Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge : Une ONG publie un rapport sur la corruption de l'élite

Global Witness [en anglais], une organisation non-gouvernementale basée à Londres, a publié un rapport intitulé Country for Sale (Pays à vendre) [en anglais] le 5 février dernier. Ce texte met en garde contre le risque que court le Cambodge de devenir une kleptocratie et avance que d'importantes sommes d'argent entrant dans les caisses du gouvernement bénéficient à l'élite dirigeante plutôt qu'au peuple cambodgien.

L'auteur du blog Vuthasurf revient sur les accusations formulées par l'ONG tout en montrant du doigt les compagnies privées. 

Les compagnies du secteur privé ont également un rôle à jouer dans l'amélioration de la gestion de l'industrie extractive cambodgienne. On dénombre à l'heure actuelle 75 sociétés impliquées au Cambodge dans les différents secteurs miniers et de l'extraction; certaines jouissent d'une réputation internationale comme Chevron et BHP Billiton. Country for Sale explique comment  nombre de ces compagnies ont déjà versé d'importantes “avances” au gouvernement.

Heng Soy a publié sur le blog KI Media un article provenant du site Voice of America. Les réactions au texte sont imprégnées de résignation et de colère. Tout comme l'auteur de Vuthasurf, un commentateur anonyme met l'accent sur la conduite des compagnies privées:

Si tout cela est vrai, peut-être les compagnies ayant acheté le droit d'investir ou d'avoir le monopole dans une activité sont-elles à blâmer pour avoir encouragé et toléré la corruption.

Un reportage de la chaîne de télévision Al Jazeera sur le sujet propose notamment une interview en anglais avec Gavin Hayman de l'ONG Global Witness :

 En 2007, Global Witness avait également publié un rapport intitulé Cambodia's Family Tree (L'arbre généalogique du Cambodge) [en anglais], qui dénonçait l'exploitation illégale du bois. Celui-ci avait été censuré par le gouvernement cambodgien [en anglais].

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site