Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Palestine : Histoire d'un “martyr” de Gaza

La mort d'un proche est toujours douloureuse, mais comment l'affronter quand ce proche a activement recherché cette mort ? A Gaza, une blogueuse, Samaher Al Khazandar [voir des extraits antérieurs de son blog, traduits en anglais], écrit sur son neveu, Mu’min Mousa Al Khazandar, qui avait rejoint la branche militaire du Hamas et était déterminé à mourir en chahid pour la Palestine [note de la traductrice : son corps a été retrouvé et identifié le 18 janvier 2009]

Samaher reproduit des extraits de ses lettres et écrit [en arabe] :

“يا أمي أنا نويت الشهادة في سيبل الله” “أنا قبلت في كتائب عز الدين القسام .. مش مهم أجاهد مع مين.. المهم النية .. نيتي أجاهد في سبيل الله وتحرير الوطن مع صحبة طيبة ولقيت الصحبة الطيبة مع إخواني في الكتائب” “الناس يا أمي تعيش عمر طويل تحاول تعيش ما عيش إلا عيش الآخرة.. أنا أحاول أخد طريق مختصرة واكسب أجر مضاعف” “نحن يا أمي ما بنرمي حالنا على الموت نحن نقاتل ونحسن القتال والله يختار منا من يشاء، لو كان الموضوع إهلاك النفس، كان ما رجع منا حدا” “الجهاد يا أمي يعني نصر أو استشهاد.. ادعي لي بواحدة منهم بس أنا بفضل الثانية” “الله يا أمي يصطفي الشهداء .. مش مين ما كان يختاره الله شهيد .. ادعي لي الله يختارني برضاك علي .. راضية عني؟” “لما أستشهد إنشاء الله راح أرجع لك محمل على الأكتاف من هذا الطريق” رنت كلمات مؤمن في أذني أمه التي كانت تقف شاردة في الشرفة تراقب الطريق، التي تضيئها انفجارات الغارات المتلاحقة. لفح هواء ليل شتاء غزة البارد وجهها وهي تهمس “18 يوم يا رب .. 18 يوم تحت رحمتك على أرضك وتحت سماك .. 18 يوم في البرد والطيارات بتقصف حواليه .. أكرمني بدفنه يا رب بس أشوفه وأدفنه بعدها.. عينك عليه يا رب تحميه .. أنا أودعتك إياه.. رجعه يبرِّد ناري قبل الفراق .. يا رب .. نوى الشهادة وصدقك يا رب .. اصدقه واجعله من الشهداء المكرمين ”
“Mère, j'ai pris la décision de devenir un martyr pour la cause de Dieu.” “J'ai été accepté dans les brigades d’ Izz Al Din Al Qassam …Ce n'est pas important avec qui on entreprend le jihad, la chose importante est l'intention…Mon intention est de combattre pour la cause de Dieu, et de libérer la nation avec de bons camarades, et j'ai trouvé de bons camarades dans mes frères au sein des brigades.” “Mère, les gens passent des vies longues à essayer de vivre, mais il n'y a pas de vie si ce n'est la vie dans l'au-delà : j'essaie de prendre un raccourci et d'avoir une double récompense.” “Mère, nous ne nous jetons pas vers la mort, nous combattons et nous faisons bien de combattre, et Dieu choisira pour nous ce qu'il voudra . Si c'était de l'auto-destruction, aucun d'entre nous ne serait revenu.” “Mère, le jihad signifie la victoire ou la mort…Prie pour que j'atteigne l'un des deux buts : je préfère le second.” “Mère, Dieu choisit les martyrs…et tout le monde n'est pas choisi par Dieu comme martyr … . Prie pour moi, pour que Dieu me choisisse, et pour que tu soies contente de moi…Es-tu contente de moi ?” “Quand je serai un martyr, si Dieu le veut, je reviendrai vers toi dans cette rue, porté sur les épaules des gens.” Les paroles de Mu'min résonnaient aux oreilles de sa mère qui se tenait sur le balcon, préoccupée, regardant la rue illuminée par les explosions d'une attaque après l'autre. L'air froid de l'hiver de Gaza brulait, comme son visage, et elle a murmuré  , “Mon Dieu, cela fait dix-huit  jours…Dix-huit jours à  ta merci, sur ta terre, et sous tes Cieux, mon Dieu…Dix-huit jours dans le froid, avec les avions qui bombardent autour de lui …Dieu, dans ta générosité, je l'enterrerai après cela…O mon Dieu, tes yeux sont sur lui, ils le protègent…Je te l'ai confié…Son retour adoucira le feu qui est en moi depuis l'adieu…O Dieu…Il avait l'intention d'être martyr et avait foi en toi, Dieu…Crois-le, et fais de lui l'un des martyrs honorés.”
