Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Congo (RDC) : Un projet de loi américain pour contrôler les compagnies minières

Le blogueur congolais Alex Engwete [en français comme tous les liens cites sauf mention contraire] a publié un billet sur un projet de loi du sénat américain qui vise à resserrer la surveillance du gouvernement américain sur les compagnies minières opérant en République Démocratique du Congo.

Le 23 avril dernier, le sénateur républicain Sam Brownback a présenté le Congo Conflict Minerals Act of 2009 (Loi 2009 sur les minerais liés aux conflits au Congo) [en anglais]. Il était soutenu dans sa démarche par les sénateurs Russ Feingold et Dick Durbin. Cette loi imposera aux compagnies minières qui extraient le coltan, la cassitérite et la wolframite de rendre des compte chaque année à la Security and Exchange Commission (SEC), l’agence fédérale de réglementation et de contrôle des marchés financiers et «de révéler le pays d'origine des minerais à la SEC. Si les minerais proviennent de la République Démocratique du Congo ou de pays voisins, les compagnies devront également révéler la mine d'origine».

D’après un communiqué publié sur le site du sénateur Brownback,  la loi « invitera les États-Unis à soutenir les efforts multilatéraux pour enquêter, surveiller, et faire cesser les activités autour des ressources naturelles qui contribuent [au financement] de groupes illégalement armés et contreviennent aux droits de l'Homme dans l’est du Congo.»

Alex Engwete espère que ce contrôle aura des résultats tangibles sur le terrain :

Espérons qu’après la signature de cette loi par Obama, on ne verra plus des bandits transformer l’autoroute de Walikale en aérodrome de fortune ( photo).

Il y a un mois, un reportage de TV5MONDE avait établi que des éléments armés pillaient systématiquement la cassitérite à Walikale avec la complicité de Kinshasa. Pis, ces éléments armés avaient réduit à l’esclavage les villageois creuseurs de ce minerais en leur imposant des taxes fantaisistes, des droits de péage, des « droits d’entrée » dans les mines artisanales et des prix arbitraires du kilo du minerais extrait — et ce, au nez et à la barbe du chef de division des mines terré à Goma.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site