Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ukraine : Semaine explosive pour Naftogaz et le ministre des affaires étrangères

La semaine qui s'achève aura été passablement mouvementée en Ukraine : mardi, le parlement a renvoyé le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Volodymyr Ohryzko, et, mercredi, la police anti-émeutes a pris d'assaut le siège à Kiev de Naftogaz, la compagnie nationale ukrainienne d'énergie.

Ukrainiana écrit ceci [anglais, comme tous les blogs cités] en ce qui concerne le ministre des affaires étrangères :

Mardi, la Verkhovna Rada a renvoyé Volodymyr Ohryzko, le ministre des affaires étrangères ukrainien, qui avait il y a peu réprimandé l'ambassadeur de Russie Victor Tchernomyrdine pour s'être immiscé dans les affaires intérieures de l'Ukraine.

La motion a réuni 250 voix : 174 du Parti des Régions, 27 du Parti Communiste, et 49 du toujours plus pro-russe Bloc Ioulia Timochenko (BIouT).

[…]

Timochenko n'appréciait pas la relation de subordination directe d'Ohryzko avec le Président Iouchtchenko. «Comme ministre, Ohrizko ne me convenait absolument pas. C'est un homme qui n'est pas professionnel, un homme qui se lançait systématiquement dans des provocations contre le gouvernement.»

Au diable le politiquement correct ! Il serait temps que Timochenko nomme Tchernomyrdine ministre des affaires étrangères de l'Ukraine !

LEvko, de Foreign Notes, propose l'explication suivante au raid sur les bureaux de Naftogas :

[…] Il n'est pas déraisonnable de conclure que le raid du SBU hier a été le renvoi d'ascenseur pour la participation du BiouT à l'éviction du Ministre des affaires étrangères du président, Volodymir Ohryzko, au parlement il y a quelques jours, et n'est rien d'autre qu'un nouveau round dans la guerre d'usure entre président et premier ministre. […]

Ukrainiana a donné des éléments du contexte, qualifiant ce qui s'est passé d’ «épisode intéressant Iouchtchenlo-Firtach contre Timochenko-Poutine, avec en vedette l'unité d'élite Alfa du contre-terrorisme ukrainien» :

[…] Mercredi, Alfa a pris d'assaut le siège social de Naftogaz à Kiev pour saisir les accords de Timochenko sur le gaz et empêcher le vol supposé du soi-disant «gaz technique.»

Explication : c'était le gaz que Firtach avait perdu au profit de Timochenko quand il a perdu le soutien de Poutine en janvier. Le chef des douanes d'alors, Valery Khorochkovski, qui est en relations d'affaires avec Firtach, a refusé de valider la transaction, la jugeant illégale. Résultat, quelque milliards de mètres cubes du gaz de RosUkrEnergo ont plusieurs fois changé de mains entre Naftogaz et Gazprom. Timochenko a ensuite limogé  Khorochkovski, et Iouchtchenko l'a nommé directeur adjoint du SBU.

[…]

Cela me fait aussi penser à la façon dont Iouchtchenko et son équipe  se sont affrontés avec les membres du régime Kouchma – Ianoukovitch à la Commission électorale centrale en octobre 2004.

Les temps ont changé.

Aujourd'hui, c'est Iouchtchenko et Timochenko qui s'affrontent, avec des intérêts particuliers de part et d'autre. […]

Pour davantage d'explications et d'analyses, on peut se référer au blog de Tetyana Vysotska, What's Up, Ukraine? :

[…] Quoi qu'il en soit, ce qui est le plus intéressant, ce n'est pas le tableau effarant, mais les racines du scandale. Comme dans tous les problèmes contemporains de l'Ukraine, il a ses origines dans la lutte pour le pouvoir entre le Président de l'Ukraine Victor Iouchtchenko et le Premier Ministre d'Ukraine Ioulia Timochenko. […]

James, du blog de Robert Amsterdam, introduit ainsi son billet sur le siège de Naftogaz :

La désintégration de l'Ukraine se poursuit. […]

Eternal Remont publie aussi son billet sur le siège de Naftogaz et semble être du même avis sur l'état de l'Ukraine :

