Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Liban : L'île des Cèdres, un chantier controversé

De l'incrédulité à la perplexité en passant par la mise en balance du désastre environnemental avec son impact économique, le projet qui vient d'être proposé de l’Ile des Cèdres (anglais) a soulevé une tempête dans la blogosphère libanaise.

Le plan directeur de l'île artificielle, couvrant une superficie de 3.311.731,60 mètres carrés, en forme de cèdre, s'enorgueillera une fois terminé, d'installations résidentielles, commerciales, récréatives et touristiques dans la partie libanaise de la mer Méditerranée.

L'idée de cette île artificielle a créé une profonde division entre les Libanais, dont les réactions s'expriment dans des billets de blogs variés et sur différents groupes Facebook. La plupart des billets de blogs sont opposés au projet. Ceux qui le soutiennent, notamment le groupe Facebook, y voient une opportunité d'immortaliser l'emblème libanais – le cèdre – s'ajoutant à la création d'emplois, de richesses et d'autres bienfaits économiques pour leur pays. Ceux qui s'y opposent, à la fois sur Facebook et dans la blogosphère, prévoient qu'il détruira le gagne-pain des pêcheurs, l'environnement et la culture libanaise, entre autres préjudices.

Voici quelques-unes parmi les réactions des blogueurs libanais à ce projet :

Qifa Nabki, dans un de ses billets (anglais), se lance dans une enquête pour savoir si le projet est un canular, suite à de nombreuses considérations expliquées dans le billet, et découvre que le projet existe bel et bien :

Plus on passe de temps sur le site Internet du Noor Holding, l'entreprise qui développe prétendument l'Ile des Cèdres, plus on est gagné par le soupçon rampant qu'il s'agit de l'un des plus brillants canulars montés ces derniers temps. […] Après plusieurs minutes à me gratter la tête à ce sujet, j'ai décroché le téléphone et appelé le numéro mentionné sur le site. Le type qui a répondu m'a assuré que c'était réel.

«L'île loufoque en forme de cèdre est réelle ?»
«Oui, bien-sûr.»
«La compagnie est réelle ? L'énorme immeuble en forme de chaise, et la Ville Canadienne à côté de l'aéroport Bagdad ? Tout ça va se réaliser ?»
«Inch'allah.»
La réalité dépasse la fiction ?
– mise à jour
Je viens d'apprendre de mon contact au Ministère du Tourisme que ce projet est réel, en fait. Il a été mis à flot (sans jeu de mot) pour la première fois il y a quelques années, et il monte maintenant en puissance.

Dans un autre billet, Qifa Nabki hurle presque «Arrêtez l'Ile des Cèdres», et explique que le Liban ne devrait pas s'abaisser à devenir un piège à touristes sans âme, comme d'autres pays, parce que :

Loin de faire preuve d'une sensibilité aussi gauche, nous autres Libanais avons une culture, une histoire, du goût. Nous avons des cafés, des journaux, des intellectuels, des universités, des gens qui parlent l'arabe, des taxis, Sayyed Hassan, Abou-i-Abed, et Fairouz. Comment pourrions-nous être Dubaï ? Nous sommes le Liban !

Lebanos écrit (arabe) à propos de l'appel lancé par le Naqib (dirigeant) du Syndicat des Plongeurs. Le Naqib a appelé tous les défenseurs de l'environnement et les pêcheurs à se dresser contre le projet. On a cité ses propos, selon lesquels le projet va détruire le mode d'existence de centaines de pêcheurs, outre la destruction des ressources marines les plus riches de la mer libanaise.

