Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite: une jeune activiste affronte les critiques de la société saoudienne

L'Arabie Saoudite est un pays conservateur, et quand des individus agissent en contradiction avec les conventions, ils doivent s'attendre à être sévèrement critiqués tout comme leurs familles. Une jeune activiste nommée Amna Fatani a récemment fait l'expérience d'une telle condamnation et quelques blogueurs saoudiens lui ont apporté leur soutien moral.

Ahmed Al-Omran, dont le blog s'appelle Saudi Jeans [en anglais], a écrit une lettre à Amna Fatani – et à la société saoudienne dans son ensemble :

A: Amna Fatani
Cc: Arabie Saoudite

J'ai dit que la censure ne marchait plus, mais elle reste pourtant bien réelle dans nos vies dans cette partie du monde. Malheureusement, la censure gouvernementale n'est pas la seule que nous ayons à subir et à laquelle il faille résister. Il en existe une autre, qui est encore plus difficile à gérer : la censure sociale.

Au sein de notre société profondément conservatrice et conformiste, toute tentative de sortir du lot est au moins critiquée si elle n'est pas directement rejetée. On attend de vous que vous pensiez, parliez, et même ayez l'air, absolument comme tout le monde. Si vous osez dire ou faire quelque chose qui ne soit pas conforme à la « sagesse populaire », c'est que vous cherchez tout simplement les ennuis. Non seulement vos idées seront tournées en ridicule mais vous serez également la cible d'attaques personnelles, et vos parents se verront reprocher de ne pas vous avoir élevé correctement.

Vous trouvez cela dur? Sachez que ce sera dix fois pire si vous êtes une femme. En fait, il n'est même pas nécessaire d'exprimer une quelconque opinion déviante. Le fait d'être une femme suffit à certains pour vous dénoncer, car les femmes ne sont pour eux que des êtres de second plan qui devraient être enfermées dans de sombres cagibis, loin des lumières de la vie publique. Je suis sûr que vous avez déjà souvent entendu de tels petits bijoux de bêtises.

Voilà pourquoi, lorsqu'un peu plus tôt cette année Amna Fatani a commencé à faire campagne en vue de préserver des sites historiques, son père a reçu des messages haineux cherchant à lui faire honte. Une fois encore, une photo de Fatani a été publiée dans un journal local la semaine dernière, la montrant portant un keffieh palestinien lors du forum de la jeunesse britannico-saoudienne à Jeddah. Et de nouveau, elle a dû affronter les critiques. Le premier commentaire d'un lecteur fut : « Elle ferait mieux de se voiler et de s'inquiéter d'abord de sa religion. »

Je suis désolé que vous ayez dû traverser cela Amna, mais si ça peut vous consoler, sachez que vous n'êtes pas seule. Quand AlArabiya.net a publié mon interview accordée à Reuters il y a deux ans, j'ai eu droit à de nombreux commentaires pour le moins désagréables, me qualifiant entre autres de « gamin occidentalisé pourri-gâté» et d’ «attardé ». Ca ne m'a pas fait pas du bien évidemment, mais j'en suis sorti avec le cuir plus épais. Il n'y a pas que de parfaits inconnus qui cherchent à vous rabaisser. Plus d'un de mes proches m'a conseillé d’ « arrêter de faire n'importe quoi ». Vous cependant, vous avez de la chance d'être entourée d'une famille qui vous soutient et qui est très fière de vous.

Alors chère Amna, si jamais cela vous arrive encore, rappelez-vous que vous n'êtes pas seule et que nous sommes plusieurs à partager ce que vous vivez. Nous sommes jeunes et ça ne nous amuse pas. Nous sommes enthousiastes et déterminés. On ne nous fera pas taire et nous ne nous laisserons pas intimider. Nous parlerons plus fort et nous vaincrons. Laissez s'ouvrir vos cœurs et vos esprits. Ecoutez nos voix fraîches.

Sincèrement,

Ahmed

Le frère d'Amna, Raf Fatani, a lui aussi publié sur son site [en anglais] une lettre adressée à un journaliste du journal Arab News :

Je vous écris aujourd'hui en réaction au fait que ma sœur (en tant que femme saoudienne), qui aime tant son pays et sa religion, puisse être assaillie de telles remarques. Un peu plus tôt cette année, un journal saoudien a évoqué la campagne qu'elle lançait en faveur de la protection de nos sites historiques. Très vite après cela, mon père (qui est maître de conférences à l'université et a la tête sur les épaules) a commencé à recevoir des messages haineux par sms, ainsi que des menaces. Certains l'accusant de n'avoir aucune pudeur et d'autres dans le même style. […] Ces personnes découragent les jeunes femmes saoudiennes comme ma sœur de continuer de faire ce qui est juste et de parler fort. Heureusement, ma sœur est une fille très obstinée et elle continuera de faire ce qui est bon, mais parfois elle et ceux qui l'entourent sont blessés en cours de route. Je suis très fier de ma soeur et l'applaudis haut et fort !

Répondant à une question, Amna fait ce commentaire [en anglais] sur le blog Saudi Jeans:

Je voudrais dire qu'une bonne partie des familles soutiennent leurs membres, qu'ils soient hommes ou femmes. Ce n'est pas un message que les filles peuvent envoyer seules, nous devons tous participer au mouvement et travailler ensemble. Quant à l'idée selon laquelle s'exprimer ne changera pas grand chose, je voudrais rappeler combien la liberté d'expression a été longtemps taboue en Arabie Saoudite. Et le simple fait d'oser s'exprimer est en soi une réussite.  Alors, si l'on s'attache à dire la vérité, n'est-ce pas ainsi qu'est diffusé le message de l'Islam à travers le monde ? Il est temps de se rassembler et d'oeuvrer main dans la main pour rendre notre société encore meilleure qu'elle ne l'est.

1 commentaire

  • zeghidi

    Au niveau des droits des femmes (comme d’ailleurs à celui des libertés individuelles et publiques) ,la situation qui règne en Arabie Saoudite est tout simplement moyennageuse ..Mais on ne peut pas analyser cette situation et la comprendre en occultant (comme on le fait dans tous les textes de cette page) le fait que le statut des femmes dans ce pays est dicté par la Charîa islamique ,et que celle-ci est très largement responsable des nombreuses discriminations dont les femmes sont victimes en Saoudie ,nettement plus dans ce pays ,mais ces discriminations sont subies par les femmes dans tous les pays régis par la Charîa..La “distanciation” Etat /religion ,en particulier Etat /Charîa est une condition essentielle pour faire sortir des dizaines de millions de femmes de l’état de soumission ,d’inégalité et de ségrégation qu’elles subissent dans les pays d’Islam..

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site