Lettonie : Scènes d'émeutes à Riga

Dans son billet sur les manifestations anti-gouvernementales pacifiques du 13 janvier, suivies par des émeutes à Riga, Aleks Tapinsh du blog All About Latvia a écrit (en anglais) qu’Ivars Godmanis, le Premier ministre letton, a «expliqué aux gens dans son discours du Nouvel An comment les pingouins se protègent des rigueurs de l'hiver – ils se blottissent ensemble pour garder la chaleur – ce que devraient aussi faire les Lettons pour traverser la tourmente économique.»

Ce qui s'est passé mardi dans la capitale lettonne a donc été qualifié par certains de «révolution des pingouins.»

Voici quelques témoignages et opinions de la blogosphère lettone.

D'autres extraits du billet de All From Latvia, dont le lien se trouve ci-dessus :

Du verre brisé. De la peinture bleue sur le bâtiment. Des bouteilles en plastique cassées. Des pavés. 98 personnes arrêtées.

[…]

Pourtant, tout avait commencé de façon si pacifique. Vers 17 heures, plusieurs centaines de personnes avaient déjà afflué sur la place de la Cathédrale au coeur de la capitale lettonne. Des gens de différents âges, ethnicités, origines, avaient paru unis dans leur dédain de la coalition au pouvoir, et – plus important – de la culture de cynisme politique.

A la suite des 90 minutes de la manifestation, des jeunes -pour la plupart- se sont dirigés vers l'immeuble du Saeima. Ils ont essayé d'entrer. Empêchés de le faire par la police anti-émeutes, ils se sont mis à lancer tout ce qui leur tombait sous la main – depuis les boules de neige jusqu'aux pavés. […]

Un entretien en anglais avec un manifestant, recueilli par Aleks Tapinsh, se trouve ici. L'homme pense que des «personnes neuves» devraient être admises dans la vie politique lettonne, pour que le pays puisse prospérer, et il parle des effets que la crise en cours a eus jusqu'à présent sur son entreprise.

Pour une sélection de photos et de récits vidéos intéressants – sur un blog en russe à propos des troubles du 13 janvier : http://lvrevolucija.blogspot.com/.

Juris Kaža de Free Speech Emergency in Latvia propose cette analyse (anglais) :

[…] A un certain niveau, ceci pendait au nez de la coalition au pouvoir en Lettonie. Indépendamment de ce que disent la loi et le savoir-vivre, une émeute est une forme de lutte politique, même si elle est moins ciblée et moins claire qu'une manifestation non-violente bien définie. Voir des oeufs et des pierres voler sur le bâtiment du Saeima pris comme symbole de l'élite au pouvoir et des politiciens lettons m'a donné le sentiment, ainsi qu'à beaucoup d'autres, qu'ils pouvaient s'y attendre.

Si la répression se fait plus sévère contre les manifestations futures, on aura très probablement une escalade vers le modèle existant en Europe occidentale d'affrontements périodiques entre la police et les jeunes émeutiers.

Bien que ceci soit malheureux, en particulier pour ceux qui en subissent les dommages collatéraux – les magasins pillés, les policiers et les badauds blessés – il paraît maintenant inévitable que la violence dans la rue fasse désormais partie du paysage politique ici et la menace d'une telle violence – une excuse probable à la limitation de l'expression non-violente. La pensée autoritariste post-soviétique est forte en Lettonie, et loin de régresser, elle trouvera une auto-justification après les émeutes de Riga.

On peut trouver un panorama sur la Lettonie d'avant la manifestation, sur la situation politique et économique – défauts sur les remboursements de prêts bancaires, politiciens corrompus, chaos législatif – dans des billets précédents sur All About Latvia, ici et ici (anglais).

Juris Kaža, dans un billet du 16 janvier, rapporte (en anglais) la décision du conseil municipal de Riga «[de refuser] l'autorisation à deux rassemblements à caractère politique dans la Vieille Ville de Riga», samedi et dimanche :

[…] Il y a des commentaires et des appels qui circulent sur Internet, demandant aux gens de défier l'interdiction des rassemblements dans la Vieille Ville et faisant allusion à une réédition des désordres du 13 janvier si la police tente de disperser ou d'interférer avec des réunions publiques non autorisées. […]

Un lecteur a toutefois réfuté l'information sur l'interdiction des défilés dans ce commentaire, sous le billet de Juris Kaža :

[…] Une interdiction totale des réunions dans la Vieille Ville serait évidemment erronée et illégale, de même, à mon avis, que l'interdiction d'une catégorie particulière de rassemblements. Aucune interdiction de ce genre n'a été établie, en dépit des commentaires publics de responsables, proposant d'interdire une catégorie particulière de rassemblements. […]

L'utilisateur de la plateforme de blogs LiveJournal xzirnisx , basé à Riga, a publié plusieurs photos et a écrit ceci (en russe) au lendemain des troubles :

Dans toutes sortes de brochures touristiques, on a toujours aimé appeler Riga le «petit Paris.» Hier soir, la ville s'est transformé en petit Athènes, et j'en suis incroyablement heureux, parce que je pensais que pour notre peuple, qui endure patiemment toutes les épreuves et privations, il n'y a rien qui puisse les forcer à soulever leurs fesses de leurs canapés. Mais il s'avère que si.

