Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cuba, États-Unis : l'Organisation des États Américains dit OUI à Cuba

Après 47 années [en anglais], l’Organisation des États Américains a levé l'exclusion qui frappait Cuba, d'autant que la plupart des états-membres avaient déjà renoué avec cette nation insulaire. Les États Unis, qui maintiennent à ce jour leur embargo commercial sur Cuba, était l'exception de taille, puisque la Secrétaire d'État Hillary Rodham-Clinton réclamait des réformes démocratiques et le respect des droits de l'homme à Cuba, conditions préalables à une éventuelle ré-admission de l'île [en anglais]. Malgré cela, les opinions présentées par d'autres chefs politiques du continent américain, dont on a pu avoir des aperçus durant le récent 5è Sommet des Amériques à Trinité et Tobago, ont eu le dessus. Cuba est désormais libre de prendre part à l'OEA, bien que les déclarations du pouvoir cubain laissent entendre que cette ré-admission ne l'intéresse pas [en anglais]. Quelques blogueurs font connaître leurs opinions…

Circles Robinson qui écrit sur Havana Times, écrit [en anglais]:

Hillary Clinton a quitté San Pedro de Sula au Honduras, en direction de l'Égypte ce mardi, en se demandant si ses efforts menés pour le compte de l'administration Obama, pour maintenir la suspension de Cuba de l'OEA, seraient fructueux. La réponse est non!

Le message du Honduras a été qu'il n'y a aucune raison de continuer à exclure Cuba, laissant dans le même temps le gouvernement de Raul Castro décider s'il voulait retrouver une participation active dans l'organisation et quand.

Dans le même ordre d'idée, le Salvador a rétabli des relations diplomatiques avec Cuba ce lundi. Les États-Unis demeurant le dernier pays du continent américain à ne pas avoir de relations normales avec l'île caribéenne.

The Cuban Triangle [en anglais] cite le texte complet de la résolution adoptée par l'OEA, tandis que  Along the Malecon [en anglais] dresse une liste globale des positions prises par les différents états-membres. Voici une citation, du Président du Honduras Manuel Zelaya qui a déclaré : “La Guerre Froide prend fin aujourd'hui à San Pedro Sula. Nous commençons une nouvelle ère de fraternité et de tolérance”, ce qui inspire au blogueur cette plaisanterie [en anglais]:

S'il y a une nouvelle ère de fraternité, je ne suis pas convaincu qu'elle soit parvenue dans tous les coins de Washington – ou du sud de la Floride.

Comme pour confirmer ses soupçons, le blogueur de la diaspora Uncommon Sense a le dernier mot en écrivant [en anglais]:

L'OEA permet de nouveau la participation de Cuba…et pourtant, tous les Cubains dont les noms sont inscrits sur la barre à droite de ce blog sont encore en prison.

L'Amérique latine a fait de grands pas vers la démocratie ces dernières années. Seul un pays, Cuba, est encore dirigée par un dictateur auto-proclamé, alors qu'avant ce type de tyrannie était la norme dans cette partie du monde. D'ailleurs, durant une grande partie de l'ère Castro, Cuba a tenté d'ébranler ses voisins.

Pourtant la décision prise mercredi d'inclure de nouveau Cuba dans l'OEA, fait figure de trahison envers ceux qui dans leurs pays respectifs ont tant fait pour faire avancer la démocratie.

Il y a beaucoup de changement (dont une partie est peut-être garantie) dans la façon dont le monde, y compris les États-Unis, traite avec Cuba. Pourtant, tant qu'il n'y aura pas de changement à Cuba, et venant de Cuba, ceci sonnera toujours creux et sentira le pourri.

La main tendue de l'OEA n'est peut-être qu'un détail : cela dépendra de la décision que prendra Cuba de la saisir ou pas [en anglais].

La petite image qui figure dans ce billet, “Organization of American States”, est de billwtf et est utilisée sous licence Creative Commons . Visitez la galerie de photos de billwtf sur flickr.

1 commentaire

  • MILHAS Jacques

    Décidément, il y aura toujours des nez barbares pour préférer les odeurs Yankees à celles de Cuba, s’il y a un peuple qui ne mérite pas le vocable de “pourri” c’est bien le peuple Cubain! Que ses détracteurs se donnent au moins la peine d’étudier son histoire exemplaire et sa conduite internationale sans tâches contrairement à ces criminels Américains qui ont martyrisé l’ensemble de la planète… Les idées justes sont invincibles!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site