- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Bourses Rising Voices : Les projets primés en Côte d'Ivoire, Libéria, Chine, Mongolie et Yémen

Catégories: Côte d'Ivoire, Libéria, Mongolie, Yémen, Cyber-activisme, Environnement, Femmes et genre, Médias citoyens, Migrations & immigrés, Technologie

En janvier [1], nous avons reçu plus de 270 projets d'activistes, de blogueurs et d'associations désireux d'utiliser les nouveaux médias pour introduire des communautés – souvent ignorées par les médias qu'ils soient traditionnels ou nouveaux – sur le Web.  C'est le plus grand nombre de propositions que Rising Voices ait reçu depuis sa naissance il y a deux ans et la création de micro-bourses pour aider à la formation aux nouveaux médias [2]. Cet intérêt grandissant pour les médias personnels dans la société civile prouve que nous assistons tous à une évolution majeure dans notre manière de nous informer sur le reste du monde et dans les sources qui contribuent à nous informer.

Sur les 270 projets proposés, les cinq suivants ont été distingués comme les plus représentatifs de l'innovation, des motivations et de l'engagement que Rising Voices souhaite soutenir. [les sites et blogs cités sont en anglais ou en français].

Abidjan Blog Camps

Théophile Kouamouo [3] est depuis longtemps un des blogueurs les plus connus de l'Afrique francophone. Basé à Abidjan, en Côte d'Ivoire, Théophile Kouamouo est l'un des fondateurs du réseau Ivoire Blog [4] et a lancé la chaine de billets de blogs très suivie,“Pourquoi je blogue sur l'Afrique [5].” (Elia Varela Serra a écrit à ce sujet un billet  [6]en deux parties [7] sur Global Voices.) Théophile Kouamouo essaie maintenant d'amener plus de ses compatriotes dans la blogosphère en organisant une série “d'ateliers de blogs” à Abidjan, pour que les blogueurs ivoiriens déjà initiés puissent se rencontrer et parler de leurs expériences, et pour former de nouveaux blogueurs afin qu'ils se joignent à eux.  Théophile Kouamouo a proposé [8] cette idée en août de l'année dernière, et de nombreux commentaires enthousiastes ont soutenu l'initiative. Les Blog Camps ont une longue histoire dans la formation de nouveaux internautes au Web participatif. Un certain nombre de blog camps ont eu lieu en Inde, dont celui de  Chennai en 2006 [9] et, plus récemment, à Mumbai [10]. Blogcamp CEE [11] , en octobre dernier, a réuni de nombreux participants de la blogosphère russophone. Mais l'Afrique, et plus particulièrement l'Afrique francophone de l'ouest,  a été négligée par la blogosphère mondiale. Ce qui commence à changer.  Panos Afrique de l'ouest, en partenariat avec Highway Africa et Global Voices, ont récemment annoncé les lauréats des Prix Waxal [12]. L'an prochain, nous pouvons nous attendre à trouver  des blogs ivoiriens parmi les blogs distingués, car  Théophile Kouamouo organisera une série d'événements pour former des dizaines, si ce n'est des centaines, de nouveaux blogueurs ivoriens. Les Blog Camps d'Abidjan encourageront aussi à plus d'interaction entre les blogs africains, en s'associant aux blogs camps existant déjà dans les pays suivants : Madagascar [13], Kenya [14], Ouganda [15], Maurice [16], et Afrique du Sud [17].

Cessez-le-feu Libéria

West_Africa_map.jpg 1.jpeg

A l'ouest de la Cote d'ivoire se trouve le Libéria et ses 3,5 millions d'habitants. Fondé par des esclaves affranchis des États-Unis au début du 19ème siècle, cet état a connu une guerre civile de 14 ans et une période de terrible insécurité, qui a conduite à l'installation des forces de l’ ECOWAS [18] et des Nations Unies [19] sur le territoire.  Aujourd'hui, le Libéria se remet lentement, en dépit d'infrastructures très pauvres, d'un chômage qui touche 80% de la population, et du problème des anciens soldats (beaucoup d'entre eux étaient mineurs) [20] qui doivent être réintégrés dans la société. De nombreux Libériens mettent tous leurs espoirs dans des amis ou parents qui vivent à l'étranger, aux États-Unis. Mais la diaspora libérienne et les Libériens communiquent peu et se comprennent mal.  Via un partenariat avec African Refuge [21] – un centre d'accueil pour les jeunes en Afrique de l'ouest – et le Century Dance Complex [22] à Park Hill, Staten Island [23] (où vit la plus grande communauté de Libériens en dehors de l'Afrique), ainsi que Amnesty International à Monrovia [24], la journaliste indépendante Ruthie Ackerman [25] souhaite les aider à participer à la construction d'une blogosphère libérienne réunissant les deux côtés de l'Atlantique.

