Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : La vie à bord d'un camion

8ruedas logo

Le logo de 8ruedas

A quoi ressemble la vie quand vous êtes perpétuellement sur la route ? Le blogueur Francisco Cárdenas, connu pour son blog Cine al Oído, a décidé de faire cette expérience et de la partager en ligne sur 8ruedas (8 roues). Il s'installera dans le camion de  Juan Camilo avec un ami photographe pour explorer les routes colombiennes et découvrir les secrets, les anecdotes et les aventures quotidiennes d'un routier, pour les diffuser en temps réel, via des vidéos, des messages sur Twitter et des photos.

Toda la vida, todos los días, hay experiencias que quisieramos asumir como propias. Esta es una de esas. Salir en un camión, agarrar carretera y echarse la vida sobre las 8 ruedas del vehículo al lado de conocidos o desconocidos. Un viaje de una semana larga, por carreteras colombianas, entregando pedidos de cartón (lo que el camionero lleva de carga), emitiendo vía streaming video en tiempo real en una o dos ocasiones por día y recopilando material a ser publicado en diferido cada noche a través de la red. Esa es la intención, simple, arriesgada (?) y sin ningún propósito diferente a pasarla bueno, documentando regiones del país que ninguno tiene por qué conocer de esta manera.

Tout au long de notre vie, chaque jour, il y a des expériences que nous aimerions faire notres. Celle-ci en est une. Monter dans un camion, rouler sur les routes et connaître la vie dans la cabine d'un huit-roues, assis à côté de personnes connues ou inconnue. Un voyage d'une semaine sur les routes colombiennes, à livrer des cartons (c'est ce que ce camion livre), diffusé par vidéos une ou deux fois par jour, et documenté pour pouvoir publier des chroniques chaque soir sur le Web. Voilà notre intention, simple, risquée (?), et qui n'a pas d'autre but que de vivre une belle expérience, de parler des régions de la Colombie qu'aucun d'entre nous n'a jamais connu sous cet angle.

Ce projet fait partie d'une stratégie de promotion pour la société Internet qu'ils ont créée,  nullun, et en plus de Pacho, le surnom de Francisco, d'autres personnes ont prêté main forte pour que l'expérience puisse avoir lieu. Elle a commencé hier, mais à cause des aléas du métier de routier-transporteur, ils n'ont pas encore fait de livraisons. Pour l'instant, ils attendent un contrat et que le camion soit plein pour commencer les livraisons. La vidéo ci-dessous a été envoyée depuis le lieu où les routiers attendent les contrats, en jouant au poker :

L'expérience a touché une corde sensible chez un autre blogueur colombien. Jorge Montoya of Fábrica de Cosas raconte son dernier voyage avec son père, un routier décédé il y a 7 ans, un 15 mars, sur la route :

De Medellín salimos con un cargamento de insumos para una panadería en Sincelejo, y otras cuantas cosas para Barranquilla, pasando por Cartagena. De Barranquilla, parando en Fundación para comernos un platano con queso, fuimos a Valledupar por mangos. Pero a Valledupar también fuimos porque allí se haría la imagen mental que más resalta cuando recuerdo a mi papá: un par de hamacas colgadas debajo del camión parqueado en una estación de servicio, con la brisa del Valle, una botella de ron y un par de tabacos que amenizaban el silencio entre dos personas con la misma sangre pero con poco que contarse. Recuerdos de empatía y vallenato. El ambiente impregnado de vallenato era la regla.

De Medellín, nous sommes partis avec une livraison de fournitures pour une boulangerie de  Sincelejo, et d'autres choses à livrer à Barranquilla, en passant par Cartagena. De Barranquilla, nous nous sommes arrêtés à Fundación pour manger du plantain avec du fromage, et nous sommes partis vers Valledupar pour aller chercher une cargaison de mangues. Mais c'est aussi à Valledupar que s'est gravée l'image mentale qui me rappelle le plus mon père : deux hamacs suspendus sous le camion, garé sur une station-service, la brise de la vallée, une bouteille de rhum et deux cigarettes qui ont rendu plus agréable le silence entre deux personnes du même sang, mais qui avaient peu de choses à se dire. Des souvenirs d'empathie et de vallenato. L'air saturé de  vallenato était la norme.

Ce fossé qui sépare les routiers et leur famille est fréquent. Carolina, la fille de Juan Camilo, parle dans  cette vidéo de ses relations distantes avec son père. Ils se saluent cordialement, mais n'ont jamais partagé des moments d'intimité, des conversations en tête-à-tête, ou des occasions spéciales.

Vous pouvez suivre cette expérience sur le site  8ruedas, en suivant le compte twitter @cinealoido, ou en faisant une recherche formulée ainsi, #8ruedas, sur le moteur de recherche de Twitter. Il est aussi possible de s'abonner aux vidéos  Ustream, ou sur qik.Un compte Flickr a aussi été ouvert pour les photos du voyage, où se trouve ce portrait de Felipe Taborda, un routier que ses amis ont surnommé  “Internet” car il sait tout sur tout.

Felipe Taborda -alias "internet" by Cinealoido

Felipe Taborda -alias “internet” – par Cinealoido

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site