Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Qatar et Bahreïn : Internet en voie de disparition

Il semblerait que l'espace de liberté ouvert par Internet soit touché par de nouvelles mesures répressives au Moyen-Orient. Auparavant considéré comme le dernier bastion de la liberté d'expression, Internet a ces derniers temps été l'objet d'une série de blocages. Et si la censure n'a rien de nouveau dans la région, la volonté de pays comme le Bahreïn [en anglais] et le Qatar d'adopter une politique plus stricte envers Internet – à l'instar de l'Arabie Saoudite voisine – a semé un vent d'inquiétude parmi les amateurs de communautés en ligne.  

L'auteur du blog Silly Bahraini Girl a mis en ligne cette semaine un billet relatif à une pétition [en anglais] enjoignant les défenseurs d'un Internet libre à lutter contre la censure au Bahreïn. Elle écrit [en anglais] :

J'aimerais vraiment bien savoir pourquoi 420 personnes seulement ont signé cette pétition contre la censure d'Internet au Bahreïn.

Cela veut-il dire que le reste de la population approuve la loi draconienne qui interdit, empêche et censure l'accès à l'information, sans l'ordonnance d'un juge ? Laquelle dépend du “bien” d'un enfant tranquillement assis sur sa chaise, qui détermine pour nous ce à quoi nous pouvons ou pas accéder en ligne.

Ça ne les dérange pas de voir le reste de la planète se moquer de notre pays alors que dans le monde d'aujourd'hui, on ne peut cacher le soleil, interdire la liberté de parole et empêcher, quelles que soient les circontances, l'accès à l'information ou censurer la Toile mondiale ?
Et tandis que beaucoup d'entre vous se disent qu'une telle pétition est inutile, dans une démocratie – où nous vivions la dernière fois que j'ai vérifié – les pétitions sont un mode de protestation civique et légitime.

 En signant la pétition, vous ne faites que purifier votre conscience et dire non à une nouvelle injustice sur le point de vous toucher, en votre nom.

Le blog américano-arabe KABOBfest s'est également exprimé [en anglais] sur la nouvelle politique menée par le Bahreïn:

A la lumière des tensions actuelles entre le gouvernement bahreïni et la majorité chiite, privée de ses droits, le gouvernement a décidé d'employer les grands moyens. Et par grands moyens, j'entends une augmentation de la censure sur Internet [en anglais]. On a l'impression que le Bahreïn fait tout ce qu'il peut pour rejoindre les quinze “ennemis d'Internet” (note de la traductrice: liste dressée par Reporters Sans Frontières). Vous êtes persuadés de faire quelque chose de bien en vous rapprochant de pays comme la Syrie, le Zimbawe ou la Biélorussie!!

Le site OpenNet Initiative, groupe de réflexion international qui étudie les modes de filtrage d'Internet, fait la remarque suivante [en anglais] sur la tratégie bahreïni:

Voici le message qui apparaît lorsqu'un internaute tente d'accéder à un site bloqué: “Site bloqué: ce site a été bloqué sur ordre du ministère de la Culture et de l'Information d'après l'article 9 de la loi numéro 47 de 2002 concernant l'organisation de la presse, de l'imprimerie et de l'édition au Royaume de Bahreïn, et ce, pour mise en ligne sur le susnommé site de contenus interdits.”

Il existe également deux groupes [en anglais] sur Facebook pour lutter contre le filtrage d'Internet au Bahreïn.

 Exemple d'une page Internet bloquée au Qatar.

Un membre du site communautaire Qatar Living a publié un billet [en anglais] le week-end dernier, expliquant que le Qatar connaissait également une hausse du filtrage d'Internet :

La nuit dernière, il était 11h20, je surfais sur le net et je m'étais connecté à plusieurs sites dont Tagged. Quant j'ai voulu actualiser la page pour la mettre à jour, j'ai été scandalisé par le fait que le site venait soudain d'être interdit par Qtel (fournisseur d'accès à Internet). Je ne sais pas s'il s'agit d'une interdiction à long ou court terme, voire peut-être définitive, car j'ai entendu dire que ce site [www.tagged.com] a été interdit dans de nombreux pays à travers le monde…

Un internaute commente ce billet et fait remarquer [en anglais] que le fournisseur d'accès à Internet Qtel s'explique sur ce blocage précis:

Mise à jour de Qtel des Mesures de sécurité concernant la Communauté Internet

La décision de bloquer un certain site de mise en réseau social a été prise en accord avec la culture du Qatar et les attentes de nos clients

Qtel a actualisé aujourd'hui ses règles de sécurité relatives à la communauté Internet après avoir décidé de bloquer au Qatar un site de réseau social en ligne.

En tant que fournisseur d'accès à Internet accrédité, et pour répondre aux demandes des clients, Qtel mène une politique transparente visant à prévenir toute atteinte portée aux valeurs de la population par la mise en ligne d'éléments nocifs. Cette politique a reçu le soutien massif de la population qatarienne et des études de marché menées actuellement montrent que les familles et personnes résidant au Qatar sont, dans leur grande majorité, pour la mise en place de systèmes de protection contre des données illégales, pornographiques ou nuisibles à la société.

Il convient de noter que le Qatar comme Bahreïn autorisent les internautes à déposer des demandes afin que des sites soient débloqués. Au Bahreïn, on peut remplir un formulaire mis en ligne [en anglais] par le gouvernement, tandis qu'au Qatar, Qtel (seul fournisseur d'accès à Internet au Qatar pour le moment) préfère recevoir des e-mails (help-at-isp.qa). 

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site