Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc-Vénézuela : Fermeture de l'ambassade vénézuélienne au Maroc

Le Maroc a annoncé cette semaine [en anglais] sa décision de fermer son ambassade au Vénézuéla, à la suite de la reconnaissance par ce dernier de la République arabe sahraouie démocratique  (RASD), territoire aussi connu sous le nom de “Sahara Occidental” et revendiqué par le Maroc. Aujourd'hui, quarante-huit pays reconnaissent la RASD, parmi lesquels treize ont accueilli des ambassades sahraouies (voir la carte ci-dessous).

Le blogueur marocain Ibn Kafka a réalisé une chronologie des événements qui se sont déroulés entre le Maroc et le Vénézuela:

Ceux qui me lisent connaissent le peu d’estime que j’ai pour les séparatistes, et quelques uns me le reprochent même régulièrement. Je me sens d’autant plus à l’aise pour vous communiquer les éléments d’information suivants, sous forme de calendrier.

3 août 1982: le Vénézuela reconnaît la “République arabe sahraouie démocratique“, qui a une ambassade à Caracas depuis cette date – voir son site (qui ne fait pas très sérieux, mais c’est une autre affaire).

2 septembre 2004: le président vénézuelien Hugo Chavez rencontre officiellement Abdelaziz el Marrakchi, leader des séparatistes, et affirme publiquement le soutien du gouvernement de la république bolivarienne du Vénézuela à la cause séparatiste.

6 juin 2008: un nouvel “ambassadeur” sahraoui est accrédité à Caracas, et est reçu par le ministre vénézuelien des affaires étrangères pour lui remettre ses “lettres de créance”.

27 décembre 2008: Israël lance sa guerre d’agression contre Gaza.

6 janvier 2009: le président de la république bolivarienne du Vénézuela, Hugo Chavez, déclare persona non grata l’ambassadeur d’Israël au Vénézuela, qui a 72 heures pour quitter le pays.

15 janvier 2009: un communiqué de la MAP annonce que le Maroc a décidé de rompre les relations diplomatiques avec le Vénézuela “en réaction à l’hostilité ouvertement affichée par ce pays à l’égard de l’intégrité territoriale du Maroc, compromettant tout effort de développement de la coopération bilatérale“. Le communiqué rajoute: “La république bolivarienne n’a pas cessé d’afficher ouvertement [son] hostilité au Maroc, joignant la parole aux actes, au plus haut niveau de l’Etat, portant ainsi un grave préjudice aux relations de bonne entente entre les deux pays“. Tout ceci est vrai, mais les jalons de cette attitude vénézuelienne vis-à-vis de la question du Sahara ont été posés entre 1982 (date de la reconnaissance de la “RASD” par le Vénézuela) et juin 2008 (date de la dernière accréditation d’un “ambassadeur” de la “RASD” au Vénézuela). Le Maroc réagit donc avec entre 6 mois et 27 ans de retard, selon le critère que l’on pourrait choisir pour déterminer le moment à compter duquel le Vénézuela a “affiché son hostilité à l’intégrité territoriale du Maroc“.

Le blogueur Roads to Iraq établit un lien direct avec Israël, quand il écrit [en anglais]:

Le Maroc a rompu ses relations diplomatiques avec le Vénézuela parce que ce pays d'Amérique latine soutient le Polisario, qui est reconnu par plus de 64 pays dans le monde. De plus, le Vénézuela avait déjà établi des relations avec le Polisario depuis les années 80.

C'est en lisant l'article du journal marocain Attajdid [en arabe] que l'on apprend que les exportations d'Israël vers le Maroc ont été chiffrées à 19,6 millions de dollars US l'an dernier, alors que les exportations marocaines vers Israël se montent à environ 3,6 millions de dollars US. Ainsi, on comprend plus facilement les raisons.

Nimr, du blog arabo-américain KABOBfest, s'intéresse lui aussi à ce point [en anglais] et déclare, en référence à la récente omniprésence des relations diplomatiques vénézueliennes dans les actualités:

Qui sème le vent, doit se préparer à récolter la tempête: Le Maroc a fermé son ambassade à Caracas [en anglais] en signe de protestation contre le soutien apporté par l'Etat vénézuélien au Polisario:

Le Ministre des Affaires Etrangères a déclaré dans une annonce que cette décision faisait suite à “l'hostilité croissante des autorités vénézuéliennes, concernant l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc et leur récent soutien au Polisario”. Pourquoi ces communiqués diplomatiques si froids font-ils toujours penser à une ex petite-amie à la fois passive et agressive? “Nous ne sommes fâchés contre vous, vous savez? Nous vous en voulons parce que vous ne respectez pas notre, ….intégrité…”

Heureusement, Kabob Mediation Services™  a pris les devants et a trouvé une solution positive pour tous. Israël et le Maroc ont décidé d'un commun accord que si un nouvel incident diplomatique advenait, les protagonistes jetteraient tout simplement des objets métalliques aux Français.

La blogueuse égyptienne Zeinobia demeure perplexe [en anglais] quant à la décision “opportune” du Maroc:

A propos des récentes informations, pourquoi le gouvernement marocain a-t-il rappelé son ambassadeur à Caracas? C'est vraiment lié au problème du Sahara occidental !!??

Malgré tout mon respect, je pense vraiment que c'est stupide car le Vénézuéla a reconnu l'existence du Sahara occidental dès 1982 !!!!  Alors, pourquoi le roi Hassan II a-t-il attendu tout ce temps pour rappeler son ambassadeur à Caracas.

De plus, Caracas n'est pas l'unique capitale à avoir reconnu le Sahara Occidental comme une entité indépendante. Bon sang, d’autres pays [en anglais] du monde ont reconnu la République arabe sahraouie démocratique “RASD”. Bizarrement, tous ces pays conservent leurs ambassades marocaines, comme le Mexique; alors pourquoi aujourd'hui le roi Mohamed IV prend-il cette étrange décision, au moment-même où le Vénézuéla devient l'allié sud-américain des Arabes, surtout dans une période critique, où nous avont besoin d'alliés.

Je n'y comprends vraiment rien!

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site