Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Les modérateurs web du Yunnan désobéissent aux censeurs

Afin de contrôler les contenus numériques et de canaliser l'opinion publique, les ministères locaux de l'information et les départements de la propagande chinois donnent des instructions quotidiennes aux administrateurs de sites Internet et aux modérateurs des forums et des portails de sites et blogs, afin de mettre en valeur certaines informations, et d'effacer d'autres interventions en ligne.

Récemment, certains modérateurs et administrateurs de sites de la province du Yunnan ont collectivement refusé d'obéir aux instructions données par la police et de supprimer un billet en ligne traitant d'un accident grave de la route qui a eu lieu le 25 avril et a fait 22 morts.

Le 29 avril, un internaute,  zhijiansha,  a relaté  l'accident sur les forums de discussion locaux, en soulignant qu'il aurait pu être évité si la police de la circulation avait été plus efficace et avait déblayé les débris d'un accident de camion qui s'était produit plus tôt.  Zhijiansha a publié dix photos le 4 mai  montrant la scène de l'accident et a clairement exprimé son opinion. Pour montrer qu'il prenait ses responsabilités et assumait ses dires,  zhijiansha a même publié son numéro de téléphone portable.

La police, au lieu de passer par les canaux officiels de communication du Ministère de l'information et du département de la propagande, a envoyé un message par QQ  (messagerie instantanée chinoise)  à un groupe en ligne de modérateurs de sites web et forums, leur demandant d'effacer le billet de zhijiansha.

Le jour suivant, trois blogueurs et modérateurs célèbres, Bian Min (邊民), Feng Zhi Moduan (風之末端)et Wen Sing(溫星), qui avait pris part à l'enquête  “Échapper au chat” [à propos de la censure] au début de l'année, ont ouvertement critiqué la tentative des autorités de censurer la discussion.  Zhijiansha a été  “invité à boire un café” par la police, selon l'expression consacrée, après avoir publié ses photos.  Bian Min pose cette question dans son billet: “Est-ce que les autorités locales ont osé inviter les 22 victimes à boire un café ?” Feng Zhi Moduan a aussi exprimé ses réticences dans un billet demandant si le Yunnan jouait à nouveau au petit jeu de “Échapper au chat” [en chinois]  (impliquant par là que les autorités dissimulaient la vérité). Les deux interventions ont été republiées sur les principaux forums en ligne et ont attiré beaucoup d'attention.

Sous la pression de la police du Yunnan, des portails nationaux importants, tel que Sina, ont détruit l'article. Cependant, dans le Yunnan, l'ordre de la police n'a pas été exécuté, grâce à la prise de position publique des trois internautes et à une action collective. L'incident  met en lumière le conflit entre les administrations chinoises chargées du contrôle de l'opinion publique et la communauté émergente des modérateurs sur Internet, dans leur travail quotidien.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site