Madagascar : Entre le chaos, la désinformation, et quelques vérités dures à entendre

Après plus d'un mois et demi de crise politique à Madagascar, la confusion s'installe tandis que la lutte pour le pouvoir [en anglais] entre le Président et l'ancien maire d'Antananarivo s'envenime, laissant les observateurs inquiets de l'issue de l'impasse politique[en anglais].

De plus, la guerre médiatique fait tellement rage à Madagascar que chaque article publié par les médias locaux est maintenant mis en doute par les citoyens malgaches, très sensibles aux  risques de désinformation[en anglais] .

Cependant, quelques éditoriaux qui tentent de comprendre les racines de la crise entre le président Marc Ravalomanana et l'ancien maire de Antananarivo, Andry Rajoelina, ont touché une corde  sensible de la psyché malgache et ont été très commentés sur la blogosphère malgache.

Guerre médiatique

Les exemples d'informations contradictoires et de confusion dans les médias malgaches ont été abondants au cours de la semaine écoulée :

  • L'information du 7 mars selon laquelle  le siège de Viva Radio était attaqué , alors que la radio émettait toujours le jour suivant  (les bureaux de la radio pro-Andry Rajoelina Viva ont effectivement été  visités par l'armée, mais la radio n'a pas été saisie).

Pour  résumer, la situation est une  pelote inextricablement emmêlée, qui appelle à se pencher sur la culture malgache.

Patrols in the streets (via http://ariniaina.wordpress.com/)

Patrouilles dans les rues (http://ariniaina.wordpress.com)

La psyché d'une nation

Voici l'éditorial de  Ndimby A. dans le quotidien Madagascar Tribune, intitulé : “Auto-derision” :

Dans cet éditorial,  Ndimby tente d'exposer la nature même de la culture sociale malgache, qui se prête à des cycles répétés d'instabilité politique à travers l'histoire de Madagascar, et des périodes d'extrême pauvreté chronique. Il fait une liste de plusieurs raisons, en voici quelques unes ci-dessous :

Le complexe de l’insulaire:
Nous nous sentons intelligents. Nous nous sentons doués. Et la pauvreté ou les crises politiques ne peuvent donc qu’être des accidents de parcours. De la faute des bailleurs de fonds, de la faute des politiciens, de la faute des réseaux mafieux, de la faute à pas de chance, de la faute au voisin, de la faute aux grandes puissances, de la faute aux cyclones, de la faute au karma, de la faute des autres. Mais, ne faisons-nous pas partie des autres ?

Le Malgache et le développement:
Le malgache est-il fait pour le développement ? Le malgache est-il fait pour la démocratie ? A priori ces deux questions peuvent sembler être provocatrices, voire choquantes. En fait, elles le sont. Mais au-delà de la provocation, le contexte de cette crise politique et la situation de notre pays après 50 ans d’Indépendance invitent à une véritable réflexion sur la mentalité malgache, sur nos valeurs et sur nos défauts.
Dictons, proverbes et autres expressions usuelles sont une bonne illustration de la mentalité populaire. Or que dit-on à Madagascar ? Ny hazo avo halan-drivotra (le vent a horreur des arbres trop hauts), véritable hymne à la médiocrité pour appeler chacun à ne pas se faire remarquer et à ne surtout pas faire de zèle.

… la culture malgache est une culture de marimaritra iraisana, qui ne signifie pas toujours consensus (ce qui aurait été une bonne chose), mais plutôt compromis. Dans le pire des cas, le marimaritra iraisana est le mauvais arrangement. C’est la compromission qui a fait tout le monde courber l’échine devant les abus de Marc Ravalomanana depuis 2002, pour éviter les « problèmes ». [..] C’est la compromission qui a fait que tout le monde, au début, a trouvé son compte dans les agissements de Andry Rajoelina, avant de s’effarer de ce train à grande vitesse sans frein ni marche arrière.

Les réactions des blogueurs malgaches

La tirade de Ndimby a trouvé écho auprès de quelques blogueurs, des deux côtés du conflit, inquiets du manque de leadership et de la confusion qui règne.

Jentilisa écrit sur  les derniers événements qui ont conduit à une marche de soutien au gouvernement, suivie par environ mille personnes à  Mahamasina le 9 mars (en malgache):

Koa satria tsy handray andraikitra ny mpitandro ny filaminana amin'izao fandrobana mahatsiravina, 26 janoary 2009-bis notontosaina androany 9 martsa 2009 izao, dia niantso ny mpanohana ny ara-dalàna sy tsy manaiky ny hisian'ny barazy arahina fandrobana ny tao amin'ny radio mada

Nous assistons à une répétition des événement du 26 janvier aujourd'hui (9 mars), et comme l'armée n'acceptera pas, encore une fois, d'endosser la responsabilité du désastre qui se déroule, un appel à une marche a été lancé aujourd'hui sur Radio Mada, à tous ceux qui soutiennent l'état de droit et n'acceptent pas la présence des barrages [dressés par les supporters de Rajoelina].

De l'autre côté de l'échiquier politique, Avylavitra blâme le gouvernement pour avoir piraté la fréquence de Viva Radio (en malgache):

Tsy nampoizina anefa ny zava-misy fa hay ny RADIO MADA no io henion’ny rehetra amin’ny onjam-peon’ny Viva io… Filana ady ve sa fihantsiana no anton’izany?

A ma grande surprise, au lieu d'entendre Radio VIVA, on a entendu RADIO MADA sur la fréquence de Viva… Pourquoi faire ça ? Provocation ou agression ?

D'autres, tels que Tahina, se demande si les rumeurs selon lesquelles  le conflit peut dégénérer en guerre civile sont fondées :

Il n'est plus sûr de parler politique en public (y compris dans les bus) car vous ne savez pas qui vous écoute et de quel côté ils sont. Une simple rumeur sur votre compte peut vous porter tort, à vous et à votre famille.

Le blogueur Pakysse demande une seule chose aux deux rivaux (en malgache) : qu'ils se parlent.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site