Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Japon : “1Q84″, le nouveau bestseller d'Haruki Murakami

“Dans votre ciel, combien flottent de lunes ?” Telle est l'expression-clé de 1Q84 [japonais], Ichi Kew Hachi Yon, (Q en japonais se prononce comme 9), la nouvelle oeuvre en 2 volumes de l'auteur à succès Haruki Murakami, qui en moins de deux semaines s'est déjà vendue à plus de 960.000 exemplaires [anglais].

1Q84. By Flickr usr id:semicolon     

1Q84. By Flickr usr id:semicolon

Grâce à une campagne de promotion intelligemment silencieuse, dans laquelle n'étaient annoncés que le titre et la date de publication, seuls ceux qui ont acheté le livre savent quel genre d'univers a cette fois créé Murakami pour ses lecteurs.

Le livre ne tardera pas à être traduit en d'autres langues, mais en attendant, des blogueurs japonais, qui ont dévoré le livre en quelques jours, se sont déjà mis à discuter le livre qu'ils attendaient avec impatience.

Fushigi cite [japonais] ce qu'a dit Murakami dans un entretien paru dans Time en septembre dernier.

Cela fait presque deux ans que j'écris ce livre et ce sera le plus gros livre que j'aie jamais écrit.
Tous mes livres sont des histoires d'amour étranges. J'aime les histoires d'amour étranges. Et ce livre est une très longue et très étrange histoire d'amour.

Mais comment les lecteurs ont-ils réellement interprété l'histoire et qu'est-ce qui les a le plus fascinés ? Nous présentons ci-dessous des citations de blogueurs, qui analysent dans leurs billets l'atmosphère, le message et le contenu de 1Q84… tout en veillant à n'en révéler aucun détail significatif !

Le blogueur de Life is a MacGuffin semble mettre l'accent sur l'atmosphère mystérieuse de l'intrigue.

いやあ、面白かったです。ある意味で自分の期待を裏切るような方向に話がどんどん進んでいったんですけどね。もちろん村上春樹作品なので、普通のミステリーのように最後に全てがきれいに解決するわけじゃないと覚悟はしてました。

C'était amusant. En un certain sens, l'histoire prenait toujours une direction opposée à ce que j'attendais. Evidemment, s'agissant d'une oeuvre de Haruki Murakami, j'étais déjà prêt à ce qu'il n'y ait rien qui ressemble à une solution simple de l'intrigue à la fin comme dans un policier normal.

[…]

この作品では、2つの月が浮かぶ夜空が出てきたりして、虚構であるところはあくまでも虚構でしたけど、特定の団体(連合赤軍、ヤマギシズム、オウム真理教、エホバの証人)や、若い女性作家に芥川賞を取らせようとするところ(綿矢りさor金原ひとみ?)など現実世界の事象を容易に想起させる記述もありました。そういう虚構と現実のバランスがすごくよかったです。

Dans l'histoire, le ciel nocturne a deux lunes, et bien que ce soit en même temps une oeuvre de fiction, il y a un mélange d'éléments que l'on peut facilement relier à des groupes particuliers (tels que l'Armée rouge, le Yamagishisme [anglais], Aum Shinrikyo, les Témoins de Jéhovah) ou à des événements du monde réel, comme lorsqu'on a donné le prix Akutagawa à une jeune écrivaine (Lisa Wataya ou Hitomi Kanehara ?) etc.
Cette combinaison de fiction et de réalité est bien équilibrée.

Comme dans le billet ci-dessus, de nombreux lecteurs ont remarqué l'influence significative dans le roman de ces ‘nouvelles’ religions et des groupes qui leur sont associés, sur lesquels Murakami avait enquêté lorsqu'il a écrit son livre documentaire Underground en 1997 [anglais].

Geiheimagent analyse ce qui est, à son avis, le message implicite de 1Q84.

もっと言ってしまえば、ポスト・オウム的な小説である。

C'est un roman post-Aum.

