Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Argentine : Réhabiliter le fleuve Riachuelo

Le fleuve Matanza, plus connu sous le nom d’El Riachuelo (le petit fleuve) sépare la capitale argentine Buenos Aires du reste de la province du même nom. El Riachuelo traverse le quartier de Boca, très fréquenté des touristes car il abrite Caminito, un lieu très important de l'histoire du Tango. La petite rue Caminito, très colorée, offre régulièrement danse et musique de rue. Lorsqu'on visite Buenos Aires, on peut imaginer écouter un spectacle plein d'émotions joué par un orchestre de Tango au cours d'une nuit d'été et finir la soirée par une promenade romantique le long du fleuve. Malheureusement, dans la réalité, il se pourrait que ce ne soit pas une bonne idée. Ce cours d'eau est l'un des plus pollués du pays, à cause des déchets industriels des nombreuses usines présentes le long du fleuve, en particulier des tanneries.

Photo de FJTU, utilisée sous licence Creative Commons

Pourtant, tout n'est pas perdu. Les ports de Buenos Aires accueillent l’Artic Sunrise, un brise-glace de Greenpeace qui assurera la campagne de nettoyage du fleuve. Ce navire arrive du Brésil où il a participé à une campagne similaire sur le fleuve Amazone.

La présence de l’Artic Sunrise représente une forme de pression et un rappel au public que neuf mois après la décision de la Cour Nationale de nettoyer le fleuve, aucune action prévue n'a été entreprise [en espagnol, comme tous les liens suivants]. Malgré l'inaction des autorités et des résultats qui se font attendre, Francisco Isla Montoya, un blogueur argentin, exprime son espoir dans son blog La communication no es ingenua :

Hoy los esfuerzos comienzan a dar resultado, hay nuevas generaciones, cambio social y leyes que pretenden resguardar el planeta o al menos intentarlo. Greenpeace, su rompehielos, está en Buenos Aires, esto no es inocente, es la voz de ambientalistas, ecologistas y ciudadanos conscientes de cuidar la casa.

Aujourd'hui nous commençons à voir les résultats des efforts entrepris. Il y a une nouvelle génération, une évolution de la société, et des lois qui protègent la planète, tout du moins qui essayent. La présence du brise-glace de Greenpeace à Buenos Aires n'est pas innocente. Il est la voix des protecteurs de l'environnement, écologistes et citoyens conscients qu'il faut prendre soin de leur habitat.

Photo de Albริ  utilisée sous licence Creative Commons

Hernán Nadal, coordinateur pour les nouvelles technologies chez Greenpeace, partage sur son blog Listao une vidéo de la campagne de l'ONG pour le Riachuelo.

Une semaine avant l'arrivée de l’Artic Sunrise, Greenpeace a mis en place un numéro de téléphone pour permettre au public de les informer sur les rejets industriels dans cette zone. D'après une note sur le blog Protagonistas, les données seront utilisées pour créer une carte de la contamination du bassin du fleuve et permettront une meilleure analyse du nombre d'industries responsables de la pollution.

Malgré l'inefficacité des autorités, protecteurs de l'environnement et autres citoyens consciencieux pourraient aider le fleuve à redevenir ce qu'on attend de lui depuis longtemps : un lieu de villégiature pour les familles, que les touristes apprécieront, où la vie pourra s'épanouir.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site