Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Soudan : Adieux à un grand romancier et réflexions sur la CPI

Après une longue absence, un certain nombre de blogueurs soudanais passionnants sont de retour sur la blogosphère soudanaise, pour fulminer, partager leurs pensées sur les récents événements et décompresser. Ils sont cités dans la présente revue de blogs, en même temps que les «suspects usuels». (Tous les blogs cités ici sont en anglais)

Après une diatribe traduisant sa frustration contre les mauvaises conditions d'hygiène de l'aéroport international de Khartoum, Sudanese Optimist déplore la perte du célèbre et respecté romancier soudanais, Al-Tayeb Saleh.

Le Soudan a perdu un compatriote précieux, qui a apporté une formidable contribution à la littérature soudanaise et arabe. Son oeuvre la plus acclamée est son roman de 1966 «Saison de la migration vers le Nord.» Ce roman a été, à un moment, interdit au Soudan pour comporter une imagerie sexuelle, et pourtant il a été proclamé «roman arabe le plus important du Xxe siècle» par l'Académie littéraire arabe, dont le siège est à Damas, en Syrie.

Il y a quelques mois, l'Union générale des écrivains soudanais avait demandé que Al Tayel Salih soit inscrit sur la liste préliminaire pour le Prix Nobel de littérature 2009.

Ras Babi Babiker pleure lui aussi le décès de Saleh, en rappelant à notre souvenir le superbe roman qui a fait de lui un des grands noms de la littérature arabe moderne.

Saison de la migration vers le Nord (en arabe :  موسم الهجرة إلى الشمال Mawsim al-Hiǧra ilā ash-Shamāl ) est un roman classique post-colonial soudanais du défunt romancier Al-Tayyib Salih. Publié à l'origine en arabe en 1966, il a été traduit en anglais et en français.

Le roman retrace l'évolution du narrateur (qui n'est pas nommé), qui retourne dans son village natal au Soudan, après avoir passé sept ans en Angleterre pour poursuivre ses études.

A son arrivée chez lui, il rencontre un nouvel habitant du village («Mustafa Sa'eed»), qui ne manifeste, contrairement aux autres, aucune admiration béate pour ce qu'il a accompli, et affiche une attitude distante. Le villageois trahit son passé lors d'une soirée arrosée, en récitant avec nostalgie de la poésie, ce qui amène le narrateur à se jurer de découvrir l'identité de l'étranger. Il s'avère que Mustafa a été lui aussi un étudiant précoce, formé en Occident, mais qu'en même temps il recèle une relation de violent amour-haine avec son identité et les relations qu'il s'est faites en Occident. L'histoire du passé troublé de Mustafa en Europe, et en particulier de son histoire d'amour avec une femme britannique, est au coeur du roman.

Pendant ce temps, si Drima déplore comme ses camarades blogueurs la mort du grand romancier de son pays, il a aussi publié sur son blog une analyse approfondie sur les effets possibles d'un mandat d'arrêt de la CPI, inculpant le président soudanais pour crimes contre l'humanité et génocide.

La CPI ne peut pas grand chose par ses propres moyens pour faire exécuter le mandat d'arrêt (si même elle l'émet), et l'ONU est un tigre de papier édenté, mais…

… étant donné que nous avons à présent Susan Rice comme ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Hillary comme Secrétaire d'Etat (soi-dit en passant, elle a maintenant son blog), et une administration aux couleurs de l'Ane bleu [du parti Démocrate], la politique américaine à l'égard du Soudan va peu à peu devenir complètement différente de ce qu'elle était il y a seulement quelques mois quand Bush était encore aux commandes.

Un mandat d'arrêt de la CPI émis dans ce nouveau contexte aura dorénavant plus de poids, et par conséquent son émission potentielle sera un outil plus efficace pour contraindre Omar al-Bachir à agir en faveur de la paix au Darfour et à appliquer l'accord de paix inter-soudanais [de 2005, le ‘CPA’].

Mimz, qui revient dans la blogosphère après une longue absence, a elle aussi récemment mentionné le mandat d'arrêt de la CPI, et raconté ses mésaventures avec Facebook.