[…]

また、治癒をとりあげて作品を眺めてみると、この作品全体が治癒の物語と呼ぶこともできよう。おそらくそれは斎藤環がうんざりする類の典型的な「トラウマ話」と呼ぶことができる。このような物語は、言ってしまえば『リーサル・ウェポン』と同様だ。しかし、『1Q84』では治癒が最終的な救済として描かれることはない。

Tandis que c'est une oeuvre traitant de la guérison, nous pourrions la définir elle-même comme un roman aux vertus thérapeutiques. Peut-être même comme une ‘histoire de trauma’ typique, le genre qui fait mourir d'ennui Tamaki Saito [anglais]. Ca ressemble à ‘L'Arme Fatale’. Mais dans 1Q84, la guérison n'est pas présentée comme le salut final.

[…]

 とどまり続けることがこの作品のなかでは肯定されているのだろう。あちら側に足を踏み入れることなく、別な生き方を選択することの可能性が提示されている、と言っても良い。全面的かつ最終的な救済はありえない。しんどいことは再びやってくる。しかし、それを受容しなければ、また別な幸福の可能性もあり得ないものとなる。それは的を射た意見だし、同意もできる考え方だと思う。

Dans cette oeuvre est affirmée la valeur de la persévérance et la possibilité de faire des choix et de changer de mode de vie sans se rendre dans un autre monde. Il n'existe pas de salut total et manifeste. Des choses affreuses peuvent se produire plus d'une fois. Mais si nous ne savons pas accepter cela, il nous sera impossible d'avoir une autre chance d'être heureux. Voilà un point de vue qui met dans le mille et je ne peux qu'être d'accord.

Yumi51 invite ceux qui n'ont pas encore lu le livre et ne veulent pas en connaître les arcanes à ne pas poursuivre la lecture de ce billet. (Toutefois, comme nous n'avons nullement l'intention de gâcher le plaisir du lecteur, nous ne traduirons que quelques commentaires innocents)

下巻の最初の方で村上春樹自身が以前に、この1Q84について「恐怖」がテーマの一つとなる作品だみたいなことを言ってたらしい、ということを思い出して、納得した。
その恐怖って言うのも、派手なものじゃなくて、だんだんと得体のしれない何かが、自分を蝕んでいったり、身の回りにおかしなことを起こしたりする、っていう感じの「恐怖」。
映画で例えるなら「シャイニング」?
最近読んだ本で例えるなら「ねじの回転」?
主人公たちのまわりが少しずつおかしくなって、だんだんと親しい人がいなくなるあたり。
恐怖が忍び寄ってくる感じは印象的だった。

En lisant la première partie du tome deux, je me sentais satisfait du déroulement de l'histoire, lorsque certaines paroles de Murakami me sont revenues à l'esprit et que je me suis souvenu qu'il avait annoncé précédemment que le thème de cette oeuvre serait “la peur”.
Cette peur n'est pas représentée de façon théâtrale. C'est une sensation énigmatique et insidieuse ; un quelque chose d'indéterminé et d'étrange qui provoque des incidents bizarres chez ceux qui vous entourent. Si c'était un film, ça pourrait être ‘Shining” ou pour comparer avec un livre que j'ai lu récemment je parlerais du ‘Tour d'écrou‘.
Les gens qui entourent les protagonistes deviennent peu à peu de plus en plus bizarres et des personnages disparaissent les uns après les autres.
La peur obscure qui s'insinue dans le lecteur a laissé en moi une empreinte très profonde.

[…]

1Q84が今までにない、というか新鮮だなと自分が感じたのは「私には愛があります」みたいなことを言えちゃう主人公の存在。
大事なところで、そんなストレートで暗示的じゃないことを言う主人公は今までいなかった気がする。
1Q84の主人公は、そもそも女だし。

Ce que j'ai trouvé original dans 1Q84, c'est la présence d'un héros réellement capable d'exprimer des sentiments et de dire des choses comme “Je peux aimer”.
L'important, c'est que c'est un personnage qui parle de façon directe et sans ‘tourner autour du pot’ et surtout, le héros de 1Q84 est une héroïne !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site