Les Libériens qui ont vécu la guerre – qu'ils aient combattu ou non- ont tous subi des traumatismes et été déplacés. En créant une communauté en ligne pour partager ces expériences avec d'autres, les jeunes ont pu découvrir une perspective qui les amène à découvrir un monde plus grand que leur voisinage immédiat. Ce projet pourra bénéficier à la communauté, des deux côtés de l'Atlantique, à de nombreux niveaux : des Libériens d'outre-mer, qui ont souvent des difficultés à s'habituer à la vie en Amérique, peuvent retrouver en ligne leurs proches et les éclairer sur quelques mythes à propos de la vie aux États Unis. De la période de la guerre subsistent des tensions, qui peuvent être évacuées à travers un dialogue entre les deux communautés.

Témoignages réels de l'ère numérique – Chine

View Larger Map [26]

Shenyang [27], qui signifie littéralement “la ville au nord de la rivière Shen” est la capitale de la province de Liaoning [28]et s'affiche [29] comme “la future destination touristique de la Chine”. Les brochures pour les visiteurs des pagodes de la Vieille Ville [30] ou de la “Zone de développement des hautes technologies” [31] ne font pas mention de la prostitution, et des femmes et hommes venus des villages pauvres de la Chine rurale à la recherche d'opportunités dans la grande ville. En partenariat avec le  Ai Zhi Yuan Zhu Center for Health and Education [32] , le documentariste Wei Zhang formera les prostitué(e)s qui fréquentent le centre AZYZ à créer des blogs pour y mettre en ligne de courtes vidéos sur leur vie, leurs opinions, et leurs problèmes, et aider à la compréhension des “travailleurs du sexe” d'une région.

Nomad Green – Mongolie

Les responsables de l'environnement des pays d'Asie du Nord-Est se sont rencontrés à Oulan Bator [33] la semaine dernière pour la première fois, afin de débattre des changements climatiques et des économies d'énergie dans cette région [34]. La capitale de la Mongolie était un lieu qui se prêtait aux discussions, en ceci que la détérioration de l'environnement, en Mongolie, s'est accélérée avec l'urbanisation rapide, la croissance industrielle et une consommation croissante de charbon. De fait, Oulan Bator est fréquemment enveloppée d'une brume de pollution :

La désertification entrainée par le changement climatique menace la survie des tribus nomades mongoles . [35] Une antilope locale, l'antilope de la saiga, vient d'être classée comme l'espèce la plus en danger d'extinction d'Asie [36]. Dans ce contexte inquiétant, Portnoy Zheng [37], en collaboration avec la Mongolian and Tibetan Foundation [38] et le Mongolian Green Party [39], formera des internautes mongoliens à diffuser l'information – en Mongolie et à l'étranger – sur les problèmes  environnementaux de la Mongolie. Nomad Green souhaite 1.) former des citoyens journalistes à l'usage des blogs, des vidéos numériques, des podcasts et des cartes sur Google Maps pour diffuser l'information sur l'environnement 2.) créer un réseau et une communauté en ligne de défenseurs de l'environnement pour partager l'information sur les menaces identifiées, les solutions, et les opportunités  3.) traduire les informations en chinois et en anglais pour préparer une coopération régionale et internationale afin de lutter contre ces problèmes environnementaux en Mongolie.

Formation des femmes aux outils des médias personnels – Yémen

La couverture médiatique du Moyen-Orient se focalise sur le conflit Israël-Palestine, la guerre en Irak, le programme nucléaire de l'Iran, et les marchés financiers du Golfe Persique [40]. Très peu d'attention est consacrée à l'un des pays les plus pauvres de la région, le Yémen [41]. Les rares informations consacrées à ce pays [42] au cours des dernières années font état des soupçons d'une présence d'al-Quaida.

Picture 1.png [42]

En partenariat avec Hand in Hand Initiative [43], Ghaida'a al-Absi [44] organisera un nouvel atelier de formation aux nouveaux médias pour les femmes actives en politique, les activistes et les militantes des droits humains, pour introduire une nouvelle perspective dans la blogosphère en langue arabe, et pour construire un réseau en ligne de militants des droits de la femme au Yémen.  Au lendemain de la 98e Journée Internationale des Femmes [45], nous sommes heureux d'annoncer l'initiative de Ghaida'a al-Absi pour amener plus de voix féminines sur Internet. Le statut des femmes yéménites, qui se détériore, est souvent évoqué [46], mais les femmes elles-même ont rarement l'opportunité d'intervenir elles mêmes dans les débats. Ghaida'a al-Absi espère changer cela en mettant en contact les femmes et les associations ainsi que les partis politiques du Yémen.

Nous félicitons et souhaitons la bienvenue dans la communauté aux cinq derniers lauréats en date des micro-bourses de Rising Voices.