Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Taiwan : Livres et Auteurs sur Vidéos

De nombreux lecteurs à Taiwan attendent chaque dimanche les journaux locaux  de China Times (中国时报) pour lire les deux pages qui donnent des comptes rendus sur les livres publiés. À la fin de chaque année, les éditorialistes de livres annoncent leur sélection sur “Les livres de l'année” (开卷好书奖), en passant en revue les meilleurs livres chinois édités à Taiwan pendant cette année. Depuis 2006, le journal prépare également « une vidéo de livre » pour les auteurs récompensés en décrivant leurs œuvres par les mots, la musique et l'image.

Cette année onze auteurs sont invités à participer aux clips, y compris des romanciers, des activistes et des auteurs d'essais. Dans ces clips, Il y avait des auteurs qui partagent des points de vues et des perspectives à propos de leurs oeuvres et leurs sujets de réflexion . Bien que les vidéos présentées soient toutes en chinois, nous espérons qu'elles puissent tout de même traduire et reproduire l'atmosphère de leurs oeuvres. À la fin de chaque clip, la voix qui commente assure que ce sont «de  bons livres et bons pour la lecture ». Ce qui suit, ce sont quelques clips choisis avec ma traduction du récit des auteurs.

Plastic Opium

 

Sur le blog In Plastic Opium [en chinois] l'auteur Wei-Chuan Xia (夏傳位) révèle la façon dont les cartes de crédit et les cartes de débit affectent les perceptions du public, les taux déraisonnables du crédit revolving imposés aux utilisateurs ainsi que la discrimination que rencontrent les débiteurs après être tombé dans le pièges de la carte de crédit. Le clip montre les centres commerciaux de la ville de Taipei (la plus grande ville de Taïwan) . L'auteur raconte dans le clip :

 […]我想這個社會應該深一層地問,我們可以容許銀行業者賺錢到什麼樣的程度,都不用為他們所造成的社會後果負責;我們社會也應進一步思考,應該要建立一個什麼樣的標準,容許卡奴在負起他們自己的責任以後,重返這個社會,重新生活;我們更應該思考,怎麼樣督促政府,負起他應該負起的管制責任,這個社會要建立起一個什麼樣金融正義的標準,讓每一個人都擁有權利,能夠接觸到這個社會的金融資源,來發展他們自己的事業與生活。

[…] Notre société doit s'interroger profondément : Combien de profit les banques peuvent-elles  récolter sans être responsables des séquelles et des conséquences? Qu'est-ce qui devrait être changé pour aider les débiteurs à retrouver leur place dans la société et commencer une noouvelle vie, après avoir assumé leur responsabilité ? Comment devrions-nous exhorter le gouvernement à être responsable et à adopter des régulations appropriées ? Comment peut-on définir la «justice financière” pour que les gens puissent accéder aux ressources financières nécessaires à leur activité et à leur vie.

Nous

 L'auteur Gu Yu-Ling (顾玉玲) est une militante de longue date des droits des travailleurs immigrés. Elle a relaté dans son livre Us les histoires de nombreux travailleurs philippins immigrés. Taiwan est un pays qui connait un grand afflux de travailleurs asiatiques immigrés d'Asie du Sud-est (Indonésie, Philippines,  Thaïlande et Vietnam) depuis 1990. L'auteur présente avec propres mots [en chinois] le clip suivant:

 […]這本書如果對社會會有一點作用的話,我希望它像照鏡子一樣,讓我們看見彼此。我們使用抗爭,我們使用了歌舞表演,然後那個記者會或公聽會,我們用各種軟的硬的方式,其實不就是試著要跟這個社會對話嗎?[…]我一路書寫,我一直非常非常意識到讀者在哪裡,我希望人們看見,我希望人們知道這真的發生在台灣,就在我的左鄰右舍,我只是視而不見而已。[…]

[…] Si ce livre peut avoir des influences sur la société, j'espère qu'il pourra servir de  miroir qui nous aide à nous voir les uns les autres. Nous avons essayé de protester, de chanter et de danser et de tenir des auditions avec le public et la presse. Avec toutes ces méthodes, douces et fortes, nous essayons seulement de garantir une conversation sociale. […] Je suis toujours très consciente envers mes lecteurs lorsque j'écris. J'espère que les gens s'en rendent compte. J'espère aussi que tout le monde peut comprendre que ces histoires se passent vraiment à Taïwan. Les travailleurs immigrés sont nos voisins, mais beaucoup de gens font comme s'ils n'existaient pas.

La Fin de la Rivière

 

Li Yong-Ping (李永平) est un exemple de la première génération des écrivains Malaisiens- chinois à Taiwan, il a rédigé son roman en pensant à la partie malaisienne de Bornéo, mais il vit à Taipei, Taiwan. Il a indique [en chinois] l:

我是一個小說家,小說家應該有個本事,能夠把兩個不同的空間結合在一起,你打開書房的窗子,你看到的是台灣的河流「淡水河」,你寫的是婆洲大河,可是在一個作家心靈裡頭,這兩條大河、這兩種風景,它就很奇妙地會產生一種互動,那個互動越來越強,結果這兩者就融合在一起,到了後來我幾乎分不清,我到底是寫婆羅洲大河,還是寫台灣的大河,我覺得這是寫作過程裡頭最美妙的一種經驗,這很難傳達出去,但是我相信敏感讀者在我的作品裡頭,應該可以看出這非常非常有趣的面貌。[…]

Je suis un romancier. Les romanciers devraient avoir l'aptitude de combiner deux différents espaces en même temps. Quand j'ouvre la fenêtre de mon bureau, je vois la rivière Dan Shuei de Taïwan, au moment où je suis en train d'écrire une histoire sur la rivière de Bornéo. Dans l'esprit d'un écrivain, ces deux cours d'eau, ou plutôt, ces deux scènes interagissen miraculeusement. En grossissant, les deux cours d'eau fusionnent ensemble. Enfin, il est très difficile de distinguer à quelle rivière je consacre mon écriture. Cela représente, pour un écrivain, une belle expérience d'écriture, qui n'est pas facile à transmettre. Malgré tout, je suis convaincu que les lecteurs sensibles seront marqués cette situation très intéressante.

Pour visionner les onze clips, veuillez visiter la page YouTube. Pour lire les notes de l'équipe de production vidéo, veuillez visiter le blog OpenBook [en chinois].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site