Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Indignation suite aux agressions de jeunes femmes par des fanatiques indous

Le 24 janvier 2009 dans l'après-midi, à Mangalore dans le Karnataka, état du sud de l'Inde, un groupe de jeunes femmes a été attaqué dans un bar par des membres d'un groupe de défense des “valeurs hindoues”. Ces femmes (et même des hommes, selon certaines informations [en anglais]) ont été agressées par une dizaine d'activistes du groupe encore méconnu, Sri Rama Sene (l'Armée du Seigneur Râma), qui défendraient “les valeurs traditionnelles indiennes”. Cette agression, filmée et  diffusée [en anglais] sur les chaînes de télévision nationales en a choqué plus d'un et a valu à ces activistes le surnom de “voyous safran” [en anglais] de la part d'un des ministres du gouvernement (Note de la traductrice: la couleur safran fait référence au nationalisme hindou). D'autres hommes politiques ont aussi tenté d’opérer une récupération politique de cet incident. [les liens sont en anglais]

La blogueuse Amrutha de Chennai, en Inde écrit [en anglais]:

Ma religion ne tolère pas la violence pour soutenir ou protéger sa pratique. Elle ne demande pas non plus aux fidèles d'éviter le dialogue avec les autres religions, pour protéger son caractère sacré. Je suis hindoue mais je ne soutiens pas les actes criminels commis au nom de l’ hindouisme.

Le blogueur Karthik Balasubramanian , qui vit actuellement aux Etats-Unis, ajoute [en anglais]:

Et voilà qu'une organisation hindoue de droite sort de je-ne-sais-où et puis décide d'attaquer des gens dans un bar, au prétexte que l'attitude de ces femmes ne respectait pas “la morale traditionnelle indienne”. Comme si ces actes violents n'étaient pas suffisants, voilà que quelques hommes politiques y vont de leur condamnation, de ce qu'ils appellent “la culture des bars”. Qu'est-ce que c'est que ça ?? Je pose donc la question suivante à toutes ces petites pseudo-organisations de défense de la morale/de la vertu/ de l’hindutva/ou ces organisations islamistes. Qu'est ce que la morale traditionnelle indienne ?? L'”Inde traditionnelle” a-t-elle même existé ?? Ma réponse est non…l'Inde n'a jamais été “l'Inde”…et c'est bien pour ça que ce pays est si riche en diversité. Pendant pratiquement 2 000 ans, nous avons été une alliance libre de divers royaumes. Nous avons eu de superbes dynasties et des périodes fastes de véritable prospérité, mais avons jamais été  “l'Inde” avant que les Britanniques ne décident qu'il en était ainsi ??

Le blogueur Annamma a réalisé une “enquête spéciale de l'intérieur” sur le mode ironique pour le blog collectif Desicritics [en anglais], dont voici un extrait :

Je vais vous raconter notre acte héroïque à Mangalore. […] Nous refusons la profilération de ces bars ; non mais, imaginez ! Ces hommes et ces femmes qui se mélangent sans pudeur, qui boivent ensemble des alcools venant de l'étranger et puis surtout, ces filles qui portent des mini-jupes et du rouge à lèvres !!! Tout cela n'est pas Bharatiya sanskriti [la culture indienne]. On ne devrait boire que du toddy ou vin de palme et bien sûr, seuls les hommes peuvent en boire. Et surtout, non aux lieux publics mixtes!! Si vous voulez voir des filles, allez donc voir des films de Bollywood. […] Avec un autre gars, nous avons attrapé une fille, qui avait un petite coupe au carré, nous l'avons gifflée si fort qu'elle a commencé pleurer, il vaut mieux qu'elle pleure maintenant qu'après, non ? L'une d'entre elles est tombée et nous l'avons poussée à l'extérieur du bar et puis, une autre avait de très longs cheveux lâchés, nous l'avons frappée aussi, cette garce ! Elle n'a même pas osé nous montrer son visage et elle s'est enfuie. Je vous le dis, il n'y a eu aucune résistance devant nos braves volontaires. Attentat à la pudeur ? Quel attentat à la pudeur ? Nous n'avons attenté à la pudeur de personne. Il n'y avait que des mensonges dans ce journal hindou qui a déclaré que nous avons tripoté une fille[…] C'était des actes fraternels, guidés par Dieu.

