Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guyana : Disparition de l'ancienne Présidente Janet Jagan

Dans l’après-midi du vendredi 27 mars, la nouvelle s'est répandue au Guyana que l’ancienne Présidente Janet Jagan , âgée de 88 ans, avait été admise à l'hôpital [en anglais, comme tous les blogs cités]. Peu après minuit, Madame Jagan décédait, comme le rapporte le blog Live in Guyana.

Elle était restée une personnalité controversée, bien qu’elle ait quitté le gouvernement depuis plus de onze ans. Madame Jagan était non seulement le premier chef d’état du Guyana née à l’étranger, mais également la première femme à diriger le pays. Née à Chicago, aux États-Unis, en 1920, dans une famille juive de la classe moyenne, Janet Rosenberg rencontre son futur époux Cheddi Jagan en 1942 alors qu’elle est infirmière. Ils se marient l’année suivante. Cheddi Jagan, qui à l’époque est étudiant en faculté dentaire, fut très influencé par les idées socialistes de sa femme. La nécrologie du journal Stabroek News résume ainsi l’entrée des Jagan en politique :

Elle arrive avec lui au Guyana en décembre 1943 et est assistante dentaire dans le cabinet dentaire de son époux pendant dix ans. Janet Jagan s’implique immédiatement dans les luttes de travailleurs, en tant que membre du premier syndicat dans cette colonie, le British Guiana Labour Union. Elle aide, également, à fonder le Comité des Affaires politiques (PAC), est élue secrétaire général du PPP (Parti populaire progressiste) en 1950 et le reste jusqu’en 1970. Elle est l’une des fondatrices de l'Organisation Politique des Femmes (WPO) et est la première femme élue à la mairie de Georgetown la capitale. Plus tard, en tant que représentante de la circonscription d’Essequibo, elle est l’une des trois femmes à entrer au Parlement.

En 1955, après le renversement du gouvernement et la suspension de la Constitution, Madame Jagan fut emprisonné six mois et fut astreinte à résidence à Georgetown  àsa libération. En 1957, lorsque le PPP revint au pouvoir, elle fut nommée Ministre du travail, de la santé et du logement – l’un de ses postes les plus prestigieux.

(Alors qu’elle était ministre, Madame Jagan impressionna au plus haut point l’écrivain V.S. Naipaul qui lors d’une visite en 1962 décrit ses goûts vestimentaires et ses lectures dans ses carnets de voyages, intitulés La Traversée du milieu).

Toutefois en 1964, le rival politique du couple Jagan, Forbes Burnham, remporte les élections et dirigera le pays de son accès à l’indépendance en 1966 jusqu'à sa mort en 1985. Cheddi Jagan dirige l’opposition durant cette période, et Janet Jagan est la rédactrice en chef du journal du parti. Après les élections libres en 1992, le PPP revient au pouvoir et Cheddi Jagan devient président.

Après la mort de son mari en 1997, Janet Jagan se présente aux élections et est élue Présidente en dépit de son âge (77 ans), du fait qu’elle soit blanche et née à l’étranger (elle est la 2ème Sud-américaine chef d’état). Après une légère crise cardiaque, elle démissionne en 1999, mais sa courte mandature est une période instable. Elle reste active au sein du PPP jusqu'à sa mort en reprenant la ligne éditoriale du journal et en étant une personne reconnue dans le domaine artistique (articles, histoires pour les enfants et deux poèmes).

Les réactions après son décès sur les blogs de Guyana sont contrastées : « Toute la vie de Madame Jagan est héroïque », écrit, admiratif, Live in Guyana. « Sa présidence fut guidée par une vision et un but ». Le blog a également mis en ligne une galerie de portraits.

En revanche, Guyana 911 écrit:

Nous nous attendons maintenant à ce que le PPP nous bassine avec sa grandeur. Ils n’en ont toujours pas fini avec l’éloge funèbre de Cheddie, je ne sais combien d’années après sa mort.

Guyana 360 remarque que samedi en début d’après midi le gouvernement n’avait toujours pas annoncé officiellement le décès de Madame Jagan, lorsqu’il l'ait fait plus tard dans l’après-midi. Guyana 360 renvoie sur ce lien [12]. Le jour suivant, 360 pose des questions sur la qualité des soins disponibles à l’hôpital où elle est décédée :

Quelqu’un pourrait-il nous dire pourquoi alors que les plus hauts représentants de son parti ne s’y font pas soigner, Madame Jagan a été admise à l’hôpital public de Georgetown ? Sont-ce les soins et l’attention qu’elle méritait en tant qu’ancienne Présidente ?

Pendant ce temps, sur Twitter, mediaimran se dit « atterré parce que le magasin de meubles Courts, dans un message télévisé, demande de se joindre à la nation dans ce moment de tristesse qu’est la mort de Madame Jagan »

Guyana Providence Stadium donne un lien vers les informations sur les funérailles de Madame Jagan, « une cérémonie “simple” au Parlement à Georgetown suivie d’une crémation.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site