Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Pakistan combat les talibans

Le gouvernement pakistanais est critiqué depuis longtemps, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, pour n'avoir pas pris une position dure contre les insurrections de talibans, qui se sont développées comme une épidémie au Pakistan. Les rebelles talibans se sont montrés actifs en particulier dans la Province de la Frontière du Nord-Ouest, et ont consolidé leurs positions dans la région de la vallée de Swat. Après des combats acharnés entre l'armée pakistanaise et les groupes pro-taliban, la trêve négociée avec les talibans en mars dernier était une tentative de réduire les tensions. Mais cet accord a fait beaucoup débat car il autorisait les groupes pro-taliban à donner force de loi à leur règle islamiste rigoriste.

La trêve était supposée mettre fin à la violence dans cette région. Mais c'était une erreur comme le rapporte Pak Tea House [les blogs cités sont en anglais]:

Deux semaines après que le gouvernement pakistanais a capitulé devant les exigences des Islamistes et a imposé la charia dans toute la vallée de Swat, des miliciens armés patrouillent les rues de la capitale du district et des tueurs cagoulés ont pris le contrôle des districts écartés, où ils terrorisent la population et utilisent l'intimidation pour fermer les écoles de filles.

L'armée pakistanaise a commencé à riposter pour reprendre le contrôle aux Talibans et depuis les combats n'ont fait que s'intensifier. Chowrangi rapporte :

Des opérations militaires se déroulent dans trois districts s'étirant sur plus de 400 miles carrés (1036 km²), mais la plupart des combats ont eu lieu dans le chef-lieu Mingora, où, avant l'insurrection, il y avait environ 360.000 habitants. L'armée a affirmé avoir tué plus de 147 miliciens à Swat et dans la région environnant Buner. Les autorités n'ont rien dit des victimes civiles. Mais ceux qui fuient la région ont rapporté les histoires de familles anéanties par des obus perdus.

Plus d'un demi-million de Pakistanais ont été déplacés par les combats, ce qui s'est transformé en crise humanitaire. Et ce n'est pas près de prendre fin. Après les récentes discussions tripartites entre l'Afghanistn, le Pakistan et les USA, le Premier ministre pakistanais a juré l’ «élimination» des miliciens, comme le rapporte CHUP ! Changing Up Pakistan.

Toutefois, les déclarations de l'armée pakistanaise pourraient ne pas être tout à fait exactes. Teeth Maestro a publié des informations en provenance directe de Buner :

L'armée cible la population civile au lieu des repaires des miliciens, ce qui a provoqué plus d'une centaines de victimes. Les rapports de l'ISPR sont faux. Leur prétention d'avoir tué 80 talibans est dépourvue de tout fondement. Tous ceux qui ont été tués étaient des gens ordinaires. Les journalistes ne sont pas autorisés à pénétrer dans ces zones, tandis que les journalistes locaux, soit sont à Peshawar, soit n'écrivent ou ne disent pas la vérité, par peur à la fois des talibans et des militaires.

Ce qui pose la question de «qui gagne la guerre» ?

Cette fois-ci, il y a moins de sympathie locale pour les talibans. Mais Adil Najam, sur All Things Pakistan, relève :

Cela ne devrait donc étonner personne qu'au moins certains, probablement beaucoup, et peut-être la plupart des musulmans pakistanais «non-libéraux», «non de l'élite», seraient contre les talibans et la guerre qu'ils mènent contre le Pakistan, les Pakistanais et les musulmans pakistanais. Ce qui est tragique, c'est que  trop de Pakistanais se refusent à reconnaître la menace de talibanisation et qu'ils sont encore plus nombreux à craindre de ou répugner à élever la voix contre eux.

All Things Pakistan dit aussi que «Le coeur du problème, ce n'est PAS les Talibans, mais une police efficace et l'accès à la justice» :

Nous devons combattre dans la Province du Nord-Ouest. Mais livrer bataille sans avoir de stratégie pour gagner la guerre n'est qu'une entreprise illusoire de plus. [Croire que] contenir les talibans rendra les Pakistanais plus satisfaits de leur triste sort est stupide.

Jahane Rumi dissipe quelques mythes sur les talibans, pour que les gens regardent la vérité en face :

Les activités terroristes qui se déroulent au Pakistan ne sont pas le jihad, ni ne visent à appliquer la charia. Ce sont des actes de violence criminelle tuant des milliers de citoyens innocents et de soldats pakistanais dans le but de s'emparer du pouvoir et de contrôler la totalité de notre pays.

Le même billet a mis en exergue des propositions d'Amankaar Tehrik (le mouvement pour la paix) au Pakistan :

  • Tous les secteurs du gouvernement, y compris l'armée, doivent être examinés minutieusement, pour déraciner les éléments soutenant le terrorisme, sinon aucune stratégie gouvernementale ne sera efficace.
  • Bien que ce soient les USA et leurs alliés qui aient essentiellement créé le problème, le gouvernement devrait à présent protéger les intérêts du Pakistan avec son programme «le peuple d'abord» dans la négociation avec ces terroristes.
  • Nous, le peuple, nous voulons soutenir notre gouvernement pour la sauvegarde des intérêts de l'Etat pakistanais et la lutte contre le terrorisme. Nous demandons instamment au gouvernement et aux autres partis politiques-clés de montrer leur engagement et leur claire intention de s'attaquer à la menace terroriste.
  • Nous appelons les médias à ne pas présenter les terroristes comme «des soldats de l'islam ou des combattants de la liberté» et à faire connaître leus exactions contre les gens ordinaires et l'armée pakistanaise.

La question, c'est à présent : la culture profondément pluraliste du Pakistan peut-elle stopper l'infestation talibane ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site