Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Indonésie : Bataille autour de la propriété intellectuelle

Récemment, le Département américain du commerce (US  Trade Representative ou USTR) a publié son rapport annuel, le Special 301, une analyse du sérieux de ses partenaires commerciaux pour réévaluer le respect des droits de propriété intellectuelle, à la lumière des différentes législations nationales.

En dépit des efforts du gouvernement indonésien pour réprimer les violations des droits de propriété intellectuelle et le piratage, le Département américain du commerce a placé l'Indonésie sur sa liste de surveillance prioritaire, aux côtés de grands du piratage et des violations de la propriété intellectuelle tels que la Chine et la Russie.

Que le statut de l'Indonésie soit rétrogradé de la liste des pays sous surveillance à la liste noire a été une gifle pour les représentants officiels de l'Indonésie.

The Jakarta Globe [en anglais], à travers la réaction du Ministre du commerce Mari Elka Pangestu, témoigne de l'inquiétude de  l'État devant cette rétrogradation.

De loin en loin, la police indonésienne saisit et détruit des quantités pharamineuses de CD piratés, des opérations     relayées avec force publicité par les médias locaux.

Dans la capitale, Jakarta, les DVD et CD piratés sont omniprésents. Les “vendeurs de rue” peuvent être trouvés tous les 50 mètres dans des quartiers populaires de Jakarta centre et Jakarta ouest.

William, sur son blog Etersoul [en bahasa], pense que l'Indonésie devrait rester sur la liste noire.

Lalu bagaimana tanggapanku sendiri? Aku sendiri akan mengatakan dengan lantang SETUJU!!

Mengapa sampai aku bisa mengatakan hal ini? Realita di lapangan memang menunjukkan kalau orang-orang di Indonesia ga menghargai karya yang dibuat oleh orang lain, mungkin karena miskin kreatifitas atau memang pengen maju dengan cara yang instan. Tapi untuk miskin kreatifitas aku sendiri merasa ga terlalu benar, karena toh banyak anak bangsa yang akhirnya bisa membawa negara ini menjadi lebih terkenal dalam hal yang positif.

[…]

Biarpun polisi bertindak untuk memberantas obat-obat palsu, DVD bajakan, atau bahkan sampai merambah ke dunia maya dengan menangkap para plagiarist artikel, tetap saja ga akan efektif selama di otak orang-orang yang hidup di negara ini hanya cara instan saja yang terpikirkan. What a shame.

Quelle est mon opinion ? Je dirais haut et fort (que je) SUIS D'ACCORD !! Pourquoi dirais-je cela ? La réalité est que les Indonésiens ne respectent pas vraiment le travail des autres, (la raison) peut en être qu'ils sont pauvres en terme de créativité ou qu'ils souhaitent être à l'avant-garde sur au moins un sujet. Mais honnêtement, je n'y crois pas vraiment que (les Indonésiens) soient pauvres en créativité, la vérité est que beaucoup d'entre eux ont apporté une lumière favorable sur ce pays. .[…]En dépit des efforts de la police pour s'attaquer aux contrefaçons de médicaments, de DVD, et même, depuis qu'elle s'est aventurée dans le monde virtuel, pour arrêter le pillage d'articles en ligne, son travail ne pourra pas être efficace tant que les pirates en tireront bénéfice pour eux-mêmes par des moyens extrêmement simples. Quel dommage.

Creativesimo, un blog local de communauté [en bahasa], relève l'ironie de cette rétrogradation :

Selamat buat Indonesia! Setelah merilis undang-undang informasi dan transaksi elektronik menyusul undang-undang hak atas kekayaan intelektual, lalu disusul beberapa penggrebekan sporadis – baik sekadar proyek ataupun serius – Indonesia mendapat ganjaran. Peringkatnya naik dalam daftar hitam pembajakan software, kalo dulu Watch List sekarang Priority Watch List. Huebat!

Indonesia sekarang sekelas dengan Rusia dan China dalam hal pembajakan. Tetapi: apakah pencapaian teknologi informasi kita sama dengan mereka? Jelas kalah jauh! Lalu mengapa yang kita perangi adalah pembajakan dan bukannya kebodohan atau ketinggalan

Félicitations à l'Indonésie ! Après avoir promulgué sa première loi  sur l'information et le commerce électroniques qui succède à la loi sur la propriété intellectuelle, et après des opérations anti-piratage sporadiques – difficile de dire si ces opérations étaient simplement des “projets” ou si le gouvernement était vraiment déterminé  –   l'Indonésie est maintenant punie. Son classement plonge de la liste des pays sous surveillance à la liste noire. Formidable ! L'Indonésie est maintenant dans la même classe que la Russie et le Chine en terme de violations des droits de propriété intellectuelle. Mais avons-nous le même niveau de développement qu'eux en matière de technologies de l'information ? De toute évidence, nous sommes loin derrière ! Alors, pourquoi luttons-nous contre les violations des droits de propriété intellectuelle, au lieu de lutter contre le manque d'éducation ou contre notre retard en matière d'éducation ?

La volonté du gouvernement indonésien d'éradiquer le piratage est manifeste avec la création d'un Directorat général des droits de la propriété intellectuelle, au sein du Ministère de la justice et des droits humains de la République d'Indonésie. Mais la compétence de la police en matière de détection des logiciels piratés est encore faible[en indonésien].

Ce mois de mai marque l'ouverture de la première Académie indonésienne des droits de la propriété intellectuelle. L'école, qui est située à Depok, à Java-Ouest, a été fondée en partenariat avec le gouvernement japonais, à travers l'Agence de Coopération Internationale du Japon (JICA).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site