Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Le premier roman graphique pour adultes affronte la justice

En avril 2008, la liberté d'expression et la créativité en Egypte ont été frappées en plein coeur par la confiscation du roman graphique pour adultes de  Magdy El ShafeeMetro [anglais].

 Culture and Politics in the Arab World  rapporte ainsi les faits :

La police a ciblé les exemplaires restants de Metro, un livre publié un an auparavant. En vertu de la loi égyptienne, un honnête citoyen a porté plainte contre une publication scandaleuse (utilisant des expressions familières grossières, aux dires, en gros, de l'accusation).
Metro n'est pas un livre comme les autres. C'est le premier «roman graphique» en arabe. Magdy El Shafee a travaillé pendant cinq ans à cette histoire policière dont le personnage principal, Shihab, est un jeune ingénieur informaticien égypten qui décide de braquer une banque. L'argent étant planqué dans le métro, le vrai problème, c'est de trouver la sortie… Une question que de nombreux Egyptiens se posent eux-mêmes de nos jours.

Mohamed El Sharkawy, l'éditeur, et Magdy El Shafee et ont été assignés à comparaître le 28 mars et le procès a été remis au 4 avril.

Dans son blog, El Sharkawy a écrit [arabe, avec liens en anglais] :

الشهر الجاى يذكرنى بقضايا كتير وبسجنى .. اتسجنت في 2006 في شهر ابريل وفى 2008 برضه فى شهر ابريل.. أحد المحامين اللى عاوز شوية شهره وفلوس ورفع علينا دعوى حسبه عشان أحنا –زى ما أتهمنا- بنحض على الرذيله ونقوم باغواء الشباب من خلال كتاب مترو
Avril m'évoque mes propres séjours en prison : j'ai été détenu en avril 2006, en avril 2008 et à présent, un des avocats de la Hisbah Metro.

Les rédacteurs de Mots sans Frontières ont appelé la communauté internationale à Dire Non à la confiscation et au procès de Metro  [anglais]:

Peu après sa publication, le roman de Shafee a été confisqué. Son éditeur et lui sont en jugement pour l'avoir distribué. Selon le «Daily News Egypt», Shafee et El-Sharqawy [l'éditeur de Shafee] tombent sous le coup de l'article 178 du code pénal égyptien, qui criminalise l'impression ou la distribution de publications qui «enfreignent la décence publique», article qui «fait partie d'un paquet de lois répressives violant les droits relatifs à la liberté d'expression.»

Ils ont aussi cité la pétition  de Madgy El Shafee sur Facebook [arabe]:

Votre NON à la confiscation est un OUI à notre liberté…un OUI à notre solidarité… un NON à ce prélude au durcissement des entraves mises par le pouvoir à la liberté de l'art et de la parole, dans la presse, les chaînes satellites, Internet, et à présent les maisons d'édition indépendantes. Nous vous invitons à dire NON à la confiscation et au procès de Metro, Soutien à la liberté d'expression et de l'art. Metro est considéré comme le premier roman graphique en Egypte, écrit et dessiné par Magdy El Shafee, qui a obtenu la reconnaissance de l'UNESCO pour la meilleure bande dessinée africaine en 2006… Les autorités égyptiennes ont affirmé que le livre «nuisait aux bonnes moeurs» à cause de ses supposés commentaires politiques et sociaux.

Le Réseau arabe pour l'information sur les droits de l'homme (Hrinfo), un réseau pan-arabe qui défend la liberté d'expression, a rejeté «la confiscation du roman et la considère comme une grave violation de la liberté d'expression.»

A l'approche de l'audience du tribunal, samedi 4 avril, Hrinfo et quatre organisations de défense des droits de l'homme ont annoncé une nouvelle condamnation le 30 mars, intitulée : [des  deux Egyptiens, l'un, Farouk Hosny, va à l’ UNESCO, et l'autre, Magdy El Shafee, va au tribunal !! L'auteur du roman graphique égyptien «Metro» menacé d'une condamnation à 2 ans de prison.] [arabe]

The Comics ReporterBaroque in HackneyThe Middle East TimesAl DostoorAl Badeel, et Youm 7  ont manifesté leur solidarité avec l'auteur et son éditeur. L’Atlas mondial du Pen Club anglais  affirme que le soutien reçu par Magdy El Shafee de la blogosphère dans son ensemble est une bonne nouvelle.

Bassem Sharaf a écrit :

نعيش في قهر طالما نبدع … يخافوننا فيحكمون علينا … مجدي الشافعي امام المحكمة بسبب ابداعه … يطلبون مننا ان نكون في اول صف علي مستوي العالم ليكون اسم البلد في الامام .. ومن الباب الاخر يسجنون الفكرة قبل ان تختمر … حزنت جدا لما يحدث لمجدي الشافعي

Nous vivons sous une oppression permanente qui étouffe notre énergie créatrice… Ils nous poursuivent parce qu'ils ont peur de nous… Magdy El Shafee passe en jugement à cause de sa créativité… Ils nous demandent d'être un pays leader dans le monde, pourtant ils nous empêchent de diffuser nos idées… Je suis affligé par le procès de Magdy El Shafee.

