Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Koweït : Elections, cliniques douteuses et domestiques maltraitées

Salutations du Koweït ! Votre Amer Al-Hilal est  ici,  avec une nouvelle revue de la blogosphère koweïtienne, allant des billets relatifs aux conséquences de l'alerte à la grippe porcine aux gaffes gênantes durant l'impression de documents officiels, à la situation humanitaire critique des gens de maison et bien d'autres choses encore.

Nous commençons avec le blog populaire 4th Ring Road qui nargue la fondation religieuse ‘Koweït Awqaf Public Foundation’ pour avoir négligé de vérifier la traduction anglaise de leur document avant de l'imprimer à des milliers d'exemplaires avec une faute gênante : ‘Koweït Awqaf Pubic Foundation.’

Dès lors que nous sommes à l'heure de nouvelles élections, plusieurs blogueurs, tels que Jelly Belly Nonsense [en anglais] se sont rendus aux quartiers généraux des candidats pour s'imprégner de rhétorique politique. Cependant, durant la visite de cette blogueuse sous la tente du candidat Dr. Abdulla Al-Turaiji, ce qui s'est passé l'a offensée. Dans un billet intitulé ‘Jelly Belly and Elections’ [Ventre en gelée et les élections], elle déclare :

Hier soir, je suis allée chez le Dr. Abdullah Al-Turiji avec ma cousine et c'était aussi pour elle sa première expérience… tout allait bien jusqu'à ce que ce type qui est apparemment présentateur de Scope TV  [dont le nom est] Anwar Malallah est apparu… Bref, ils ont soulevé la question de la citoyenneté/aljenseya… Il a commencé à parler des hommes koweïtiens qui épousaient des  femmes non koweïtiennes, qui volaient donc les hommes des femmes koweïtiennes, de  la manière dont ces “étrangers” dérobent leurs droits en étant koweïtiens eux-mêmes et comment leurs enfants peuvent être changés à cause de ces mariages ! À ce moment, j'ai regardé ma cousine et nous étions toutes deux TRÈS FÂCHÉES… Si vous ne le savez pas encore,  ma maman était de Bahreïn et j'ai dit que c'était parce qu'elle a maintenant la citoyenneté koweïtienne et elle l'a depuis 30 ans, et la maman de ma cousine est américaine mais elle a choisi de garder sa citoyenneté américaine et n'a jamais obtenu la citoyenneté koweïtienne, mais cela n'est pas le problème en ce moment, le problème est en fait la manière dont ce ‘trou de cul’ s'attaquait à nos mamans !!

Mark du blog 248am (qui revenait juste d'un voyage d'Amsterdam) a été soumis à un contrôle de la grippe porcine à son arrivée à l'aéroport du Koweït (voir son billet ‘De retour de la clinique’) et a été convoqué pour faire valider son carnet de santé dans une clinique locale le jour suivant :

Ce matin, je suis passé à la clinique Salmiya pour faire signer le papier de la grippe H1N1 que  j'avais obtenu à l'aéroport. C'était ma première visite et je dois avouer que cet endroit m'a dégoûté. Vous ne pouvez pas croire que c'est effectivement un centre médical, il ressemble beaucoup plus à une grande cuisine ou une salle de bains. J'y ai même trouvé un grand insecte mort sur un sol sale et taché, dégoûtant ! En tout cas, je suis allé au service dit où cette femme avec un livre vraiment grand avait noté mon nom et les informations sur mon voyage. Elle m'a demandé si j'étais malade, je lui ai répondu non, alors elle m'a dit de revenir dimanche et voilà.

Pour passer aux questions des droits humains, le blogueur q8sws, dans un billet émouvant titré ‘Numbers’ [en anglais], met en lumière la situation critique des domestiques au Koweït :

J'ai parlé avec les gens qui travaillent avec les domestiques maltraitées, dans leurs ambassades, et j'ai été en mesure de faire une évaluation approximative des cas auxquels nous sommes confrontés : 80 domestiques à l'ambassade éthiopienne (une ambassade déjà pleine qui renvoie en ce moment les fugitives) ; 400 domestiques à l'ambassade indonésienne, 100 – 300 domestiques à l'ambassade des Philippines (ce nombre fluctue assez souvent), 300 à l'ambassade du Sri-Lanka.

Je sais aussi que des fonctionnaires de l'ambassade indienne ont jeté dehors une femme indienne en pleurs qui les implorait, au vu et au su de tout le monde, elle disait qu'elle était maltraitée, et ils lui ont répondu que ce n'était pas l'endroit où elle devait se rendre. Ces chiffres ne sont pas évidemment exacts jusqu'à la dernière personne – il s'agit d'évaluations approximatives. Et je peux vous dire que ces dames ne sont pas toutes heureuses, ni en bonne santé. Ayant été à l'ambassade des Philippines moi-même, j'ai été bouleversé de voir des femmes alignées d'un bout à l'autre d'une pièce du sous-sol, occupant tout espace disponible.

Un être humain n'est pas un chiffre. Toute personne mérite d'être traitée en tant qu'individu spécial, unique. Mais même quand on a affaire à ces chiffres, veuillez vous rappeler que ce ne sont que des fugitives qui ont réussi à se rendre à l'ambassade. Il y en a d'autres comme celles-ci, dans des hôpitaux, dans les maisons de leurs patrons, dans les prisons et centres de déportation, se cachant illégalement quelque part au Koweït, contraintes à la prostitution et bien sûr – à la morgue.

Pour conclure, passons à la technologie. Le blog A Puddle Of Red [en anglais] fait allusion à l'article publié par Endgadget sur Cablevision qui offre une vitesse de connexion de 101 Mps à New-York et dans certaines parties de la côte est des Etats-Unis pour seulement 99 dollars US par mois. Il  déclare qu'au Koweït, “Vous ne pouvez même pas avoir le 256K à ce prix.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site