Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Philippines : Manifestation dansante des aides ménagères de Hong Kong

Sur YouTube, de nombreuses vidéos montrent des individus ou des groupes en train de danser. Ces vidéos ont été mises en ligne afin de promouvoir des produits, d'amuser, et parfois pour attirer l'attention sur des problèmes politiques.

Les vidéos YouTube des prisonniers-danseurs de la province de Cebu, aux Philippines, sont devenues un hit mondial, il y a deux ans. D'autres vidéos de Philippins en train de danser ont été intégrées à des campagnes de protestations.

Le mois dernier, les vidéos Juana Change [en français] ont gagné en popularité aux Philippines. Ces vidéos s'opposent à un projet de loi qui amenderait la constitution philippine de 1987. Une autre vidéo a attiré l'attention du public, la “danse des 100 femmes contre le changement de charte”, à Hong Kong.

Voici tout d'abord la vidéo :

Les Philippins ont-ils été surpris de voir 100 de leur compatriotes danser dans les rues en décembre dernier ? Cette manifestation dansante a fait l'objet d'un article sur Inquirer [en anglais], le premier site d'information philippin.

La vidéo montre des danseuses portant des affichettes qui disent :

1. “Non au ChaCha” (Charter Change, Changement de Charte), qui fait référence à la proposition d'amendement de la Constitution.
2. “GMA dehors”, en référence à la présidente philippine Gloria Macapagal-Arroyo [en français].

Cette manifestation dansante s'est tenue à Chater Road, dans le centre de Hong Kong, le 28 décembre dernier. Cette rue est connue pour accueillir, tous les dimanches, des aides ménagères immigrées. Une majorité des aides ménagères à Hong Kong sont originaires des Philippines. Un grand nombre d'entre elles ont fait des études supérieures et quitté les Philippines pour trouver un emploi.

La manifestation a été organisée par des membres de Gabriela, un groupe de militantes, qui a fait la déclaration suivante :

Danser contre l'amendement est la façon qu'auront les migrantes philippines de Hong Kong d'exprimer leur désespoir face à la tentative de Gloria Macapagal-Arroyo de rester au pouvoir en modifiant la Constitution.

Les migrantes philippines ont tout à fait le droit de s'opposer à un amendement de la Constitution car il intensifiera encore davantage le programme inhumain du gouvernement philippin d'exportation des forces de travail.

Avec le bradage du patrimoine et des ressources du pays, il ne peut y avoir aucun doute sur le fait que [l'amendement] entraînera des déplacements plus massifs de personnes, éloignées de leur terres, de leurs emplois et de leurs moyens de subsistance. Les quelques 10 millions de Philippins qui ont déjà été forcés d'émigrer augmenteront certainement rapidement quand les gens chercheront des façons de faire survivre leurs familles.

Ce mouvement s'oppose à la proposition du gouvernement d'intensifier la libéralisation et la privatisation d'un certain nombre de secteurs de l'économie nationale.

Sailing Swanee loue les employées dansantes :

Je suis aussi contre l'amendement alors, je suis avec vous, les filles. Je suis un Australien vivant à Hong Kong, qui a de nombreux amis aux Philippines et qui adore ce pays et son peuple, mais Gloria Arroyo ne mérite pas de rester plus longtemps, en réalité, elle devrait laisser la place dès maintenant, vu qu'elle s'est révélée un désastre pour le pays.

Kape't Yosi était l'un des organisateurs de la manifestation :

C'était politique et, en même temps, très amusant à faire. Il a plu mais ça n'a pas refroidi l'esprit anti-chacha [Changement de Charte; amendement] des danseuses.

Le blog as is explique pourquoi Chater Road est une rue spéciale pour a communauté philippine de Hong Kong :

Certaines personnes, certainement pas mes amis, n'aiment pas la vue des aides ménagères philippines assises sur le béton froid de Chater Road.

Elles pensent que toutes ces employées de maison contrastent bizarrement avec Prada, l'hôtel de luxe Mandarin et le côté grandiose de Central [le quartier d'affaire de Hong Kong].

Je ne suis pas d'accord.

Alors que Chater Road n'a pas vraiment été fermée pour le bien des aides domestiques (ce serait trop courtois de la part de Hong Kong), c'est devenu une communauté complètement différente de personnes avec lesquelles je peux vraiment établir des liens, profiter ensemble de la chaleur et du soleil en dégustant des plats faits maison, braver les vents froids de la météo d'hier en buvant du café chaud, penser à notre futur tout en discutant de notre présent.

C'est devenu ma nouvelle Manille, de la même façon que Victoria Park est Bandung pour un ami indonésien.

En semaine, Chater Road est pleine de costumes et de cravates, de taxis rouges et de voitures.

Le dimanche, et parfois les jours fériés, elle est juste pleine de vie.

Sans doute les migrants qui se rassemblent tous les dimanches à Chater Road, dans le centre de Hong Kong, se sont-ils sentis impuissants de ne pouvoir exprimer directement leur colère aux hommes politiques philippins. Ils ont donc dansé dans les rues dans l'espoir que leurs protestations seraient rapportées aux Philippines. Ils ont réussi. Leur manifestation dansante a prouvé que les migrants peuvent exprimer leurs inquiétudes à l'égard de leur pays d'origine au travers d'actions symboliques spécifiques. Internet facilite l'envoi d'un message au monde entier.

hk

gabriela

chacha
Photos de Arkibong Bayan

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site