Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : Un pays divisé sur Gaza

Alors qu'un certain nombre de dirigeants arabes se réunissaient à Doha, le monde se demande comment leur rencontre pourrait amener une cessation des hostilités à Gaza. Le 14 janvier, il a été annoncé (en anglais) que le roi du Maroc Mohammed VI n'assisterait pas au sommet de Doha, ni à aucun autre, affirmant qu’ “ils ne serviront pas à grand chose pour aider le peuple palestinien”.

Le blog The View from Fez donne plus de détails (en anglais) sur l'absence du roi à ce sommet :

Un communiqué de presse du bureau du roi a annoncé mercredi que cette décision est due à des raisons objectives, et à des regrets relatifs à la navrante situation arabe, dont la détérioration a atteint un niveau sans précédent dans l'histoire de la coopération arabe.

Le simple fait de proposer la réunion d'un sommet arabe maintenant donne lieu à des chamailleries et à des surenchères, et même à des querelles entre pays arabes, a indiqué le communiqué, notant que, malheureusement, ces désaccords secondaires éclipsent les causes vitales de l’Oumma, et en particulier la question palestinienne, et obscurcissent l'essence même du conflit dans la région et font le jeu des véritables ennemis du monde arabe.

Le communiqué note que l'atmosphère de désunion donne à l'opinion publique arabe l'impression qu'il existe des tentatives de s'assurer un leadership exclusif du monde arabe ou de créer des axes ou zones d'influence particuliers, une perspective que le Maroc a toujours cherché à éviter.

Le blogueur marocain Taha Belafre a aussi commenté la non-participation du roi Mohammed VI, en disant :

Dans un communiqué du Cabinet Royal diffusé par l'agence de presse MAP, des explications sont données à cette non-participation.

Voici un extrait de ce communiqué:

“Quelle que soit la réalité objective et douloureuse des graves agressions externes, nous nous devons d'être francs avec nous-mêmes et de reconnaître que le problème réside dans le corps arabe lui-même et que, partant de cela, la solution est à trouver, d'abord, chez les arabes eux-mêmes”.

Ibn Kafka, en réaction à la déclaration complète du gouvernement marocain (disponible sur le site Internet de  la MAP – Maghreb Arabe Presse), affirme que “les commentaires sont superflus”,  et n'en dit guère plus.

Dans un commentaire, un lecteur exprime sa déception devant l'absence d'analyse d'Ibn Kafka  :

Je visite ce blog depuis quelques semaines. Et je suis frappé de ne trouver aucune analyse, aucun rappel historique, aucune approche politique.

De la part d’un juriste, je trouve que cela est bien faible, c’est dommage! Ce n’est pas ainsi que l’on y verra plus clair!

On détestera davantage les juifs, c’est sûr! Sinon, pas grand chose!

Et seule critique …celle de la décision de M6 [note de la traductrice : surnom du roi Mohammed VI] de ne pas participer à la mascarade organisée par les princes du golfe!

Alors que le débat sur la décision du roi fait rage, d'autres blogueurs se demandent simplement ce que peuvent faire les gouvernements arabes pour faire cesser les attaques israéliennes sur Gaza. Abdelilah Boukili est l'un de ces blogueurs (anglais).

Pour l'homme de la rue, il devrait y avoir une intervention militaire internationale avec l'Egypte, la Jordanie et le Liban pour arrêter l'agression israélienne. Mais c'est irréaliste. Les pays arabes n'ont pas d'armée comme l'OTAN avec des manoeuvres communes régulières et un état-major pour monter des opérations militaires communes. Il y a les calculs politiques qui rendent beaucoup de pays hésitants devant ce genre d'entreprise.

Les Arabes ont montré leur solidarité avec les Palestiniens par des manifestations, des condamnations et l'envoi d'aide humanitaire.

C'est aux Palestiniens de faire preuve d'unité entre eux avant de demander au reste du monde arabe de s'unir avec eux. Les divergences entre eux ne font que renforcer la division des attitudes sur la façon dont leur cause doit être soutenue.

