un simple exemple du travail de nos auteurs bénévoles, qui scannent les blogosphères de leurs pays respectifs pour faire entendre des voix de toute l’Amérique latine et donner un aperçu des propos tenus par les blogueurs sur les événements et l’actualité de la région.
En 2008, une multitude d’événements ont eu lieu en Colombie, notamment les secours portés aux otages détenus par les FARC. La plus connue des victimes kidnappées était l’ancienne candidate aux présidentielles Ingrid Betancourt, dont la libération a été célébrée dans le monde entier. En raison de ces tactiques déplorables, les FARC ont été publiquement rejetées par une foule de manifestants dans de nombreuses villes de toute la Colombie.

Photo de Mariacecita utilisée sous Licence Creative Commons

Photo de Mariacecita utilisée sous Licence Creative Commons

Les marches ont été une façon pour le peuple d’exprimer son mécontentement face aux politiques gouvernementales ou à l’inaction de ses dirigeants élus. Cela a été le cas à Mexicodes dizaines de milliers de Mexicains  ont défilé dans les rues pour protester contre l’incapacité du gouvernement à contrôler la criminalité, souvent associée au trafic organisé de drogue à l’origine de meurtres sauvages dans tout le pays, qui a aussi été suspecté du meurtre d’un haut fonctionnaire de la brigade anticriminelle.
En Argentine, protestations, manifestations et blocus ont paralysé le pays car des exportateurs cherchaient à rejeter la nouvelle taxe sur les exportations agricoles proposée par le gouvernement. Le Sénat a fini par voter contre cette mesure.

D’autres marches ont eu lieu, non pas pour protester mais par solidarité et soutien au gouvernement. Des paysans boliviens et des militants ont marché vers La Paz, où siège le gouvernement, afin de demander au Congrès de mettre en place un référendum sur le projet de constitution. La marche a également montré le soutien dont bénéficie le président bolivien Evo Morales.
Le soutien ou l’opposition envers les présidents d’Amérique latine varient. Un nouveau président, Fernando Lugo, ex-évêque catholique roman, a été élu en 2008 au Paraguay, symbolisant une nouvelle vague de changements et rompant avec les soixante-et-un ans de règne du Colorado Party.
Les élections et les référendums nationaux ont également démontré le soutien ou le rejet des électeurs face à la direction qu’un président souhaite prendre pour son pays. En Équateur, le président Raphaël Correa a vu sa cote de popularité augmenter lorsque la nouvelle constitution du pays a été massivement approuvée par  référendum.
D’autres chefs d’états ont fait la une par leurs actions, là où les blogueurs s’exprimaient, comme par exemple sur la décision du  président Costa Ricain Oscar Arias de demander au Dalai Lama de repousser sa venue dans le pays, quand de nombreuses personnes se sont demandées s’il s’agissait d’apaiser la Chine.
Plusieurs présidents ont du faire face aux désastres causés par Mère Nature. L’Equateur a été particulièrement touché avec l’éruption du volcan Tungurahua et les violentes inondations qui ont abouti à la déclaration d’un état d’urgence nationale. Le Guatemala a été également affecté par de fortes pluies, laissant les campagnes et les régions les plus pauvres du pays très vulnérables. Les glissements de terrain et les inondations au sud du Brésil, dans l’Etat de Santa Catarina, ont causé plus de 80 morts et ont représenté la plus importante catastrophe naturelle du pays en 2008.

Photo de Nelson Piedra utilisée avec sa permission

Photo de Nelson Piedra utilisée avec sa permission

Même si le tremblement de terre qui a ravagé les villes de Pisco et d’Ica s’est déroulé en  2007, des blogueurs ont examiné les progrès ou le manque de progrès dans les efforts de reconstruction un an plus tard.Voilà quelques uns des plus sérieux problèmes qui se sont déroulés dans la région et qui ont été abordés par l’équipe latino-américaine de Global Voices. Le prochain article mettra l’accent sur quelques unes des meilleures histoirs et articles publiés sur Global Voices au cours de l’année écoulée.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site