Ukraine : Ne répétez pas mes erreurs

Pavel Kutsev a raconté une histoire émouvante sur son blog depo3p [en ukrainien]. Dans son billet, il raconte les discussions qu'il a eu avec des jeunes démunis sur les conséquences désastreuses de la dépendance de la drogue.
Pavel, qui travaille  actuellement pour un  programme de harm reduction [un programme international pour la réduction des souffrances de la toxicomanie, ndt] en Ukraine, a été toxicomane pendant plus de 30 ans. Il est le co-fondateur et le responsable d'une Fondation ukrainienne de distribution gratuite de seringues aux toxicomanes, appelée Drop-in Center[en anglais].

Voici son récit :

J'ai reçu un appel dans la matinée… “Qui cela pourrait-il être de si bon matin ?”, me suis-je demandé, en regardant ma montre. Il était 7h15 …Ensuite, j'ai entendu la voix chaleureuse d'une femme d'un certain âge : “Bonjour M. Pavel! Je sais que je vous réveille, mais vous m'aviez dit que je pouvais venir n'importe quand, surtout si nous étions en train de parler de l'orphelinat”. “Oh oui… Je me le rappelle, “ai-je menti, mais je me suis souvenu que cette femme avait appelé plusieurs fois déjà…

“Oh oui, je regrette Mme Natalia Ivanovna.” J'ai allumé une cigarette et me suis rappelé qu'il y a quelque temps, j'avais promis à une femme qui s'était présentée à moi comme la directrice d'un orphelinat d'aller parler aux enfants.

“Ils sont entre la 8ème et la 10ème année d'étude; ils ont besoin de quelque chose d'atypique, pas trop lourd et qui les touche”, avait-elle ajouté.

“Mon nom est Natalia Ivanovna.” Il me sembla qu'elle avait lu mes pensées et je parie qu'elle était en train de sourire.

Au début, je me souviens avoir dit non. Je lui avais dit que notre communauté était très spécifique, nous ne sommes pas des jeunes, nous avions vécu la dépendance de la drogue pendant plusieurs années et  la prévention n'était pas notre domaine.

“Bien, il y a tellement d'organisations à Kiev,” avait rétorqué Mme Natalia Ivanovna. “Mais lorsque je leur demande de venir parler à nos enfants de ce problème, personne n'a du temps, tout le monde est occupé par quelque chose de plus important…. A propos, sachez que c'est la troisième fois que je vous appelle.”

“Vraiment?” J'avais ressenti comme un coup à l'estomac et j'avais décidé que JE DEVAIS y aller. « Je regrette vraiment, je promets que je vais y venir”…

J'ai réalisé aussitôt que j'étais dans de beaux draps. Oh mon Dieu ! Que pourrais-je dire à ces jeunes qui pourraient par l'âge être mes petits-enfants? “Ne panique surtout pas”, m'a dit ma femme pour essayer de me calmer. Emmène un ordi portable, demande-leur de faire un peu de thé, demande-leur de s'assoir autour d'une table et commence par leur parler de la vie. Après tout, pourquoi les personnes se créent-elles tant de problèmes ?”

“C'est parce qu'elles sont stupides!”, avais-je répondu.

“Tu vois !” Montre-leur les photos de nos brochures et des journaux. Ensuite, mets de la musique douce et montre-leur les photos faites lorsque nous étions de l'autre côté de la vie…Projette seulement quelques images. Laisse-les juste les regarder. Montre-leur des filles s'offrant à des étrangers dans la brousse à côté d'une autoroute juste pour avoir une dose. Laisse-les voir leur plaies purulentes ou comment elles se shootent dans l'aine ou le cou … Montre-leur des photos de Kirill, Zheka, Lekha, Ira, Tim et celles de leurs funérailles. Lorsque tu auras fini, demande à ces enfants s'ils veulent devenir des drogués”.

Je ne veux pas décrire les yeux de ces enfants après avoir vu ces images, où des jeunes dont ils auraient l'âge dans un an ou deux semblaient déjà avoir avoir 20 ans, où ils semblaient fous, dépassés…J'ai voulu écouter les réactions d'au moins quelques uns d'entre eux. Je leur ai demandé “Quels sentiments avez-vous eus sur les gens que vous venez de voir à l'écran ? Vous sentez-vous interpelés, indifférents ou éprouvez-vous de la pitié?”

Douze des vingt enfants m'ont dit ce que je voulais entendre de leur part. Ils ont éprouvé de la pitié.

Nous nous sommes séparés bons amis. La directrice, Mme Natalia Ivanovna, nous a dit qu'elle n'avait jamais entendu une conversation aussi sincère de la part de ses enfants. Quelques images l'avaient même émue, elle qui a servi comme chirurgienne militaire pendant 11 ans sur des champs de batailles en Afghanistan.

Je ne sais pourquoi, mais cette nuit je ne me suis pas senti fatigué, bien que je sois rentré à la maison bien tard….

PS: L'adresse de l'Internat  7 est vul. Beletskayam 55, Kiev, Ukraine

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site