[…] C'est sûr : l'Ukraine tombe en morceaux. […]

Abdymok, qui vit à Kiev, et s'est trouvé à proximité de l'immeuble de Naftogaz au moment du raid, a choisi de mettre en ligne une photo tranquille prise «au coin de la rue» :

en tournant juste le coin après Naftogaz, où les policiers anti-émeute, brandissant leurs fusils d'assaut automatiques, se faisaient bousculer par les députés appartenant au bloc éponyme du premier ministre Ioulia Timochenko, des ouvriers alignaient des bacs à fleurs qui devaient être hissés sur les rebords des fenêtres du siège de l'administration municipale de Kiev, sur le Khrechtchatyk, l'artère principale de la capitale. (Kiev, 4 mars)

Dans un autre billet, Abdymok a publié ce commentaire sur le conflit :

[…] les droits de propriété ne sont pas protégés en Russie et en Ukraine, des pays aux systèmes de jurisprudence dysfonctionnels, ce qui compte ici, c'est la taille, la force, le culot, la cruauté, l'astuce, le désir, la haine, etc…

Tandis que les crises du ministère des affaires étrangères et de Naftogaz dominaient les médias et la blogosphère cette semaine, la crise financière a, elle aussi, reçu sa part d'attention.

Adrian Blomfield, le correspondant à Moscou du Daily Telegraph, a mis en ligne cette note sur Twitter pendant son voyage en Ukraine :

Les banquiers que j'ai rencontrés à Kiev ont été étonnemment optimistes pour le secteur et l'économie en général. Se prennent-ils eux-mêmes au mot ?

Petro, de Petro's Jotter, s'est rendu en voiture de Kiev à Kharkiv et de Kharkiv à Donetsk, et a mis en ligne ses observations sur la vie, les affaires et la politique en Ukraine. Voici un extrait du premier billet de Petro :

[…] Le sujet général de conversation, c'est comment tout le monde a cessé de dépenser de l'argent et attend que quelque chose change. Il n'y a pas de crédit. Les banques font faillite. Ensuite, la conversation passe aux inspecteurs des impôts, aux politiciens locaux corrompus et ainsi de suite. J'avais l'impression d'avoir remonté le temps et de me retrouver dans l'Ukraine de 1995. […]

Un autre extrait, du second billet :

[…] A la lisière de Kramatorsk, je m'arrête au «Café Art Nirvana» pour prendre un café. C'est un restaurant chic et vide, avec des nappes sur les tables, et des serviettes pliées de toutes sortes de façons dans les verres. Impressionné par les tables parfaitement mises, je m'asseois sur l'un des quatres tabourets du petit bar à l'arrière. Anton semble heureux d'avoir quelque chose à faire tandis que la machine à café Saeco moud bruyemment l'exacte portion de grains de café nécessaire.

Je lui demande : «Avez-vous ressenti l'impact de la crise économique mondiale ?»
«Pas vraiment, les affaires sont les mêmes au restaurant,» répond Anton.
«Et l'usine ? D'ailleurs, combien de personnes y travaillent ?»
«Environ 45.000. Je n'ai pas entendu parler de licenciements. Il y a aussi plusieurs autres usines à Kramatorsk.»

Je sirote le café à 14 hryvnia, et me demande combien il vaut. En août dernier, c'était 2$80, le mois dernier 2$, et à présent, d'après les taux que j'ai vu à un Obmin [bureau de change] en quittant Kharkiv, moins d'1$40.

Je lui demande : «Alors, j'imagine que vous êtes un partisan du Parti des Régions de Ianoukovitch ?». […]
«Tout à fait. Kramatorsk a voté à 99% pour Ianoukovitch», dit Anton avec fierté.

Je me souviens des allégations pendant la Révolution Orange, selon lesquelles les ouvriers recevaient des instructions pour voter d'une certaine manière, sinon l'usine pourrait fermer.

Je spécule : «Qui sait, il va peut-être devenir président pendant que Iouchtchenko et Timochenko se disputent».
«Ça serait super.» […]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site