Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Indonésie : Célébrations de la nouvelle année chinoise à Jakarta

Pendant plus de trois décennies, il a été interdit aux Chinois d’Indonésie d'exprimer leur culture. Le régime autoritaire du «Nouvel ordre» sous l'ancien Président Suharto avait déclaré illégal l'utilisation de la langue et des caractères chinois. Par conséquent, la célébration d’Imlek (nouvelle année chinoise) n'a jamais été célébrée et vue. A cette époque, enfreindre les règles du régime provoquait des répercussions graves : la prison ou la “disparition involontaire”.
Grâce au Président Wahid en 2000 qui a annulé la discrimination envers les Chinois et toutes les minorité plus généralement, les Chinois d’Indonésie peuvent maintenant exprimer leur culture ouvertement. Le Président Wahid, suivi par l'actuelle Présidente Megawati Soekarnoputri, ont déclaré la nouvelle année chinoise jour férié national. Aujourd'hui, tous les Indonésiens, et non plus seulement les Chinois d'Indonésie, peuvent apprécier ces vacances.
Le dernier recensement indonésien des appartenances ethniques en Indonésie, en 2000, estimait la population des Chinois de l’Indonésie à 1,2 millions de personnes. D’autres experts avancent un nombre encore plus important (jusqu'à 3 millions), depuis que les mariages mixtes deviennent plus fréquents entre Chinois et d’autres ethnies en Indonésie. Ainsi, la proportion démographique des Chinois d'Indonésie dans la population totale du pays est actuellement d'environ 1-2 pour cent, et cela les place parmi les dix ethnies les plus importantes d'Indonésie (on recense plus de 300 appartenances ethniques et plus de 700 langues et dialectes dans le pays).
La présence d'un grand nombre de Chinois indonésiens devrait faire de l'Indonésie une destination de choix pour apprécier la célébration de la nouvelle année lunaire. De nombreuses réjouissances et décorations peuvent  maintenant être vues dans les rues, les centres commerciaux, les grands magasins et autres centres de loisirs. L'atmosphère est la plus intense dans les quartiers “China town”, et il en existe maintenant dans presque toutes les villes importantes d'Indonésie, comme à Medan (province du nord de Sumatra), à Jakarta et Semarang (province centrale de Java).
Néanmoins, des groupes religieux fondamentaux continuent à professer qu'il est interdit aux musulmans de souhaiter un «heureux Imlek », et encore plus de participer à cette célébration. Ils ont diffusé ce même message durant le Noël chrétien. À ces groupes, Mohd Yusri Hafiz Yusof [en bahasa], un étudiant malaisien de l'université islamique Akademi Pengajian en Malaisie, à Kuala Lumpur, répond :

…Di Negara China, terdapat lebih 100 juta umat Islam dan mereka merayakan Tahun Baru Cina… Allah s.w.t tidak melarang umat Islam berbaik, berbuat baik, bergaul secara baik dan berlaku adil serta jujur dengan golongan lain, baik Yahudi atau Nasrani…

En Chine, il y a plus de 100 millions de musulmans et ils célèbrent la nouvelle année chinoise… Dieu tout-puissant n'interdit pas aux musulmans d'être bons, d'accomplir de bonnes choses, de bien s'entendre avec les autres, d'être juste et honnête envers les autres croyances, y compris les juifs et les chrétiens… »

Ainsi, heureuse nouvelle année chinoise à nous tous, particulièrement aux Chinois d'Indonésie !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site