Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Yémen : Donner la parole aux femmes sur Internet

Femmes yéménites au réservoir à Kawkaban à coté de la capitale Sana'a. Photo de Raphaël Fauveau utilisée sous licence creative commons .

La république du Yémen est un pays arabe de plus de 23 millions d'habitants situé sur la péninsule arabique en Asie du Sud-est. C'est la seule république sur la péninsule arabique à ne pas être dirigée par une monarchie héréditaire. Le Yémen est si souvent ignoré par la presse internationale que le monde connait peu de choses sur ce pays. Avec une pénétration d'Internet de moins de 2 pour cent, nous n'avons généralement pas de sources d'informations alternatives venant des internautes. Ceci a conduit, souvent, à une vision stéréotypée des Yéménites.

Les femmes yéménites jouissent par exemple de libertés uniques, comme le soutient le blog d'une expatriée, Jalilah [en anglais]:

Le port du voile n'est pas une obligation comme en Arabie Saoudite. Beaucoup de jeunes femmes éduquées couvrent seulement leur tête, mais pas leur visage, alors que d'autres ne se voilent pas du tout. Celles qui le font le font par respect de la tradition, et non pas de la loi. […]

La langue arabe yéménite est très différente des autres dialectes arabes et les femmes utilisent un dialecte que elles seules parlent.  J'ai appris par la suite que c'était pour leur assurer une plus grande confidentialité et pour ne pas se faire comprendre des hommes!

Les femmes constituent seulement 30 pour cent des travailleurs yéménites et 70 pour cent des femmes sont analphabètes. La différence entre hommes et femmes est très grande en matière de pouvoir politique et de participation économique. Cependant, en matière d'alphabétisme, la différence avec les hommes n'est pas bien grande. Plusieurs facteurs sociaux, religieux et politiques expliquent le statut très inégalitaire des femmes dans la société yéménite (source) où elles ont rarement un lieu pour exprimer leurs opinions.

Cependant  des femmes yéménites sont en train de se battre pour leurs droits. Par exemple, des militantes se battent contre les fondamentalistes pour démontrer que l'Islam n'interdit pas l'usage des contraceptifs ni la planification familiale. Mais ce combat n'est pas très visible du reste du monde. Il est temps pour elle de profiter du pouvoir d'Internet pour faire connaitre leurs combats et élargir l'audience de leurs campagnes.

Ghaida'a Al Absi espère changer la situation grâce à la bourse de Rising Voices reçue récemment. Elle écrit sur son blog :

Ghaida-Al Absi Les droits humains sont violés dans beaucoup de pays du monde, particulièrement dans les pays en développement, mais ceux qui ne tolèrent pas cette situation essayent de dénoncer ce qui se passe dans leurs pays et dans le monde […]. Au Yémen, il y a de scandaleuses violations des droits humains ignorées du reste du monde, à cause de la faiblesse des institutions de la société civile et leur ignorance de l'existence d'un activisme international.

Dans son document de projet, Ghaida'a a mentionné que son but était :

de préparer et organiser un séminaire de formation à Sana'a, la capitale du Yémen. Le projet s'adressera particulièrement aux femmes engagées en politique et à celles qui travaillent dans le domaine des droits humains. En outre, l'objectif principal du projet est de renforcer la capacité de ces femmes à exprimer leurs points de vue sur Internet. Le séminaire aura lieu 4 jours par mois durant 2 heures chaque jour.

La communauté ciblée comprend les femmes impliquées en politique et des militantes des droits humains. Cette formation va leur permettre d'utiliser Internet pour publier leurs points de vue, pour fournir des informations sur leurs activités et rendre publics leurs combats.

Faisons maintenant connaissance avec Ghaida'a. Elle travaille pour  SOUL Organization, du Women and Children Development (Promotion de la femme et de l'enfance), comme assistante attachée au programme WIT. Le programme WIT (Women in Technology, Les Femmes dans la technologie) a pour but de renforcer la présence féminine dans les technologies. Elle est également bénévole, par exemple en préparant  des ateliers de formation sur différents sujets pour les filles, dans le cadre du Forum du WTI.

Ghaida'a
Ghaida'a au travail. Photo publiée avec l'aimable autorisation de Ghaida'a Al Absi

Elle est également bénévole pour  l'Observatoire yéménite des Droits humains et membre fondatrice de Hand in hand Initiative (Initiative Main dans la Main), un mouvement de jeunes engagés pour la promotion de la  jeunesse, l'amélioration de son avenir  par l'éducation, l'information et la formation. De plus, elle est membre du Middle East Partnership Initiative.

Ghaida'a lecturing

Nous l'avons interviewée récemment en Allemagne lors d'une conférence sur l'activisme sur les nouveaux médias au Moyen Orient. Lors de cette  interview, elle s'est présentée, a donné des informations sur ses séminaires, les défis que son projet affronte et ce qu'elle attend de la communauté des boursiers de Rising Voices.

Le contenu de la formation couvrira l'utilisation d'Internet pour la publication de sujets relatif à l'activisme en ligne sera conduite par trois experts (y compris Ghaida'a) en nouveaux médias. Un guide sera publié en arabe, sous forme de brochures à distribuer aux communautés ciblées.

Les participantes créeront leur propre blog pour faire connaitre leurs activités, leurs opinions et former une communauté de cyber-activistes.

Nous allons suivre les activités du projet “Former les  femmes engagées aux techniques des nouveaux médias” et lui souhaitons plein succès.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site