Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande : Le manifeste “Siam Rouge”

L'universitaire Giles Ji Ungpakor est l'auteur du Manifeste ‘Red Siam’ qui a électrisé les débats politiques en Thaïlande au cours des dernières semaines [tous les liens sont en anglais]. Giles a récemment fui la Thaïlande pour éviter d'être poursuivi, au motif qu'il  a commis un crime de  lèse majesté. Il a été accusé d'avoir offensé la monarchie thaïe dans son ouvrage de 2007 [en anglais], A Coup for the Rich: Thailand's Political Crisis [Un coup d'état pour les riches : La crise politique en Thaïlande]. Giles réside en ce moment au Royaume-Uni.

Extraits du manifeste ‘Red Siam’ [en anglais]

1. Nous devons avoir la liberté d'expression et la liberté de choisir notre propre gouvernement sans aucune répression ou crainte.

2. Nous devons avoir l'égalité. Nous devons abolir la mentalité de “grande gens-petite gens”. Nous devons abolir la pratique de faire des courbettes devant la famille royale.

3. Notre pays doit être un État-providence. Les impôts doivent être prélevés auprès des riches. Les pauvres ne sont pas un fardeau, ils sont des partenaires pour le développement du pays.

4. Dans notre pays, le roi doit respecter son rôle constitutionnel et cesser d'intervenir dans la politique.

5. Pendant bien longtemps, la société thaïe a été sous la main de fer des généraux. Nous devons réduire le budget de l'armée et abolir l'influence de l'armée sur la société, en nous assurant que celle-ci ne soit plus un obstacle à la démocratie.

6. Nous devons avoir la justice. Les juges ne devraient pas invoquer le pouvoir reçu de la couronne pour empêcher les gens de critiquer leurs décisions. Nous devons changer la manière dont les lois sur les ‘”outrages à magistrat” sont utilisées pour ne pas avoir à rendre de comptes.

7. Les citoyens dans les villes et communautés doivent prendre part à la gestion de toutes les institutions publiques telles que les entreprises étatiques, les médias, les écoles et hôpitaux.

8. Notre pays doit se moderniser. Nous devons développer le système éducatif, le transport et le logement. Nous devons créer de l'énergie à partir des sources éolienne et solaire pour protéger l'environnement.

9. Notre pays doit embrasser la paix, il ne doit pas déclencher des conflits avec des pays voisins ni soutenir des guerres.

Je n'allais pas quitter le pays avec la queue entre les jambes, je n'allais pas fuir. Dès que j'ai quitté le pays, j'étais décidé de me battre de nouveau sans aucune restriction. J'ai écrit les notes du manifeste dans l'avion en quittant Bangkok pour Londres.

Il fait remarquer que le manifeste n'est pas très progressiste dans le contexte de l'Europe occidentale mais en Thaïlande, il est déjà subversif:

J'ai estimé que c'était vraiment nécessaire que quelqu'un dise ces choses parce que c'est dans l'esprit de milliers de personnes en Thaïlande, mais personne ne l'a dit. L'accueil a été incroyable ; les gens ont été très excités par le manifeste, et ils m'ont été d'un réel soutien. Bien sûr, l'autre côté a été très en colère, mais c'est ce que j'espérais. Les gens ont diffusé ce manifeste et ainsi de suite. Ce qui est intéressant, c'est que ce manifeste, dans le contexte de l'Europe occidentale, n'est pas très progressiste. C'est normal. Dans le contexte thaï, cependant, il est très explosif.

Il clarifie, ensuite, que le manifeste n'est pas “seulement une critique du  roi, il est (aussi) une critique de la manière dont le système monarchique est utilisé en Thaïlande.”

Mon manifeste n'est pas nécessairement une critique du Roi, il est une critique de la manière dont le système monarchique est utilisé en Thaïlande. Parce que je ne crois pas que le Roi a participé au coup d'état. Je ne crois pas que le Roi est même nécessairement la personne la plus puissante en Thaïlande. Je pense que l'armée, ainsi que ceux qui entourent le roi et légitiment ce qu'ils sont en train de faire au nom du roi, sont ceux qui ont réellement du pouvoir en Thaïlande. Il (le manifeste) est plus une critique de ceux-ci, ainsi que leur manipulation de la monarchie.