?عادت الكهرباء تضيء الشارع بعد انقطاعها ليومين كاملين، فانطلقت تضيء التلفاز لتسمع الأخبار علها تأتي بما ينذر باقتراب انتهاء كربها الذي يصر على أن يطول.. على التلفاز كان رئيس وزراء العدو يقف بصلافته وبلاهته المعتادة، معلنا عن وقف لإطلاق النار من جانب واحد، قفزت بحركة عفوية، وراحت تصرخ “الحمد لله الحمد لله” .. قضت سوزان الليل تحضر بيتها لاستقبل إبنها الأوسط شهيداً محملاً على الأكتاف. كان قلبها يهوي كلما تذكرته يجري بكامل عتاده في الطريق الذي من المفترض أن يعود منه شهيداً .. خالجها حينها شعور بأنها المرة الأخيرة التي ستراه فيها .. لطالما كان متعجلاً للرحيل ..
L'électricité est revenue, éclairant la rue, après avoir été coupée pendant deux jours entiers. Elle a immédiatement allumé la télévision pour voir les informations, dans l'espoir qu'elle obtiendrait un signe que sa misère, qui voulait absolument se prolonger, toucherait bientôt à sa fin. Le Premier ministre de l'ennemi était à la télévision, avec son habituelle pomposité et sa stupidité, annonçant un cessez-le-feu unilatéral. Elle a bondi sur ses pieds et a commencé à crier : “Merci Dieu, merci Dieu !”. Suzanne [la mère] a passé la nuit à préparer sa maison pour recevoir son fils cadet comme un martyr, porté sur les épaules des gens. Son cœur saignait dès qu'elle se souvenait de lui en train de courir, lourdement armé, le long de la rue où il était supposé revenir en martyr…A ce moment, le sentiment qui l'avait envahie était que c'était la dernière fois qu'elle le verrait vivant. …Alors qu'il se dépêchait vers la mort…
في آخر مرة نجا فيها من عملية اغتيال استهدفت مجموعته الفدائية، عاد للبيت بعصبية لم تكن أبداً من طباعه، كاد يبكي وهو يردد: “في شي غلط .. يا أنا مش مصفي النية أو إنت .. بتضلك تقولي أودعتك الله .. نفسي استشهد .. ادعيلي أنالها.. ادعي” رجف قلبها يومها وهي تقول بصوت دامع: “الله ينولك الي في بالك” شعرت بروحها تتمزق وهي تسترجع هذه الذكريات، وتبتلع لوعتها لعدم قدرتها على أن تلقي على ابنها نظرة وداع أخيرة مع غصة كبيرة مريرة..
La dernière fois, quand il est sorti indemne d'une attaque contre son groupe de combattants, il était rentré à la maison tendu, ce qui n'était pas dans sa nature. Il pleurait presque quand il a dit : “Quelque chose cloche…Ou bien je ne suis pas pur dans mon intention, ou c'est toi qui ne l'est pas…Répète : ‘Je te confie à Dieu…Je veux devenir un martyr..Prie pour que cela me soit accordé…Prie pour moi…” Son cœur était serré ce jour-là, quand elle a dit avec des larmes dans la voix : “Puisse Dieu t'accorder ce qui est dans ton esprit.” Elle avait l'impression que son âme était en morceaux en se rappelant de ces moments, elle était amère de ne pas avoir pu dire un dernier adieu à son fils, et se sentait étouffer d'amertume.
