Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arménie : Premier anniversaire des sanglants affrontements post-électoraux de 2008

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche 1er mars dans les rue d'Erevan en souvenir des troubles sanglants qui ont suivi les élections en Arménie l'année dernière [en anglais], causant la mort de huit civils et de deux policiers. Alors que certains activistes de l'opposition sont toujours derrière les barreaux, le gouvernement arménien est accusé de ne pas enquêter sérieusement sur ce qui s'est passé.

Une vidéo de A1Plus du début de la marche de protestation du 1er mars 2009 [en arménien]

Unzipped, un blogueur pro-opposition modéré évoque les événements de l'année dernière [en anglais]:

1 year on… We have yet to hear from the Armenian authorities a simple “Sorry” and “My condolences” for all 10 people who died on 1 March 2008…

[…]

Un an a passé … Nous attendons toujours que les autorités arméniennes expriment un simple “Désolés” et “Toutes nos condoléances” pour les dix personnes décédées le 1er mars 2008…
[…]

Ditord [en anglais] craignait il y a quelques semaines que la commémoration ne se déroule pas de manière pacifique.

[…] [L]ooks like we’re in for an unsanctioned rally on March 1. Let’s hope for the best, but be prepared for the worst…

[…] on dirait que la manifestation du 1er mars ne sera pas officiellement autorisée. Espérons que tout se passera bien mais préparons nous au pire…

Heureusement, ainsi que l'indique le responsable de la région du Caucase pour Global Voices sur le blog Frontline Club, la journée s'est terminée dans le calme [en anglais].

[…] security was high with reports of some roads into the capital being blocked by police and busloads of riot police parked close to the presidential palace. Water cannon trucks were also to be seen close to the Yerevan opera although police were not decked out in riot gear at the Matenadaran itself.

[…]

With the exception of one brief moment of tension when a crack squad of special police forces intervened in some  incident during the march, the day passed without incident. […]

[…] les forces de police étaient nombreuses. On rapporte que certaines routes vers la capitale étaient bloquées par la police et de nombreuses forces anti-émeutes stationnaient à proximité du palais présidentiel. On a également vu des canons à eau près de l'opéra d'Erevan mais les policiers présents au Matenadaran n'étaient pas en tenue anti-émeutes.

[…]

À l'exception d'un bref moment de tension lorsqu'une escouade de police spéciale est intervenue lors d'un incident pendant la marche, la journée s'est déroulée sans incidents.

Le blog de A1Plus [en arménien], une chaîne de télévision non autorisée qui soutient l'opposition, confirme et offre ses propres observations.

[…] ըստ ընդհանուր պատկերի, առանձնահատուկ զսպվածությամբ էին գործում ինչպես հանրահավաքի մասնակիցները, այնպես էլ ոստիկանության աշխատակիցները:

[…] tant les manifestants que les forces de l'ordre ont fait preuve d'une exceptionnelle auto-discipline.

Mais Mark Gregorian [en russe], un journaliste arménien en exil, rappelle à ses lecteurs que de nombreuses questions restent sans réponse.

– Насколько конституционным было объявление чрезвычайного положения?

– Использовалась ли армия против демонстрантов (использование армии внутри страны противоречит Конституции)?

– Кто приказал стрелять?

– Кто стрелял?

– Кто убил?

– Какова степень личной ответственности разных людей из обоих лагерей в случившемся и, в первую очередь, в гибели людей.

– Какова степень институтциональной ответственности властей и оппозиции в случившемся?

- L'état d'urgence était-il constitutionnel ?

- L'armée [outre la police anti-émeute] a-t-elle été utilisée contre les manifestants (est-il constitutionnel que l'armée affronte ses concitoyens) ?

- Qui a donné l'ordre de tirer ?

- Qui a tiré ?

- Qui a tué ?

- Quel [était le] degré de responsabilité individuelle des différentes personnes des deux camps dans ce qui est arrivé, en particulier en ce qui concerne la mort de manifestants ?

- Quel est le degré de responsabilité institutionnelle des autorités et de l'opposition dans ce qui est arrivé ?

Plus tard dans la journée, Unzipped a publié un second billet [en anglais] sur les violences du 1er mars 2008 :

Despite unprecedented tragic consequences, restrictions of civil liberties, political prisoners, the movement had resulted in some important positive developments. It was an awakening for the society in hibernation for more than a decade. Number of genuine, albeit small, civil groups and initiatives were developed, particularly among youth, aimed at democratisation of our society.

For me, one of the main positive outcomes of the movement was the fact that Armenian government, authorities, started paying more attention to public opinion. […]

Malgré des conséquences tragiques sans précédent, la restriction des libertés civiles, les prisonniers politiques, le mouvement a eu des développements positifs importants. Il a marqué le réveil d'une société en hibernation depuis plus de dix ans. Un certain nombre de groupes citoyens ou d'initiatives, même s'ils sont modestes, se sont développés, en particulier parmi la jeunesse, qui visent à la démocratisation de notre société.
Pour moi, l'une des principales conséquences positives du mouvement est que le gouvernement arménien et les autorités ont commencé à prêter une plus grande attention à l'opinion publique. […]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site