Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Iran : Un message de Nouvel An de Barack Obama

 

norouz

Cette année, le nouvel an iranian a débuté avec un message étonnant du président américain Barack Obama, adressé au peuple iranien et, pour la première fois, aux dirigeants de la République islamique, dans lequel il a appelé à un nouveau départ dans les relations entre les deux pays. Plusieurs blogueurs ont réagi à ce message, où certains voient l'ouverture d'une nouvelle ère dépassant les 30 années de chamailleries et de chicanes entre les deux pays.

Mohammad Ali Abtahi, un ancien vice-président iranien, considère le message du président Obama comme très important et il dit [anglais] :

[ce message est différent et important en ce qu'il] utilise la dénomination de république islamique d'Iran, et félicite la nation et les dirigeants iraniens. C'est indubitablement une opportunité historique. Nous ne pouvons ignorer l'importance des USA dans la situation actuelle de l'Iran. Sans aucun doute, nous ne pouvons ignorer l'empreinte des dirigeants des Etats-Unis dans tous les dossiers de l'Iran ne serait-ce que sous l'aspect économique avec les embargos qui ont été imposés à la nation iranienne. L'envoi d'un message de félicitations peut se révéler une opportunité des plus importantes sur les plans politique, économique et historique, aujourd'hui et après le changement de gouvernement aux Etats-Unis. De même, ignorer cela peut créer pour nous une situation plus dangereuse que le mandat de Bush parce qu’ Obama peut mobiliser les leaders politiques et l'opinion publique contre l'Iran.

La blogueuse et journaliste Masih Alinejad écrit [farsi] un billet expliquant pourquoi la télévision nationale iranienne n'a pas diffusé le message du président Obama. Elle ajoute :

Si Obama avait tenu le même langage que Bush et avait traité l'Iran de menace, la télévision nationale iranienne l'aurait diffusé à plusieurs reprises. La blogueuse rappelle que le célèbre discours de Bush traitant l'Iran de membre de l'axe du mal a été diffusé plusieurs fois par la télévision nationale iranienne.

Zandegieh Sagi qualifie [farsi] le message de Barack Obama de très positif et de mérité par le peuple iranien. Le blogueur écrit que la première chose à faire pour le gouvernement iranien, c'est d'utiliser un langage politique approprié.

In View from Iran, nous pouvons lire [anglais] :

Il y a de nombreuses mesures que peut prendre le gouvernement américain pour construire la confiance. Elles ne dépendent pas toutes de la bonne volonté du gouvernement iranien à engager le dialogue avec les Etats-Unis. Le message de Nouvel An d'Obama m'apparaît comme positif, mais il nous faut plus que cela.

Mmoeeni écrit [farsi] que, tandis que la télévision iranienne n'a pas diffusé l'information sur le message d'Obama, le président iranien était en mesure d'insulter les dirigeants américains aux USA. Le blogueur ajoute, avec une pointe d'ironie, qu'Ahmadinejad en déduit qu'en Iran il existe une liberté totale.

Les fêtes du Nouvel An

Les Iraniens ont fêté Nowruz le premier jour du printemps, marquant le nouvel an traditionnel iranien. A cette occasion, certains Iraniens jettent des fleurs sur la tombe de Cyrus le Grand, le fondateur du premier empire Perse à Pasargades (photo ci-dessus). Le site internet Save Pasargad indique [farsi] que les autorités de la République islamique n'ont réalisé aucun aménagement pour les visiteurs de ce site historique, mais ces dernières années, les gens sont venus en plus grand nombre célébrer le nouvel an à Pasargad.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site