Comment décrire ça ? “Mince alors”, c'est trop faible. La dernière fois que j'étais là, c'était il y a presque un an et demi. Un tas de choses sont arrivées entre temps. Voici juste quelques points de repère.

1.  Je me suis inscrite sur facebook
2. Il y a une crise économique mondiale et elle prend de l'ampleur
3. Obama a été élu président des Etats-Unis
4. L'armée israélienne a attaqué Gaza, tuant et blessant des gens par centaines
5. La Cour pénale internationale a émis un mandat d'arrêt contre Omar El-Bachir pour crimes de guerre
6. J'ai passé mon diplôme
7 Sami El-Haj a été libéré de Guantanamo. (C'est clair que j'ai beaucoup de corrections à faire).
8. Gillian Gibbons a été arrêtée pour une «affaire de blasphème avec ours en peluche» à Khartoum
9. Les rebelles sont arrivés à Khartoum et ont attaqué tout le monde
10. J'ai désactivé mon compte facebook.

Ai-je dit que j'ai finalement obtenu mon diplôme ?

Hipster, une blogueuse soudanaise qui vit aux Emirats arabes unis, s'est elle aussi remise à bloguer activement. Elle nous fait partager une petite «expérience Che Guevara» qu'elle a faite en allant en voiture à son travail.

Agacée de m'être fait couper la route, j'ai regardé avec mépris le monstre sur roues, et j'ai été stupéfaite et amusée en voyant les couleurs et les mots qui ornaient le couvre-roue de secours.  La célèbre photo du visage icônique et déguenillé de Che Guevara était flanquée, comme en sandwich, par les inscriptions en gros caractères «T.N.T.» et «Al Maafia». Je n'ai pas pu m'empêcher de jeter un coup d'oeil à mon exemplaire en édition de poche de «The Young Che : Memories of Che Guevara» (note de la traductrice : titre français : Ici va un soldat d'Amérique ! L'itinéraire politique et humain du «Che à travers sa correspondance), posé sur le siège passager, ce qui m'a incitée à réfléchir à la mascarade qu'est devenu ce révolutionnaire.

Dans mon ignorance, je pose la question : qu'ont à voir «T.N.T.» et «Mafia» avec le Soldat des Amériques ?

Vous vous demandez si bloguer peut être une forme de thérapie ? Eh bien, vous n'êtes pas le seul. Path2Hope est aussi de cet avis.

Soudain c'est arrivé, le barrage qui bloquait ma capacité à coucher mes pensées sur le papier a cédé et d'un instant à l'autre tout a voulu se déverser. Tant de choses sur lesquelles écrire, tant d'expériences à raconter et  vous êtes assis devant votre ordinateur et vous vous demandez qui ça peut bien intéresser. Chacun a sa propre bataille à se coltiner, eh bien je suppose que bloguer est vraiment une forme de thérapie et un prétexte pour se faire plaisir.

Quant à JohnAckec, il nous rappelle aujourd'hui la situation de plus en plus affligeante de l'enseignement au Soudan :

Avec une trentaine d'universités au Soudan et les bruits qui courent sur la baisse du niveau des études et le taux de chômage en hausse chez les diplômés de l'université dans notre pays, on est amené à penser que l'enseignement supérieur a perdu son lustre et qu'il ne vaut quasiment plus rien. Rien ne pourrait être plus loin de la vérité.

Sur une note plus joyeuse, Precious a souhaité à toutes et tous une heureuse Saint Valentin.

Bien que j'aie cessé de croire à l'amour et aux sentiments passionnés dont je rêvais, et bien que je ne me fie plus aux feints «je t'aime» d'un homme, on peut toujours garder un peu d'espoir. Alors, quoi qu'il en soit, je vous souhaite sincèrement et du fond du coeur une très heureuse Saint Valentin, que vous soyez célibataire, sortiez avec quelqu'un, que vous soyez fiancé(e) ou marié(e). Profitez de cette journée et ne laissez personne, pas même lui ou elle, vous la gâcher !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site