Liliane (anglais) ne voit pas la nécessité de créer une île artificielle avec des arbres, dans un pays qui est doté de montagnes, de forêts et de zones vertes. Elle n'est pas convaincue par l'affirmation des représentants du projet qu'il ne détruira pas aussi la vie marine :

Merci, mais NON MERCI. Nous avons déjà des arbres et de la verdure et des montagnes et une plage superbe et un temps superbe et un emplacement superbe, nous n'avons pas besoin de nous mettre à imiter Dubaï (qui à l'origine nous a imités en premier), et de créer des simulacres en tuant la vie marine.
Il nous reste encore un petit peu de magnifique nature au Liban, des forêts, des montages, et une très jolie mer. Nous n'avons pas besoin de simulacres.
Dr. Saleh, êtes-vous sûr que ce projet prend en considération la protection de l'environnement marin ? Comment cela se peut-il ? Ça va prendre beaucoup d'espace sur la mer, est-ce que vous allez envoyer un avis à tous les poissons, aux tortues, algues et autres de déménager dans une autre partie de la mer ?

Nihil Declaro est «partiellement amusé par toute l'attention que ce «projet» a attirée sur Facebook.» Il donne les liens vers les groupes Facebook qui sont «pour» et vers ceux qui sont «contre».

Urban Memories l'appelle l’ «Ile du Dr. Moron» («moron» = «idiot», note de la traductrice : c'est un jeu d'arcade) et critique le porte-parole du projet qui prétend qu'il ne perturbera pas l'environnent (anglais) :

Je suis sûr qu'à présent, de nombreux Libanais à travers le monde auront vu cette image qui a été diffusée par courriels. Au début j'ai cru que c'était un canular, mais par la suite je l'ai reçue à de nombreuses reprises, de sources différentes… Et cette publicité massive m'effraie. Pardonnez-moi mon arrogance et peut-être ma prétention, mais avec mes multiples diplômes d'architecture, et en toute modestie, je peux affirmer sincèrement que j'ai ma petite idée là-dessus.
Alors voilà mon opinion distinguée :
Mais merde, qu'est-ce que vous vous imaginez donc ?
Ainsi, vous nous racontez que vous allez gagner 3,5 km² de sol sur la mer, sans perturber la vie marine ? Ni la planète ? Peu m'importe combien de spécialistes de l'environnement vous allez embaucher, je ne marche pas… absolument pas.

Rami conteste lui aussi l'impact environnemental du projet (anglais).

The Libanese Inner Circle a écrit un long billet sur ce projet. Il y cite la position des promoteurs et les critiques, avec des mises à jour sur le nombre de membres des groupes Facebook qui sont pour et contre :

Noor International Holding projette de construire cette énorme île, couvrant une superficie de 331 hectares dans la zone côtière touristique du Liban. L'Ile des Cèdres se revendique comme un projet résidentiel, commercial et touristique de luxe. Sa situation géographique le long de la côte libanaise lui permet de jouer un rôle vital pour attirer les touristes et les résidents malins à la recherche d'un style de vie exotique ou souhaitant s'échapper de la ville.
Mise à jour (01/02/2009) : Comme vous pouvez le voir d'après les commentaires, et les passions sur Facebook, nombreux sont ceux à qui plaît le plan aux couleurs de bonbons de cet énorme projet, et nombreux ceux qui s'acharnent à l'empêcher d'éclore, au cas où le financement d'un tel projet serait assuré un jour. Jusqu'à présent, le groupe Facebook Ile des Cèdres – Liban a 10.694 fans et se compte, tandis que les opposants, qui ont ouvert une page intitulée Non à l'Ile des Cèdres, ont 2.831 membres.
Les critiques sont aussi venues des écologistes, qui ont exprimé leur inquiétude que la construction d'une île artificielle géante n'affecte la vie des oiseaux marins et côtiers. Amir Shahab fait de la recherche pour le projet, et rétorque qu'ils vont trouver un site à gagner sur la mer, qui «sera dépourvu de récif corallien, nous allons nous assurer qu'il n'y aura pas d'habitat d'oiseaux ni de pêcheurs dont les moyens d'existence dépendent des stocks de poissons.» A long terme, a-t-il dit, ce deviendra un environnement de récifs artificiels pour les poissons, et l'usine de traitement des eaux empêchera celles-ci de stagner.

Nous vous souhaitons une agréable et fructueuse navigation pour trouver davantage d'informations sur le Liban.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site