Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Faits et chiffres intéressants sur les élections

Le 16 avril 2009, la première phase des élections générales indiennes va commencer, elles prendront fin le 13 mai 2009. C'est la 15ème fois que des élections générales ont lieu en Inde depuis son indépendance en 1947.

Plus d'un million de machines pour voter
714 millions de personnes ont le droit de voter. Environ 1 368 430 machines électroniques pour voter [en anglais comme tous les autres blogs cités] ont été mises en place.

Redécoupage des circonscriptions
C'est la première fois que certains états ont été découpés en de nouvelles circonscriptions, de manière à assurer une plus grande représentation des zones urbaines. L'état du Karnataka, spécialement Bangalore, en est un exemple. En raison du nouveau découpage , on constate une augmentation du nombre de sièges alloués aux zones urbaines par rapport aux zones rurales.

40 millions d'électeurs supplémentaires

La population indienne compte plus d'un milliard de personnes dont environ 60 pour cent ont moins de 35 ans.  Une stratégie des médias bien coordonnée veut sensibiliser les jeunes électeurs, qui forment une tranche d'âge significative de l'électorat indien. Peut-être pour la première fois, les acteurs et metteurs en scènes de l'industrie du cinéma, spécialement  Bollywood, sont sortis de leurs résidences confortables pour s'engager soit dans la campagne soit dans la mobilisation des électeurs. Selon un reportage, on compte 40 millions d'électeurs supplémentaires pour ces élections par rapport aux précédentes, qui ont eu lieu en 2004.

Floraison de sources d'informations  en ligne

Ce qui est remarquable dans ces élections est la quantité d'informations provenant de différentes sources à la disposition des électeurs et ce dans plusieurs langues. Par exemple, les géants  Yahoo! et Google se sont engagés et ont créé des sites spéciaux pour les élections, ce qui donne une profusion de cartes, de vidéos, de fichiers audios et de textes. De nombreux médias traditionnels ont créé, eux aussi, des sites spéciaux pour leurs versions en ligne, radiotélévisées ou imprimées. Et il y a les incontournables téléphones mobiles, dont chaque possesseur reçoit des SMS ou messages vocaux des différents partis politiques.

La Commission électorale indienne (Election Commission of India) a publié de nombreuses informations, depuis l'enregistrement des électeurs jusqu'à celles relatives aux candidats qui ont été suspendus pour ces élections.

Plus de mille partis politiques

D'après la commission électorale indienne, un peu plus de 1 000 partis politiques participent aux élections locales et nationales si l'on en croit cette liste plutôt interminable des partis politiques et de leurs différents logos. La Commission électorale  a fait un travail si complet qu'elle a fait  imprimer et distribue gratuitement ces symboles visuels,  qui peuvent être utilisés par les partis politiques, et qui comprennent des cerfs-volant, des cocottes minutes, des pompes diesels et des bouilloires, entre autre.

La Commission électorale a produit un long document de 333 pages listant les 3423 candidats suspendus et interdits de participation à ces élections. Et peut-être pour la première fois, un site appelée No Criminals (Pas de criminels) a pour but d'informer les électeurs sur les candidats qui ont été condamnés au pénal,  afin de les empêcher de participer aux élections.

Selon un  article de presse, le Parti du Congrès compte le plus grand nombre de politiciens riches du pays : 121 membres.

Mythes et prédictions

Un certain nombre de mythes se sont construits autour de l'électorat indien au cours des années. Yogendra Yadav, un spécialiste réputé des élections, essaie de briser ces mythes dans cet article, publié par la BBC. Un des mythes auquel s'attaque Yadav est celui selon lequel  plus de femmes indiennes exercent aujourd'hui leur droit de vote, par rapport à l'ensemble des femmes indiennes. Dans le même temps, le nombre de femmes qui consultent leur mari pour avoir son opinion  lorsqu'il s'agit de voter diminuerait. Mais il ajoute que les femmes indiennes tendent à suivre leur mari, lorsqu'il s'agit de voter pour un parti politique.

Quant au vote des jeunes en Inde, Yadav soutient que :

Il n'y a aucune preuve qui puisse faire penser que les jeunes sont politiquement plus actifs que d'autres. Au contraire, ils sont politiquement moins actifs – évidemment, ils ont d'autres préoccupations dans la vie, comme se préparer à une carrière professionnelle.

L'un des mythes auxquels Yadav ne s'est pas attaqué est le rôle de l'astrologie et des astrologues, ainsi que leur influence sur les politiciens et leurs prédictions sur les résultats des élections. Des rapports soulignent déjà que selon de nombreux astrologues ces élections aboutiront à un parlement sans victoire nette d'aucun parti, ce qui veut dire sans majorité claire. Je me demande si les astrologues ne se sont pas basés sur les sondages, qui prédisent qu'il n'y aura pas de vainqueur évident dans cette élection. Qu'en pensez-vous?

Ce billet fait partie de la Couverture spéciale des élections indiennes de 2009 pour Global Voices

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site