Sur le blog Actual Digital (en espagnol), un billet intitulé “Non à la barbarie… Le massacre doit cesser,”, commente : “Quien quiere hoy borrar Gaza del mapa, mañana será borrado del mapa de Oriente Medio” [”Qui veut rayer Gaza de la carte aujourd'hui, demain sera rayé de la carte du Moyen-Orient”]. Le blogueur poursuit :

El infierno de Gaza no para, cuantos muertos y heridos espera Israel ver para anunciar su victoria, ¿quiere Israel borrar Gaza por completo del mapa? Si eso es lo que está haciendo hoy mañana no sabemos lo que les guarda el futuro. Todavía tras la masacre de más de mil personas inocentes y 5 mil heridos una de ellos mujeres y niños quiere continuar sus crímenes, niega al pueblo palestino vivir libre como todo el mundo. Políticos y militares dicen de misma voz “No han conseguido todavía sus objetivos..Desde 60 años dicen lo mismo, y qué son sus objetivos, más palestinos muertos, más masacres, más tragedias y ninguna luz en el horizonte o esperanza de vivir en libertad. ¿Eso es lo quiere Occidente ver?. Donde está esa la Comunidad Internacional, en este momento de dolor palestino parece que solo mueven para proteger sus intereses… y los de sus aliados ¿Por qué no se aplican los mismos standards y las mismas leyes internacionales para todas las naciones y pueblos?

L'enfer de Gaza ne s'arrête pas : combien de morts et de blessés Israël attend-il de voir avant d'annoncer sa victoire ? Est-ce qu'Israël veut que Gaza soit complètement rayé de la carte ? Si c'est là ce qu'ils sont en train de faire aujourd'hui, demain, nous ne savons pas quel avenir les attend. Pourtant, après avoir massacré plus de mille personnes innocentes et blessé 5 000 autres, dont des femmes et des enfants, Israël veut continuer ses crimes, refusant au peuple palestinien de vivre libre comme tout le monde. Les politiciens et les militaires disent d'une même voix qu'ils n'ont pas encore atteint leurs objectifs… Ils disent cela depuis plus de 60 ans, et quels sont leurs objectifs : plus de Palestiniens morts, plus de massacres, plus de tragédies et aucune lumière à l'horizon ni d'espoir de vivre en liberté ? Est-ce cela, ce que l'Occident veut voir ? Où est cette communauté Internationale, en ce moment de souffrance palestinienne, il semble qu'elle ne bouge que pour protéger ses intérêts… et ceux de ses alliés. Pourquoi les mêmes critères et les mêmes lois internationales ne s'appliquent-ils pas à toutes les nations et à tous les peuples ?

La blogueuse de Mon Paradis Inanimé s'attache au fait que l'opinion marocaine est divisée sur le conflit :

Au Maroc, les avis sont partagés sur cette affaire. J’ai été très étonnée et surprise de voir que des musulmans très pratiquants ne supportaient pas le Hamas : “Ce sont des gens qui se servent des civils et qui sont responsables de la mort d’autants d’innocents en Palestine!” disent-ils.

Les jeunes Marocains sont aussi divisés et du jour au lendemain une grande majorité des jeunes est devenue religieuse, comme par miracle! L’effet médiatique est à son comble. Malheureusement, une grande partie des jeunes se laissent emporter par les médias et manquent d’esprit critique. Hier encore, j'ai été supprimée de la liste de contacts d’un ami parce que je l’ai décrit comme antisémite, et ce, parce que je lui ai dit qu’il y a une différence immense entre un juif et un sioniste. Le judaïsme existe depuis des millénaires alors que le sionisme est centenaire. Les sionistes sont des personnes athées qui se sont servies des religions pour leurs profits personnels. Les juifs pratiquants déclarent haut et fort que dans leur livre religieux, la terre palestinienne ne leur appartient pas. Mais ça, c’est un autre débat dans lequel je ne souhaite pas entrer. Je ne suis pas religieuse.

La communauté juive du Maroc s'est aussi exprimée sur le conflit, faisant apparaître encore une autre ligne de division dans l'opinion publique marocaine. L'une des réactions, sur le blog The View from Fez :

Le Secrétaire général de la Fondation pour l'Héritage Juif Marocain, Simon Lévy, a dénoncé l'agression israélienne contre Gaza, et appelé la communauté internationale à intervenir pour résoudre le conflit.

“Nous sommes horrifiés par le carnage que rien ne peut justifier et qui a tué un millier de personnes à Gaza,” a dit Simon Lévy dans une déclaration à la radio marocaine “Rabat Chaïne Inter”.

“C'est horrible et ce n'est pas ainsi que je vois le judaïsme,” a dit Simon Lévy, exprimant l'espoir d'établir la paix et de voir l'arrêt du massacre contre le peuple palestinien de Gaza. 

Les traductions des blogs en espagnol ont été assurées par Gabriela Garcia Calderon Orbe

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site