Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Iran : L'art à la rescousse de la contestation

Les blogueurs et les artistes du web ont créé des dessins et des caricatures pour apporter une contribution artistique au mouvement persistant de contestation qui s'est dressé en Iran en réaction aux résultats de l'élection présidentielle du 12 juin. [les billets cités ont été pour la plupart traduits sur GlobalVoices en français]

Alors que les manifestations en faveur d'une annulation se poursuivent, il en est de même pour leur répression par le pouvoir. Entre-temps, le monde a pris connaissance à la fois des slogans et des victimes de la contestation, grâce aux médias citoyens.

Lego Fish, un blogueur, dessinateur et caricaturiste, propose:
artpo31

VoteFor Iran, un site basé aux Pays-Bas qui publie des informations sur la crise iranienne provenant des médias tant citoyens que traditionnels, présente :

artpo4

Nik Ahang Kosar, un caricaturiste en-ligne et blogueur de premier plan a représenté Neda, la jeune femme tuée par balles lors d'une manifestation, en ange après sa mort, tandis que son assassin dit sur le dessin :  ‘C'était de ta faute !’.

car_2009_24june

Voici une création pour Neda sur FaceBook par Aslan:

artpo21

Et ci-dessous, pour finir, une image qui aurait aussi été distribuée par des habitants dans les rues d'Iran, le texte dit : “Dieu est grand – Les mensonges sont mauvais, les fusils sont mauvais, les balles sont mauvaises”.

artp1

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site