حين انتهت من تحضير بيتها المتواضع لاستقبال الشهيد، صلت الفجر وجلست تراقب الهاتف، وتنتظر طلوع صباح جديد بلا شمس، وبدلاً من أن يرن الهاتف، لتسمع أخبار العثور على مؤمن، ضربت أذنها أصوات عدة صواريخ جراد وأخرى محلية الصنع تنطلق متلاحقة فصرخت منهارة “لااااااااا .. رجعت الحرب رجعت .. آه يا مؤمن آاااااااااااه”. أفاق زوجها على صوتها فوجدها تبكي، لم تستطع أن تقول له أن الأمل وُلد أثناء نومه الطويل العميق وقتل منذ ثوانٍ فقط.. وقبل أن يفهم أبو الشهيد القصة رن هاتفه النقال، رفعت رأسها وراقبته وهي تنتفض كان يحاول أن يفهم كلمات المتصل المشوشة بسبب سوء الإرسال، وحاولت أن تصغي علها تستطيع أن تسمع ما لا يستطيع هو التقاطه، فانتبهت فجأة أن هناك أصوات عالية في الشارع، فقفزت بلوعة وهي تصرخ باسم مؤمن. وتحت الشرفة كان هناك أحد رفاق الشهيد يحاول الاتصال بهم عبر الجوال ليخبرهم أنهم قد عثروا على جثة مؤمن بعد انسحاب الجيش الإسرائيلي من عدة مناطق منها جبل الريس حيث كان يرابط قبل استشهاده، وأنه مع عدد من رفاقه الشهداء في مستشفى الشفاء.
Quand elle a eu fini de préparer son modeste intérieur pour accueillir le martyr, elle a fait la prière du matin et s'est assise pour fixer le téléphone, attendre l'arrivée d'un nouveau matin, sans soleil. Au lieu de la sonnerie du téléphone, qui lui aurait appris la nouvelle de la découverte du corps de Mu'min, ses oreilles résonnaient de l'explosion de missiles Grad ou autres, explosant l'un après l'autre. Elle s'est mise à crier avec colère, “Noooooo…La guerre a recommencé, elle a recommencé …Oh, Mu'min, ohhhhhhh…” Son mari s'est réveillé à cause de cela et l'a trouvée en train de pleurer et elle ne pouvait pas lui dire que l'espoir né durant son long et profond sommeil [de retrouver le corps de Mu'mim’] venait d'être anéanti quelques secondes auparavant. Avant que le père du martyr ait compris son histoire, son téléphone mobile a sonné, elle a relevé la tête et l'a fixé. Elle tremblait, elle a essayé de comprendre les paroles de l'interlocuteur, qui étaient brouillées par la mauvaise communication. Elle a essayé d'écouter la conversation, dans l'espoir d'entendre ce que son mari n'était pas capable de comprendre. Elle est soudain devenue très consciente de voix fortes dans la rue, et a bondi sur ses pieds, en appelant Mu'mim’. Sous le balcon, un des amis du martyr essayait de les appeler depuis son téléphone mobile pour les informer que le corps de Mu'min's avait été retrouvé après le retrait de l'armée israélienne de certaines zones, dont Jabal Al Rayyis [à l'est de Jabaliya], où Mu'min avait pris position avant d'être tué. Il était, avec plusieurs de ses camarades martyrs, à l'hôpital Al Shifa.
مرت الدقائق كالساعات، وتوافد الأهل والأقارب والأصدقاء وامتلأ البيت الصغير بمحبي مؤمن وسوزان، وهي وقفت في الشرفة تنتظر حضور مؤمن، من الطريق الذي وعدها أن يعود منه، محملاً تنظر نظرة فارغة لنهاية الطريق، الذي بدا أطول بكثير مما كان عليه، أحاطتها أخواتها وشعرت بأن توتر ملحوظاً قد طرأ عليهن بعد مكالمة هاتفية، التفتت إليهن فوجدت عيونهن تحيطها بأسى وقالت إحداهن: “هذا ماجد بيقول إنه .. يعني .. أصله القسام أكدوا إن ما حدا ينكشف وجه مؤمن” نظرت لهن متشككة ورددت : “متحلل؟!” فاستدركت اختها قائلة: “لا لا .. والله قالوا إنه زي ما هو .. بس أصله .. أصله الصاروخ جاي برأسه .. ما في معالم بوجهه يا أختي .. كله صحيح بس الرأس.. قصدي .. خلي آخر ذكرى عنه حلوة .. هو أكيد ما راح يحب تشوفيه بهذا الشكل” أدارت بين وجوههن الباكية نظرة خاوية، وهمهمت بصوت منهك: “أنا أودعته الله .. الله ما راح يضيعه”
