Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Vidéos : Les radios communautaires comblent le manque d'informations

radio by http://www.flickr.com/photos/roycostello/

radio by http://www.flickr.com/photos/roycostello/

Dans un monde fortement globalisé et informatisé, quelques fois, nous pouvons oublier que dans beaucoup de régions du monde, même l'électricité n'est pas disponible, et la possibilité d'utiliser Internet comme source d'information alternative est encore un rêve lointain. C'est dans des endroits comme le Guatémala, le Tchad et l'Inde que les radios communautaires restent l'unique alternative pour les communautés pour parler de leurs problèmes, écouter les nouvelles et les informations et recevoir l'actualité, et tout ceci dans leurs langues maternelles

Au Guatémala, Proyecto Suri[en espagnol] a donné l’équipement pour la création d’une radio communautaire au CUC, le Comité Unitaire des Paysans[en espagnol] de manière à leur permettre de former les différents membres des communautés locales aux techniques de production d'émissions de radio répondant spécifiquement à leurs besoins d'informations. Dans un pays où 54 langues vivantes [en anglais] se côtoient, dans certains endroits, l'espagnol, la langue officielle du Guatemala, n'est pas parlée, ou lorsqu'elle l'est, elle l’est comme seconde langue. Proyecto Suri décrit comment les radios communautaires ont contribué à maintenir vivantes ces langues [en espagnol]:

Desde 1997 que el Concejo lucha por el derecho de las comunidades indígenas de comunicarse en su propios idiomas y a traves de sus propios medios de comunicación. Es por esto que en Guatemala las radios comunitarias cumplen uno de los roles mas importantes para lograr la recuperación de nuestras culturas originarias.

Depuis 1997, la Commission lutte pour le droit des communautés indigènes de s'exprimer dans leurs langues et avec leurs moyens de communication. C'est ainsi qu'au Guatemala les radios communautaires tiennent un rôles des plus importants pour la réappropriation de nos cultures d'origine.

La vidéo suivante [en espagnol] a été téléchargée par le ProyectoSuri. Elle explique le travail du CUC et les efforts accomplis par la radio communautaire :

Au Tchad, Internews [en anglais] est en train de remplir sa mission par la création, à partir de rien, d'une série de stations de radios communautaires dans les camps de réfugiés : de la construction des stations à l'installation des antennes et à la formation du personnel parmi les journalistes tchadiens et soudanais réfugiés, pour produire des programmes et des reportages sur des sujets tels que des services sur les femmes, l'assistance humanitaire ainsi que des informations qui intéressent tous ceux qui considèrent aujourd'hui les camps de réfugiés comme leur résidence. La  vidéo suivante [en anglais] dépeint une amélioration de la qualité de vie de ceux qui sont impliqués dans le projet, et pour les auditeurs :

En Inde, Notre voix (Namma Dhwani) est l'organisation qui a contourné les obstacles et découvert comment s'assurer que leur radio communautaire atteigne les populations ciblées. Voici la stratégie de la radio Namma Dhwani :

Au total, huit travailleurs communautaires font fonctionner le centre de production audio de Namma Dhwani. Ils produisent régulièrement et font une “diffusion de voisinage” (”Narrowcast”) des programmes d'intérêt commun sur une variété de sujets allant de l'agriculture biologique à la collecte de l'eau des pluies, au VIH/SIDA, à l'irrigation par goutte-à-goutte et à beaucoup d'autres sujets sur le développement local. Les auteurs ont inventé le verbe “Narrowcast” par opposition à “broadcast” (verbe anglais signifiant émettre) pour indiquer que jusqu'à présent, les autorités leur ont refusé l'autorisation de diffuser librement leurs programmes. En l'absence de cette autorisation, les responsables ont élaboré une méthode par laquelle des cassettes audio sont jouées pour les groupes  concernés dans chaque village.

Chaque mardi soir, pendant environ une heure, le programme Namma Dhwani est retransmis par  les hauts-parleurs qui font partie des installations du santhe/mandi (marché) du village, placés juste à côté du centre de production. Des informations concernant les marchandises en vente et les prix des produits agricoles sont fournies dans les “narrowcast”, ainsi que des messages à caractère social et même des vœux d'anniversaire.

La vidéo, également produite par eux, nous montre comment la programmation est établie et comment la communauté tire bénéfice de ces efforts.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site