Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : La grève des transports a paralysé le pays

Du 6 au 13 avril 2009, une grève générale dans les transports [en anglais] a quasiment immobilisé le Maroc.  Bien que le pays  possède une desserte ferroviaire et par autocars convenable, beaucoup de Marocains, en particulier dans les régions rurales, utilisent les grands taxis pour se déplacer d'une localité à l'autre, ou prendre un autocar dans une ville plus importante. Les bénévoles américains du Peace Corps [en anglais], qui forment une large part des blogueurs qui écrivent en langue anglaise sur le Maroc, ont été particulièrement touchés par la grève.

Petit taxi, Er-Rachidia, Morocco

Petits taxis, Er-Rachidia, Maroc

L'un d'entre eux, qui tient le blog Duncan Goes to Morocco [en anglais] explique en détail cette grève :

La grève a démarré le 8 avril. Elle est censée toucher tous les transports publics. Tous ceux qui travaillent en conduisant (y compris pour transporter des marchandises) sont en grève. Dans des petits villages comme le mien, le marché local est en partie touché. Notre transporteur a fait l'aller-retour jusqu'à Tounfite samedi et dimanche, mais n'a pas circulé les autres jours. Je ne sais pas vraiment expliquer son choix.

Les travailleurs des transports sont en grève parce qu'ils sont en colère à cause de nouvelles lois. Il y en a plusieurs, mais les gens parlent surtout de la loi qui prévoit plus de dix ans de prison pour celui qui tue quelqu'un avec son véhicule (sans tenir compte d'une faute éventuelle). Il est également prévu des amendes de 1000 dirhams (90 euros) pour des infractions routières comme les excès de vitesse ou le non-respect d'un feu rouge. Le gouvernement veut réduire le nombre élevé de tués sur les routes du Maroc.

Les conséquences de la grève sont importantes. Dans les grandes villes, les taxis, qui transportent quotidiennement beaucoup de gens se rendant à leur travail et en revenant,  sont touchés. Dans les régions rurales, pouvoir se déplacer d'une ville à l'autre est la préoccupation la plus importante. Le père de mon hôte doit aller à Tounfite pour toucher son trimestre de pension de retraite à la poste. Il est parti lundi matin, mais n'a pas pu trouver de moyen de transport pour rentrer, alors il est bloqué à Tounfite pour… D'autres personnes doivent aller pour leurs affaires dans d'autres localités comme Midelt, mais ne le peuvent pas.

Jewish Morocco [en anglais] a également été contrarié par la grève et les difficultés pour se déplacer :

Me suis levé tôt et suis allé à la gare routière et au départ des grands taxis. Repéré des taxis pour Jeradda. Un était presque plein… mais de chauffeurs de taxi. Grands taxis ont continué leur grève. Allé à la gare routière et presque tous les cars ne fonctionnaient pas, y compris ceux pour Jeradda et Berkane. Retourné à Oujda pour trouver femmes avec les clés de la synagogue.

oclynn in Morocco [en anglais], une autre bénévole du Peace Corps, a écrit le 17 avril que “la grève se poursuit et que c'est toujours le désordre au Maroc. J'ai fait un tour dimanche avec des personnes inconnues à Sefrou, puisque absolument rien ne fonctionnait.”

Néanmoins, ce même jour, une bonne nouvelle, avec des blogueurs affirmant que la grève était terminée, comme la bénévole du Peace Corps qui tient le blog Reflections and Experiences in Al Maghreb al Aqsa [en anglais] :

Hier soir, alors que je revenais après dîner avec Doug à pied à l'hôtel de Azilal, nous avons reçus des textos de Houda, qui est membre de l'équipe de PC, nous disant que la grève était finie ! Nous nous sommes précipités à l'hôtel, et nous avons fêté ça avec Houda, tous contents.

Après 3 semaines loin de ma base, j'ai pu enfin rentrer à Tiznit aujourd'hui. C'est le plus loin que j'ai pu faire, et j'y passe la nuit. J'espère faire quelques courses demain matin et retrouver mon pauvre chat à l'heure du repas.

Pour finir, The View from Fez [en anglais], après avoir constaté que les gens étaient lassés de la grève, écrit :

La grève des taxis, et des autocars qui a paralysé le Maroc la semaine dernière semble avoir été arrêtée. Au moins pour l'instant. The View from Fez a compris que le Ministre des Transports a accepté de répondre aux demandes des chauffeurs d'ici un mois. Ils espèrent qu'il adoucira les sanctions plutôt sévères à l'encontre des conducteurs impliqués dans des accidents.

Crédit photographique : Omer Simkha.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site