Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guadeloupe : “Bavure” policière ?

Dans la confusion du conflit social qui affecte depuis un mois la Guadeloupe, il y a eu deux nuits de violence les 17 et 18 février. Outre des incendies volontaires de magasins et de nombreux feux de barrages routiers, ces heurts violents ont culminé avec le meurtre non encore élucidé d'un homme. Trikess, qui blogue sur Chien créole, raconte la mort de Jacques Bino, un dirigeant syndicaliste guadeloupéen, tué tard dans la nuit de mardi.

Depuis, de nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer, voire essayer de résoudre cette affaire. Le blogueur guadeloupéen Indiscrétions publie une lettre ouverte à ce sujet :

Le regretté Jacques BINO a été doublement victime. Il a été aussi victime de ces dysfonctionnements. Heureusement que des policiers ont aussi été blessés dans cette affaire. Heureusement qu'ils ne peuvent même pas être soupçonnés… sauf peut-être de non assistance à personne en danger.

C'est probablement une réponse aux déclarations officielles du Premier ministre français, et d'autres représentants de l'Etat, qui ont affirmé à la télévision que J. Bino a été assassiné par de jeunes émeutiers qui montaient un barrage routier. (L'enquête n'a pas encore abouti à un résultat officiel.) Voici l'opinion de ChienCréole au lendemain du meurtre :

Cela dit s’il est vrai que certains jeunes se sont livrés à des actes de violence aveugle de nature à porter atteinte à la vie d’autrui, et même s’il est fort probable qu’un d’entre eux ait appuyé sur la gachette de l’arme qui a tué Jacques Bino, les conclusions des uns et des autres sont un peu trop rapides et légères en l’absence des conclusions de l’enquête.

Dans le contexte de l'agitation sociale actuelle, la police paraît désireuse d'élucider ce meurtre aussi rapidement que possible. Pourtant, au lieu d'apaiser, l'enquête a été à l'origine d'un nouvel épisode très controversé, raconté d'abord par Trikess, puis relayé sur toute la blogosphère, Twitter et Facebook. Dans son billet intitulé Arrestation d'un jeune homme soupçonné d'avoir tué Jacques Bino, le blogueur raconte l'incident et met en ligne des photos à la fois du jeune homme arrêté par la police et de sa grand-mère, qui aurait été malmenée par la police. Il explique :

Six policiers, l’arme au poing, s’engouffrent les premiers dans le petit appartement. Ils se précipitent sans hésitation dans la chambre tout de suite à gauche et tombent à bras raccourcis sur Patrice, que les détonations et les cris des policiers viennent de réveiller en sursaut.

Samedi 21 février, le jeune homme a été relâché après avoir été innocenté par le disque dur de son PC, et tout au long de la semaine passée, les blogosphères guadeloupéenne (BworldConnection) et martiniquaise (Montray kréyol) ont exprimé leur inquiétude devant ce qu'elles considèrent comme une arrestation injustifiée. Des utilisateurs de Twitter et Facebook ont eux aussi diffusé cette information ainsi que les photos, stigmatisant déjà toute cette affaire comme une “bavure”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site