Kazakhstan : Des plateformes de blogs de plus en plus censurées

Les blogs sur mail.ru – un portail russe populaire russe d'informations, de divertissement et de courrier électronique, sont devenus la deuxième victime  de la campagne de censure au Kazakhstan, après LiveJournal.  L'accès par l'intermédiaire de l'opérateur national de télécommunication est censuré uniquement pour les blogs, tous les autres services sur le portail fonctionnent normalement. L'accès à la section des blogs est possible en utilisant un proxy pour anonymiser ses connexions.

Généralement, on pense que LiveJournal (Kazakhtelecom n'a jamais admis avoir censuré ce site web) est une victime des batailles politiques entre les autorités et Rakhat Aliev, ex-gendre actuellement en fuite du Président,   homme d'affaires important du secteur  des médias, condamné à 40 ans de prison pour enlèvement et préparation d'un coup d'état. Celui-ci  a deux ou trois blogs sur LiveJournal.

Mais les raisons de censurer partiellement blogs.mail.ru sont beaucoup plus difficiles à déceler. Ces blogs ont d'habitude un profil bas et sont attribués automatiquement à chaque propriétaire d'une messagerie électronique. On n'y connait pas de dissidents, et, semble-t-il, Rakhat Aliev n'y a pas de blog.  Pourquoi alors était-il nécessaire de le bloquer ? Est-ce une politique de protectionnisme en faveur des plateformes des blogs locales, qui sont beaucoup plus obéissantes ? Personne ne le sait.

Ce qui est  intéressant est que le premier jour du blocage de blogs.mail.ru quelqu'un avait essayé d'ouvrir un compte au nom de  rakhataliev sur une plateforme de blogs locale dénommée yvision.kz.  Une ou deux heures plus tard, le compte avait été supprimé. Mais il est difficile d'imaginer qu'il s'agissait d'Aliev lui-même ou de son entourage.

“C'est le bon chemin, camarades !!! ” : le blogueur megakhuimyak cite Vladimir Lénine [en russe]:

“La paranoïa de l'agence de l'Information et Communication mènera à une énorme popularité de M. Aliev, et à une énorme honte du pays et de ses dirigeants. L'ensemble du personnel de l'agence devrait  démissionner pour toujours. Lorsque le pays a de tels “amis”, il n'a, en effet, même pas  besoin d”ennemis”.

Eev exprime son anxiété par une ironie amère et craint que  bientôt l'accès à Internet soit distribué sur la base de points rationnés – comme le sucre pendant la perestroïka. Cyber-gorynych fait une plaisanterie triste et craint que si la tendance persiste, il ne sera possible  d'accéder  du Kazakhstan qu'à l'information sur la météo : “Vous saisissez une recherche dans le moteur de recherche en ligne, vous envoyez votre demande, et le résultat qui vous revient vous suggère : “Désolé, rien n'a été trouvé. Recherchiez-vous  la météo ? ” [en russe].

Programmila établit des parallèles avec l'affaire LiveJournal  [en russe] :

L'image est la même …ça pue comme l'idiotie. Sérieusement, lorsque les gens discutent de l'idiotie et de l'Agence de l'Information et Communication, je ne donne même pas un argument…en ce moment,  je pense à installer un petit serveur DNS à la maison…

Il apparait que dans le cas de la plateforme de blogs Livejournal, tout le portail était bloqué, et non pas une URL (adresse Internet) “problématique”. Cette fois-ci, les censeurs sont parvenus à filtrer uniquement blogs.mail.ru. Selon les experts, cela est du au fait que le filtrage au Kazakhstan est exercé d'une manière très peu sophistiquée – par l'adresse du serveur. Le portail de mail.ru comporte plusieurs canaux et serveurs, et celui des blogs est hébergé par un serveur séparé.

Ce billet a également été publié sur neweurasia

Articles récents Kazakhstan

Articles les plus lus

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site