Le 25 mars, Shaymaa El Gammal a fait l'éloge de l’Evénement de la bande dessinée animé par Magdy au Goethe Institut :

إن السبب الأساسي لقيام هذه الورشة هو السعي لضخ دماء جديدة في فن الكوميكس في مصر وذلك باجتذاب محبي الكوميكس والراغبين في التعبير عن أفكارهم من خلال هذا الفن؛ حيث إن هناك مؤلفين شباب على قدر من الأهمية مثل أحمد فتحي وأحمد وائل يكتبون كتابة بصرية، وهناك على الجانب الآخر رسامون يمتلكون الموهبة لكنهم لا يستطيعون امتلاك المفاتيح القادرة على التعبير عن الشخصيات التي يرسمونها، فلو استطاع 15 شاباً أن يقوموا بتأليف ورسم 15
Graphic Novel أخرى لاتسعت قاعدة هذا الفن أكثر وصار انتشاره أمراً مقبولاً.
Cet atelier est une tentative d'impulser un sang neuf dans l'art égyptien de la bande dessinée en attirant les gens intéressés et doués pour les aider à acquérir les outils pour caractériser les personnages qu'ils mettent en scène. Si 15 jeunes artistes réussissaient à écrire 15 romans graphiques, cela constituerait une base solide pour lancer cet art sur le marché des adultes égyptiens.

Le 28 mars, Shaymaa parle du procès et commente :

أنا مش عارفة الناس ليه بتوصل نفسها لكده !! مجدي الشافعي ومحمد شرقاوي ناس كويسين جداً

Je ne comprends pas pourquoi les gens font des choses pareilles [parlant de l'avocat de la Hisbah]. Magdy El Shafee et Mohamed El Sharkawy sont des gens très bien.

Daniel a qualifié Metro de livre maudit :

Personnellement, je pense que tout  livre a le droit d'être publié, même dans le cas où il est offensant pour certains, tout écrivain qui a la crétivité en lui/elle devrait pouvoir dire ce qu'il/elle souhaite, et les débats entre groupes devraient se tenir dans une atmosphère plus neutre que celle d'un tribunal.

La liberté de parole en Egypte n'est absolument pas un concept politique, c'est un droit humain qui devrait donner à tous ceux qui le souhaitent, le droit de parler de tous les sujets dont tout Egyptien peut parler, sans crainte d'être traduit en justice, ou condamné par n'importe quel groupe de gens ni même par les chefs d'une religion quelle qu'elle soit.

Le livre peut avoir raison à certains endroits et tort à d'autres, je ne l'ai pas lu, donc je n'en sais rien, mais nul ne devrait être interdit ou attaqué à cause de ses idées ou de la façon de les exprimer, et tout acte créateur devrait être traité uniquement avec douceur et attention.

 Fantasia's World  a blogué sur Metro au Moyen-Age :

أنا مش عارفة إلى متى سيستمر هذا المسلسل المخزي المسمى بالحسبة؟؟؟ بقى فيه دولة مدنية محترمة في القرن الحادي والعشرين يسمح قانونها بهذا الانتهاك السافر لحرية المفكرين والمبدعين؟ لماذا نتفنن في الاساءة إلى سمعة مصر عالميا؟ …. يعني إيه الدولة تسمح إن أديب يتجرجر على القسم زي المجرمين لمجرد إنه كتب رواية؟؟؟ …. يعني إيه ندعي إن مصر دولة مدنية لها دستور مدني وبعدين نسمح بوجود محتسب؟؟ محتسب!! هو إحنا عايشين في أي زمن؟ ولو إحنا راضيين إننا نعيش في العصور الوسطى، بنضحك على نفسنا ولا بنضحك على العالم لما بنلبس بدل وكرافتات وتايورات ونركب عربيات آخر موديل ونتعامل مع اجهزة كمبيوتر ونطالب العالم المتقدم بمعاملتنا معاملة الأنداد؟ … للأسف.. إحنا عايشين في واقع كابوسي ..الحرية لمحمد الشرقاوي ومجدي الشافعي

J'ignore combien de temps encore nous devrons subir cette caricature de loi appelée Hisbah ? Quel pays au régime civil doté de droits civiques et d'une constitution au 21e siècle permettrait-il une telle violation des droits de ses intellectuels et de ses artistes ? Quel pays traînerait-il ses écrivains devant la justice, comme des hors-la-loi et des criminels ? Pourquoi tenons-nous à donner à l'Egypte une mauvaise réputation sur la scène internationale ? Pourquoi tenons-nous à devenir la risée de tous ? Qui trompons-nous avec nos costumes-cravates, nos jupes et nos voitures sur-équipées si nous vivons toujours au moyen-âge ? Comment pourrions nous exiger d'être mis sur un pied d'égalité avec les pays développés ? Hélas ! Nous vivons dans une réalité cauchemardesque.
Liberté pour Sharkawy… Liberté pour El Shafee !

Voir aussi ce groupe de soutien sur facebook  [arabe].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site