Les minutes duraient des heures, la famille et les amis sont arrivés, ils ont remplis la petite maison avec ceux qui aimaient Mu'min et Suzanne. Elle se tenait sur le balcon, attendant son arrivé, dans la rue où il avait promis de revenir, qui semblait être beaucoup plus longue qu'elle ne l'est. Ses sœurs l'entouraient, et elle sentait une tension monter depuis le coup de téléphone. Elle s'est tournée vers elles et a surpris leurs regards posés sur elle, pleins de détresse. L'une d'entre elles a dit, “Ce que Majid a dit…Je veux dire…que les brigades al- Qassam ont souligné que personne n'a été capable d'identifier le visage de Mu’min's …” Elle les a regardées d'un air de doute et a répondu, “Son corps a été déchiqueté ?” Sa sœur a précisé, “Non, non…Je jure qu'ils ont juste dit qu'il était…que la roquette l'a touché à la tête…Sœur, son visage n'a plus de traits…tout est intact, sauf sa tête…Je veux dire…Garde un autre souvenir de lui, meilleur…Il n'aurait certainement pas voulu que tu le voies comme ça.” Elle a regardé leurs visages en pleurs avec une expression absente, et a marmonné d'une voix épuisée, “Je l'ai confié à Dieu…Dieu ne permettrait pas que tout ceci soit en vain…”
عادت تنظر إلى الطريق الذي بدأ يتحرك أخيراً .. طالعتها وجوه أصدقائه وأقاربه ورفاق دربه يحملونه على أكتافهم، مكفناً بعلم كتائب القسام الأبيض، تماماً كما أراد دائما، وورائه هرولت جماعات من الناس يهتف أحدهم ويردد الآخرين “لا إله إلا الله والشهيد حبيب الله” وحين اقترب الجمع من الباب، وأدخل النعش، دفعت سوزان من حولها وشقت طريقها بلهفة لتجد النعش قد وُضع على طاولة تتوسط غرفة المعيشة.. ألقت بنفسها على جسده المسجى، وراحت تتحسسه بيدها، حتى التقطت يده من تحت العلم الأبيض، تحسست أصابعه وثنت يده، ثم ابتسمت من بين دموعها، وهي تستنشق رائحة عطرة ملأت هواء الغرفة والبيت والشارع، تعالت صيحات لا إله إلا الله حولهما في حين صاحت هي بصوت مكتوم: “ما ضيعك الله يامًا ما ضيعك الله .. الحمد لله .. الحمد لله.. طلبتها ونلتها .. الحمد لله .. لا إله إلا الله .. لا إله إلا الله”
Elle s'est tournée à nouveau vers la rue, qui avait enfin commencé à bouger…Elle a regardé les visages de ses amis, de ses parents, de ses camarades qui le portaient sur leurs épaules, enveloppé dans le drapeau blanc des brigades al-Quassam, exactement comme il l'avait toujours souhaité. Derrière lui, des groupes de gens se pressaient ; un homme criait, et les autres répétaient, “Il n'y a pas d'autre dieu que Dieu et le martyr est aimé de Dieu.” Quand la foule s'est approchée de la porte et la bière a été amenée à l'intérieur, Suzanne a repoussé ceux qui étaient autour d'elle et s'est dépêchée de trouver le corps, qui avait été placé sur une table au centre du salon. Elle s'est retrouvée à côté de son corps dans le linceul, et a commencé à le parcourir de ses mains jusqu'à ce qu'elle trouve une de ses mains sous le drapeau blanc. Elle a touché ses doigts et tourné sa main, puis elle a souri au milieu de ses larmes, en respirant le parfum qui remplissait l'air de la pièce, la maison, la rue. Les cris “Il n'y a pas d'autre dieu que Dieu” s'élevaient autour d'eux, et elle a dit d'une voix sourde, “Ceci n'a pas été en vain, mon fils, ceci n'a pas été en vain…Que Dieu soit remercié …Que Dieu soit remercié…Tu l'avais demandé… Et cela t'a été accordé…Dieu soit remercié…Il n'y a pas d'autre dieu que Dieu…Il n'y a pas d'autre dieu.”