Naturellement, les mass médias essaient de tout tourner en farce, en mettant l'accent sur le fait que les «casseurs ont pillé le magasin Latvijas balzam (d'alcools),» mais, on ne sait pourquoi, ils ont oublié de mentionner la [soixantaine de] manifestants blessés, les visages des filles ornés de coulures de mascara et d'hématomes, et les retraités qui ont aussi tâté des matraques.

Plus d'une centaine de personnes sont maintenant parquées dans des commissariats [de police] à travers toute la ville. La plupart ne sont pas des casseurs. Je n'arrive toujours pas à joindre mon frère. Le Premier ministre a déclaré qu’ «il n'y aura plus de manifestations sur le territoire du Vieux Riga.» Le voilà, le vrai visage de notre pseudo-démocratie ;)

En réponse à la question d'un lecteur, xzirnisz a énuméré quelques-unes des raisons (en russe) du mécontentement populaire :

[…] Nous avons actuellement le taux de chômage le plus élevé de l'U.E. En décembre, 300 personnes environ ont perdu chaque jour leur emploi – sur une population de 2 millions. Le PIB par tête est le plus bas de l'UE (ou [il est le plus bas] en Pologne, ce qui nous place à l'avant-dernier rang). Et quelles sont les mesures prises par le gouvernement ? Ils augmentent la TVA à 21% et diminuent les salaires [des fonctionnaires] de 15%. Dans le secteur privé, les salaires ont aussi baissé – de [moitié] environ depuis octobre. Pour couronner le tout, les transports publics sont devenus deux fois plus chers cette année et coûtent 0,50 lats (1 $).Ils ont aussi augmenté les prix du gaz [naturel] – et ils nous le vendent quatre fois (!!!) le prix que leur facture la Russie. Et plus le gaz est cher, plus chers sont l'électricité et le chauffage. […]

aljena-beljaeva, basée à Daugavpils, a publié (en russe) une information sur une collecte pour Edgar Gorban, un manifestant âgé de 16 ans qui a perdu un oeil pendant l'émeute :

[…] On dit que soit son oeil a été atteint par une pierre, ou qu'il a été perdu à cause des gaz [lacrymogènes], mais à l'origine on a parlé d'une balle en caoutchouc. Je ne sais pas ce qui s'est vraiment passé, et ce n'est pas mon problème. D'une façon ou d'une autre, j'ai vu à la télé la mère de ce garçon, en larmes, une femme ordinaire, russophone, et je suis vraiment navrée pour elle. Certains disent à présent que nous ne devrions pas faire de lui un héros romantique – il a sans doute lui-même lancé des pierres, alors c'est de sa faute. […]

A Riga, kris_reid a publié le récit par son ami policier (en russe) de ce qui s'est passé le 13 janvier, dédiant l'article aux lecteurs de Russie – qui, selon le blogueur, connaissaient sans doute l'autre son de cloche sur cette histoire  – «la version des manifestants» – par la boîte à zombies [la télévision russe] :

[…]

«[…] quand […] le nombre de personnes rentrant de la manifestation a diminué et que nous nous attendions à entendre «merci pour votre travail» sur nos walkie-talkies, nous avons été informés que des groupes se rassemblaient devant le Saeima [le parlement letton] […]. Et à 20 heures, une alerte générale a été diffusée et l'ordre donné à toutes les unités disponibles et aux réserves de se rendre à certains points pour prendre des instructions. […]

Quant à la «non-utilisation de matériels spéciaux» – mensonges. J'ai été moi-même parmi ceux qui en ont fait usage. Ai été pris sur [certaines vidéos]. [Tabassé] un type [qui était] à cinq mètres et sur le point de lancer une pierre, et l'ai passé aux [types de la police anti-émeutes], qui [l'ont tabassé davantage] et l'ont laissé partir […]. Lui et sa [copine] effrontée. J'ai appris par des collègues que des grenades à flash/bruit et lacrymogènes ont été utilisées devant le Saeima.

[…]

Mise à jour. [Les émeutiers] étaient multinationaux. Il y avait pas mal de Lettons [ethniques] et de Russes [ethniques] ensemble.

Peux rien dire de la manifestation – l'ai pas vue […]. Les gens qui quittaient la manifestation faisaient bonne impression – des gens plus ou moins normaux. Tout ce bazar est arrivé à cause des jeunes qui étaient en majorité des marginaux, la plupart d'entre eux [saoûls]. […] Et le tapage a été de dimension totalement européenne – avec des pavés arrachés. […]»

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site