Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Australie : polémique sur la fête nationale

Ce n'est pas une réponse à une question posée dans le film Slumdog Millionaire, mais le 26 janvier est l'une des fêtes nationales indiennes célébrant l'indépendance d'avec la Grande-Bretagne coloniale. C'est aussi l’Australia Day, la fête nationale de l'Australie (anglais). La différence, c'est que cette fête nationale est l'anniversaire de l'occupation européenne en 1788, appelée par beaucoup jour de l'invasion.

Un débat en ligne sur le caractère approprié de cette date couvait déjà avant que le responsable aborigène Mick Dobson soit désigné Australien de l'année le 25 janvier 2009. La position traditionnelle de gauche a été résumée par John sur En Passant (anglais) :

La fête nationale de l'Australie perpétue nos mythes fondateurs et maintient en esclavage nos frères et soeurs Aborigènes. Dans un esprit de véritable réconciliation, abolissons cette célébration du génocide. Au lieu de cela, célébrons plutôt les 65.000 ans d'histoire indigène et le soin qu'ils ont pris de cette terre. Et payons le loyer.

Australia Day -a celebration of genocide

Harry Clarke, sur son blog éponyme (anglais), a rendu publique son opposition vigoureuse au changement :

La fête nationale australienne est considérée par certains groupes aborigènes arriérés comme le Jour de l'Invasion – ils veulent qu'on change la date – (ça améliorerait les choses?) probablement pour une «année zéro – mais comment dater le Temps du rêve («Dreamtime») ? Je n'en ai pas la moindre idée, mais de toute façon qui devrait se préoccuper de tels mythes ? Essayer de changer la date, ce serait une mesure du gouvernement Rudd qui me plairait – il se ferait éjecter du pouvoir. Vas-y Kevin, essaie de changer cette date ! Les Aborigènes d'Australie ne s'en porteraient pas mieux s'ils vivaient sous administration indonésienne ou chinoise, et ils jouissent de meilleures conditions de vie et perspectives grâce à l'avènement de la colonisation blanche. Les Aborigènes ont besoin de réussir. C'est le cas pour beaucoup.

Australia Day

Jack the Insider, un blogueur anonyme pour News Corporation, a cherché une position médiane, plaidant pour deux fêtes nationales (anglais) :

Le 26 janvier n'est pas un jour de fête pour les Australiens indigènes, dont beaucoup considèrent plutôt cet espace du calendrier comme le Jour de l'Invasion. La réalité est que les hommes et les femmes de la Première Flotte, sous les ordres du gouverneur Phillip, ont recherché la compréhension et la coexistence avec les autochtones qu'ils ont rencontrés : les Eora. Dégradation et brutalité allaient  se produire par la suite.

Australia Day – why not have two?

Il y a très peu de blogueurs Aborigènes australiens qui commentent régulièrement les questions politiques. Un de ces sites est Whenua Fenua Enua Vanua, «anti-colonialisme et anti-capitalisme révolutionnaires dans le Pacifique» (anglais). Ana a publié sur YouTube la chanson Invader Captain Cook d'Angus Rabbit :

 

Son billet comprend la reprise d'un article antérieur «Le capitaine Cook, Joseph Banks et la variole» de John Trace. Il allègue d'une politique de contamination délibérée des aborigènes pendant les premières années de la colonisation blanche. Il ne manque pas de supposées «histoires débridées de complots», pour reprendre les termes de John, sur le traitement réservé aux populations indigènes par l'Australie coloniale.

L'appel de Mick Dobson à un débat national sur l'Australia Day et sa date a amené le genre de vives réactions qui accompagnent en général toutes les polémiques sur les questions aborigènes.

Une réponse rien moins que subtile est venue de kevgillett.net, un blog (anglais) qui affirme clairement sur sa bannière : «Si vous pouvez lire cette page, remerciez un instituteur. Si vous la lisez en anglais, remerciez un soldat» :

Ça ne me dérange pas que Pat soit noir, mais ça me dérange qu'il place la couleur de sa peau avant sa nationalité.

Nous sommes tous Australiens mon vieux, et pour la très grande majorité d'entre nous la date de la fête nationale nous va très bien. Entre autres, elle marque le jour où votre race a commencé à sortir de l'âge de pierre et si vous ne trouvez pas ça positif, alors retournez dans le désert de Simpson et remettez-vous à manger des goannas – d'ici un million d'années vous pourriez même inventer l'arc et les flèches et devenir plus efficaces à la chasse.

Si cette idée vous fait blêmir, alors remettez-vous à la tâche à votre portée d'améliorer la qualité de vie de vos gens. Pour cela il faut se débarrasser de la mentalité d'assisté et intégrer l'Australie normale. Militez pour faire sortir vos gens des zones réservées et les faire venir dans les villes et agglomérations où on peut trouver les écoles, les centres médicaux et les emplois.

Australia Day

Sur Public Polity, Sam Clifford plaide (anglais) pour une date qui célèbrerait à la fois la réconciliation et une nouvelle République australienne :

…il faut que ce soit la date d'adoption d'une nouvelle constitution réformée pour refléter l'Australie dans laquelle nous vivons, l'Australie qui a existé avant nous et l'Australie que nous pouvons être ensemble. Il nous faut un traité avec les nations aborigènes (tous ces traités étant négociés individuellement) et la reconnaissance que c'est le peuple d'Australie qui est son propre souverain.

Should we move Australia Day?

Ceci serait certainement en cohérence avec l'Inde, où le 26 janvier célèbre officiellement la proclamation de la République.

L'ancien sénateur Démocrate Australien Andrew Bartlett partage ce point de vue (anglais) :

Il n'y a pas que les Australiens Aborigènes qui estiment que le 26 janvier n'est pas le meilleur jour pour célébrer notre unité en tant que nation, comme le montre clairement l'opinion de Ron Barassi. Nombre d'entre les millions d'Australiens qui ne sont pas de culture britannique trouveraient sans doute qu'un autre jour aurait plus de signification. Des quantités de gens qui, comme moi, ont une ascendance britannique, sont du même avis.

Et ces préoccupations ne se limitent pas à ce que symbolise le 26 janvier s'agissant de la dépossession, des massacres et de la discrimination endurées par les Australiens Aborigènes, et qui ont résulté de 1788.

The debate on changing Australia Day

Ron Barassi est une légende du football australien, comme joueur et comme entraîneur, et a des ancêtres d'origine tessinoise.

P.S. : 13.000 personnes originaires de 120 pays sont devenues citoyens australiens le 26 janvier 2009 lors de cérémonies à travers tout le pays.

1 commentaire

  • Bonjur mes amis. Je m’appelle John Passant. Je peux écrire and lire français un peau (mais pas bien. Et on accent est terrible and j’ai oublié les mots et la grammaire.)

    Vous avez publié un link (?) à mon article ‘Australia Day – a celebration of genocide’.

    Merci beaucoup. Nous inhabitons un monde global.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site