Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guadeloupe : Un mouvement social sans précédent

Trente-deux, trente-quatre, trente-six, et maintenant quarante-deux : tel est le nombre, qu'on avait jamais vu augmenter ainsi, des syndicats et des associations culturelles et politiques qui se sont formés dans les quelque quatre dernières semaines, tous unis autour d'un mot d'ordre : Lyannaj kont pwofitasyon , créole pour «Unissons-nous pour lutter contre tous les abus».

La Guadeloupe se trouve depuis une semaine à présent en pleine agitation sociale après le lancement d'un appel à l'action par l’UGTG, un syndicat local qui défend les intérêts des travailleurs guadeloupéens. Le mouvement s'est donné pour but d'exprimer le mécontentement et la frustration des Guadeloupéens après des années d'opacité dans la fixation des prix et de hausse vertigineuse des prix des denrées de base. Dah, sur le blog de l'UGTG s'adresse particulièrement aux jeunes de Guadeloupe, et leur demande d'ouvrir les yeux (créole) :

E 16 DÉSANM FO NOU SANBLÉ ÉPI LÉ PLI GRAN KINI LABITID LITÉ POU PEN A YO, PEN AN NOU : AN NOU KRÉVÉ BOBO LA POU 2009 GWADA PLI NÈF.

LE 16 FO TOUT JÉNES LA EN LARILA ÉPI LÉ SENDIKA ÈVÈ LÉ ASOSIASYON KILTRIREL ANSANM ANSANM POU DÈMEN PLI BEL KI JODI.

Le 16 décembre (2008), nous devons nous assembler avec les anciens, qui ont l'habitude de lutter pour gagner leur vie et la nôtre : déracinons le mal pour réaliser une Guadeloupe meilleure en 2009.   

Le 16, tous les jeunes Guadeloupéens devraient être dans la rue, pour manifester main dans la main avec les syndicats et les associations, pour que demain soit meilleur qu'aujourd'hui.

Après une manifestation géante, qui a jeté une lumière tout à fait nouvelle sur l'état d'esprit du pays, le collectif a exposé sa plateforme structurée de revendications, organisée autour de 10 préoccupations majeures : 

1- NIVEAU ET CONDITIONS DE VIE
2 – EDUCATION
3 – FORMATION PROFESSIONNELLE
4 – EMPLOI
5 – DROITS SYNDICAUX ET LIBERTES SYNDICALES
6 – SERVICES PUBLICS
7 – PRODUCTION
8 – AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET INFRASTRUCTURES
9 – KILTI
10 – ARÉTÉ PWOFITASYON

Cette plateforme a été adressée au Préfet, aux députés, aux membres de la Chambre de Commerce, aux agriculteurs et à toutes les parties de la société civile. Elle avait pour but d'informer les gens et, finalement, de lancer une grève générale illimitée, débutant le 20 janvier.

Pendant un temps, les Guadeloupéens ont été nombreux à penser que les 130 revendications, regroupées autour de 10 points principaux, étaient trop nombreuses et donc peu crédibles. Les commentaires à un billet d’Hervé sur le blog Fwiyapin [français & créole] mettent en lumière les inquiétudes :

[…]cette fois-ci toute cette mobilisation semble assez “fouillis”, on ne sait pas à qui les revendications sont adressées…pourquoi ne pas remonter carrément aux banques américaines ou aux compagnies pétrolières?

L'autre question, c'était la pertinence d'un mouvement aussi massif à une époque de crise globale, comme l'exprime un autre commentaire de ce même billet :

Tu crois vraiment qu’il obtiendrons toutes leurs revendications j’en doute fort vu que le contexte internationale… Je trouve que ces dangereux et irresponsables de faire miroiter au gens 200€ d’augmentations sur les bas salaires alors que la crise mondiale ne le permet pas.

Malgré ces doutes, la mobilisation s'est révélée massive et populaire. Les écoles, les stations d'essence, et la plupart des entreprises sont fermées depuis une semaine à présent, avec des conséquences très graves pour l'économie – mais de nombreux Guadeloupéens ont donné le feu vert à Lyannaj’ kont pwofitasyon pour se donner un exutoire leur permettant d'exprimer leurs soucis non seulement pour le présent, mais surtout pour l'avenir.

On trouve quelques chiffres officieux donnés par Shakazulu sur Gwakafwika [créole], qui parle de la première manifestation du 20 janvier (ainsi qu celles des 23 et 24 janvier, et par Zandwonis sur Carib Creole One:

Manifèstasyon Lapwent chayé omwen 10 000 moun! I pli masif ki dènyé fwa-la. Ève on gwan manman mobilizasyon kon sa, nou ka atann pou nou vwè.

Sanmdi Lapwent plis ki 25 000 moun adan gwan manman manifèstasyon-la. Dimanch toujou Lapwent plis ki 40 000 moun adan gwan déboulé a “mas a konsyans”.

Il y a eu près de 10 000 personnes à la manifestation de Pointe-à-Pitre ! Elle était plus grande que la dernière fois. Après une mobilisation aussi massive, nous attendons la réaction du pouvoir.   

Samedi, il y a eu plus de 25 000 personnes manifestant en masse à Pointe-à-Pitre, il en avait plus de 40 000 à la grande parade culturelle et de carnaval appelée “mas a konsyans” (parade pour éveiller les consciences).

[Samedi 24 janvier 2009] Au moins 20 000 personnes ont défilé dans les rues de Pointe à Pite à l’appel du “Collectif Lyannaj Kont Pwofitasyon” (CLKP). Les médias officiels ont annoncé plus de 8 000 manifestants. Dans l’histoire de mouvements ouvriers guadeloupéens, c’est bien la première fois qu’un mouvement social suscite une adhésion aussi massive.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site