Freespirit est une blogueuse de Bangalore en Inde [en anglais]:

Cette nation n'est une démocracie que sur le papier. En fait, nos dirigeants font partie du Goonda Raj (le royaume des gangsters), qui ne sont que des truands, comme ceux qui sont au pouvoir et qui pensent qu'ils peuvent agir en toute impunité, y compris en opprimant les plus faibles.

La blogueuse Indian Homemaker déclare [en anglais]:

CES TERRORISTES SONT PIRES QUE CEUX QUI ONT ATTAQUE LE TAJ [en anglais] CAR CE SONT NOS COMPATRIOTES ET ILS ESSAYENT DE LUTTER CONTRE NOS ELECTIONS !

Elle propose avec beaucoup d'esprit, un lien vers une pétition [en anglais]:

Ne laissez personne “Talibaniser” l'Inde! “Sans un ‘pub’, notre ‘république’ n'est rien de plus qu'une simple “relique”

Anindita Sengupta écrit elle aussi depuis Bangalore [en anglais]:

Quelqu'un m'a fait remarquer que de tels actes de violence gratuite envers les femmes ont lieu tous les jours en Inde. C'est exactement pour cette raison que nous devons manifester, surtout quand cela se passe près de chez nous. Quand le parti BJP est arrivé au pouvoir à Karnataka, je me rappelle que beaucoup d'entre nous avons eu un sentiment palpable de crainte, et puis, peu à peu, ces craintes se sont avérées fondées. Le fait que notre identité culturelle est constamment rattachée à une violence aussi animale montre que nous avons besoin de dialogue autour de la définition de notre culture, de ce qu'elle signifie pour beaucoup d'entre nous et de ses évolutions.

Sur le blog collectif Ultra Violet, un certain nombre d'organisations de femmes ont écrit une lettre ouverte [en anglais], adressée au gouvernement du Karnataka:

Est-ce une valeur traditionnelle en Inde de brûler les corps [en anglais], dans les cas où des femmes mariées décèdent dans des conditions qui ne seraient pas naturelles, car on constate une moyenne de 3 ou 4 femmes brûlées chaque jour dans la ville de Bangalore ? Et que dire de la coutume croissante qui empêche la naissance de filles par le biais d’avortements liés au sexe du foetus […] Peut-être la police de la morale pense-t-elle que la dot, le droit à naître des foetus de filles et le commerce des femmes, appartiennent à la même glorieuse tradition que le Sati, c'est-à-dire l'immolation des veuves sur le bûcher funéraire de leurs époux. Rappelons au passage que l'ancien chef du parti BJP soutenait cette pratique, au nom de la “culture hindoue”. […] Les femmes indiennes ont toujours payé le prix fort dans les cultures fondamentalistes, dans la sphère privée ou publique, aujourd'hui, nous refusons d'assister en silence aux attaques perpétrées contre notre culture plurielle ; attaques menées au nom de la langue, de la tradition, de la religion, et qui se répandent dans notre pays. Nous refusons d'accepter cette culture politique profondément conflictuelle qui va laisser les générations futures de notre pays sur la voie de la haine et de l'intolérance.

Prerna, qui blogue depuis les Etats-Unis, nous informe que si certains des agresseurs ont été arrêtés, ils ont été relâchés depuis [les liens sont en anglais] :

Président Obama, veuillez ne pas fermer Gitmo (la prison de Guantanamo)! Nous avons trouvé les criminels parfaits pour la remplir. […] Ces fanatiques “hindous” ridicules sont sortis de prison sous caution, sans avoir formulé d'excuses. Ils ont promis d'instaurer durablement la terreur chez les femmes de Mangalore, alors que tous ceux qui ont une implication politique quelconque dans cette affaire tentent de l'instrumentaliser en faveur de leur cause. Le BJP fait marche arrière et prend ses distances par rapport aux membres nationalistes hindous alors que le Parti du Congrès tente de l'incriminer, en avançant que le Karnataka, la base d'exercice de ces fanatiques, est un état dirigé par le BJP.

L'agression à Mangalore a précipité la décision de mettre en place, à New Delhi, des brigades “pro-jeunes” [en anglais] spéciales pour le 14 février, c'est à dire la  Saint-Valentin. Les volontaires de ces brigades seront armés de bombes lacrymogènes afin de protéger les couples contre d'éventuelles attaques des “protecteurs hindous de la morale ”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site