John Francis Lee commente sur son blog que Giles aurait du éviter de critiquer inutilement le roi thaï :

J'aurais préféré que le manifeste de Giles évite de critiquer Sa Majesté et se concentre sur le vrai point de conflit. Vous ne pouvez pas l'avoir de deux manières : prétendre vouloir que S.M le roi ne fasse pas de politique et puis le critiquer pour ne pas agir dans le sens que vous espérez.

De même,  la sévère critique de Giles contre Sa Majesté a mis les gens qui ont signé “sa” pétition dans une situation délicate, en Thaïlande. N'importe qui ne peut pas se lever et prendre un vol pour Oxford. Les gens qui ont signé la pétition ne faisaient pas de Giles leur porte-parole, ni n'étaient même d'accord sur tous ce qu'il avait dit, et ne s'étaient pas rangés derrière son point de vue. Mais le manifeste de Gilles les a assimilés à l'opposition. Et sa critique du Roi dans son manifeste a jeté une ombre sur les points très justes qu'il soulève dans le texte.

John se référe à la pétition signée par plusieurs universitaires, exigeant que les autorités n'utilisent pas le crime de ‘lèse majeste’ en Thaïlande, puisque cette loi viole la liberté d'expression ainsi que la liberté d'éducation.

Le manifeste a été classé comme un texte “affectant la  sécurité nationale” de la Thaïlande. Les autorités ont demandé aux responsables des fournisseurs des services Internet de collaborer pour ” surveiller la circulation de l'article.”

Si vos systèmes ne sont pas paramétrés pour que les filtres empêchent l'accès à l'article, veuillez le faire, étant donné que cela bénéficiera considérablement à la sécurité nationale. Veuillez prendre ces mesures de toute urgence.

Le blogueur Docteur J ne parvient pas comprendre pourquoi les autorités veulent censurer le document :

Pourquoi le “Siam rouge” leur semble-t-il une telle menace, alors que très peu de gens seront d'accord avec Giles à ce sujet ? Un type sage peut argumenter avec plein d'arguments sur les idées communistes de Giles, mais un débile choisira un chemin idiot, comme celui qu'a pris la TCI (autorité de régulation).

Alex défend le manifeste parce qu'il est “explicitement pacifiste” :

La meilleure chose au sujet du manifeste, au fait, est que pour changer, nous avons un Thaï qui n'essaie pas d'imposer ses idées aux autres. Ah, et le manifeste est explicitement pacifiste.

Le blog Thailand Jumped the Shark décrit le manifeste comme une déclaration vraiment révolutionnaire:

Je pense que c'est une déclaration très révolutionnaire. Je suis d'accord avec une grande partie de celle-ci, particulièrement ses critiques contre l'armée, l'élite aristocratique, le système judiciaire et le ‘PAD’, mais je ne pense qu'il ne rend pas service au mouvement des Chemises Rouges en lançant un appel pour la république, et je ne pense pas non plus que, si vous posiez la question à la plupart des Chemises Rouges, elles veuillent abolir la monarchie et aller vers la république.

Je suis vraiment désolé pour Jai, parce que je ne sais pas comment il pourra revenir en Thaïlande, à moins qu'elle ne devienne une république. Je ne vois pas cela se produire de sitôt.

Les Chemises rouges ne s'assimilent pas aux mouvements gauchistes.  Le rouge c'est la couleur de l'opposition. Bon nombre d'entre eux sont des supporteurs du Premier Ministre évincé Thaksin Shinawatra. Mais, les Chemises Rouges prétendent que leur mouvement se détache maintenant de Thaksin pour aller plus loin.

Le groupe FAIT – Freedom Against Censorship in Thailand fait remarquer que l'exil de Giles et le manifeste ‘Red Siam’ ont fait l'effet d'une bombe. Jotman souligne l’importance historique du manifeste :

Cette déclaration me frappe comme valant la peine d'être publiée d'une part et comme un texte d'importance historique d'autre part. Je n'ai à l'esprit aucune autre déclaration telle que celle-ci, publiée ces dernières années et personnellement signée par une personnalité thaï d'une telle envergure.

The Nation's State crédite le manifeste d'avoir généré des débats sur la monarchie:

Je ne suis pas forcement d'accord avec Giles, mais j'apprécie certainement sa décision de se battre de nouveau et d'imposer un débat sur la monarchie.

Il a raison de dire que son manifeste n'est pas progressiste en Europe, mais en Thaïlande, il est extrêmement subversif.

Al Jazeera TV a fait un reportage sur le crime de ‘lèse majesté’ et  la campagne politique lancée par Giles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site