ومن فوق الرؤوس الموحدة هبطت سكينة على القلوب الملتاعة، واتسعت ابتسامة رضى على وجه ودع الدنيا، وفي لحظات أخيرة تنظر عين راضية على الجسد الذي يستعد للفراق الأبدي ويحيط أمن بالعيون الدامعة، وهي تلقي آخر النظرات على النعش الذي عاد للأكتاف، وتنطلق قوة خفية في الأرجل الراكضة، وتتلاحق أنفاس اللاحقين المتزاحمين في الجنازة، مؤمن يستعجل الرحيل، يعود الجسد لبطن غزة، ترتقي الروح تودع، وداعاً ربماً ليس أخيراً، ما تبقى من أهل غزة ومن حارات غزة ومن مساجد غزة وكنائسها ومن ثبات غزة وحرائرها وجنائز الشهداء ودموع ثكالى وأرامل ويتامى غزة.. راحل يا مؤمن تتركنا وربما نظرت لنا روحك بحنانك المعتاد ورقة طبعك الجميل.. ربما نظرت لنا روحك وقالت: “أودعتكم الله”
Au-dessus des têtes massées, le calme est descendu sur les cœurs tourmentés, et un sourire calme semblait être sur le visage de celui qui avait dit adieu à cette vie. Dans les derniers moment, elle a tourné un regard contenté vers le corps qui était prêt pour l'adieu éternel, entouré d'yeux pleins de larmes, en paix, et a jeté un dernier regard au corps qui était à nouveau porté par des épaules. Un pouvoir caché se déchainait dans les pieds qui courraient, et les gens se sont bousculés pour rejoindre la procession funèbre. Mu’min était pressé de partir ; le corps retourne au ventre de Gaza, l'âme s'élève pour l'adieu, peut-être n'est-ce pas le dernier adieu, ce qui reste des gens de Gaza et de ses quartiers, de ses mosquées et de ses églises, de sa résolution et des processions funèbres de ses martyrs, et les larmes de ses endeuillés et des veuves et des orphelins…Mu'min, tu es parti, et tu nous a laissés derrière toi. Peut-être ton âme nous regardera-t-elle avec son habituelle chaleur et ses manières délicates et belles. Peut-être ton âme nous a-t-elle regardés et a-t-elle dit : “Je vous ai confiés à Dieu.”
إن صدقنا الله يا مؤمن فلن يضيعنا، هكذا تعلمنا من رحيلك أيها الصغير الذي كبر في غفلة منا، وبعد أن ظننا أننا كبار، جئت لترينا كم صغرنا.. جاء سريعاً هذا الرحيل، قبل أن نشبع من وجودك، قبل أن نفهم حقيقة وجودك، قبل حتى أن نستطيع أن نفهمك.. ما زلت يا صغيري لغزاً محيراً، كيف استطعت أن تفهم وتقرر وتعمل وتنجز وتحقق في هذا الوقت القياسي من عمرك القصير في هذه الدنيا الفانية .. لو كان كل منا يتحرك بطريقتك وإن كان في طريق غير طريقك لما كان هذا الحال حالنا.. أرجو أن لا يكون هذا وداعاً يا مؤمن نحتسبك عند الله شهيداً لحقت بالأحبة محمد وصحبه ومن تبعهم بإحسان إلى يوم الدين ونرجو الله أن ننال ما نلت من الشرف والكرامة عند الله …
Si nous faisons confiance à Dieu, Mu’min, Il ne laissera pas nos vies avoir été en vain. Voilà ce que nous avons appris de ton départ, oh mon cher petit, qui a grandi sans que nous comprenions, après avoir cru que nous étions adultes. Tu est venu pour nous montrer à quel point nous sommes devenus plus jeunes. Ton départ se produit trop tôt, avant que nous soyons rassasiés de ta présence, avant de comprendre la réalité de ton existence, et avant même que nous soyons capables de te comprendre. Mon petit, tu restes toujours un mystère. Comment as-tu été capable de comprendre, décider, agir, et atteindre ton but dans le court laps de temps de ta vie dans ce monde…Si tout le monde agissait de la sorte, même par d'autres chemins que celui que tu as pris, notre situation ne serait pas ce qu'elle est maintenant…J'espère que ce n'est pas un adieu, Mu’min, car nous te considérons comme un martyr de Dieu. Tu fais partie de eux qui sont préférés par le prophète Mohammed et ses companions, et par tout ceux qui ont cru en eux jusqu'au jour du jugement. Nous prions Dieu pour être honorés et distingués par Dieu de la façon dont tu l'as été…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site