Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Paraguay : Référendum sur l'utilité du Congrès

Le président Fernando Lugo a provoqué beaucoup de polémiques sur sa vie privée au cours de sa première année de gouvernement. Il y a deux autres nouvelles accusations, non encore confirmées, selon lesquelles il aurait conçu deux enfants lorsqu'il était encore évêque. Cependant, il a été impliqué dans encore plus de polémiques par ses déclarations portant à croire qu'il aimerait dissoudre le Congrès national.

La polémique a commencé quand le président Lugo a annoncé qu'on était en train d'examiner la possibilité d'organiser un référendum pour savoir ce que les citoyens pensent de la performance du parlement [es] et qu'il pensait que “les citoyens sont doués de sagesse et d'esprit critique, nous devons les écouter avec humilité.”

Toutefois, certains analystes prennent cette déclaration comme un signe du désir de M. Lugo de dissoudre le Congrès, comme ils ne sont jamais bien sentis bien l'un envers l'autre. Cette suggestion de l'exécutif a provoqué de vives réactions dans différents secteurs de la société. Quelques partisans, comme M. Elvio Benitez, le dirigeant du mouvement des paysans, ont déclaré que les mouvements populaires appuyaient cette initiative. Il a même dit que “ce serait intéressant d'avoir un bon coup de balai pour renvoyer ces criminels du parlement.” [es]

Un autre soutien lui est venu de l'évêque catholique Monseigneur Mario Melanio Medina, qui a déclaré que “les citoyens avaient le droit de manifester leur déception de la part d'un parlement qui ne fait rien pour le peuple, mais contre le peuple.” Mgr. Medina a dirigé la commission nationale chargée d'enquêter sur les abus de pouvoir commis pendant la dictature du général Alfredo Stroessner (1954-1989).

Les réactions négatives sont venues surtout de la part du parti d'opposition Colorado. M. Martín Chiola, un dirigeant de ce parti, a déclaré que le référendum aurait été une excuse pour masquer l'incompétence de l'exécutif [es].

Des citoyens ont aussi réagi à cette proposition contreversée. La journaliste et blogueuse Viviana Benitez a écrit sur son blog  Panambi News [es] (Nouvelles de Panambi):

Lo de “no responder a los intereses del país” estoy más que de acuerdo con el Mons. Medina, porque en estos casi un año de haber jurado como representantes del pueblo no han rendido informes de sus gestiones. Ojo, no estoy de acuerdo bajo ningún concepto con la disolución del Congreso, pero sí en controlar más a nuestros representantes, que en cada sesión hablan de cualquier tilinguería y poco o nada de estudios de proyectos.

Sur cette déclaration “(le parlement) ne répond pas aux attentes du pays,” je suis tout à fait d'accord avec Monseigneur Medina parce que depuis leur prestation de serment, il y a un an comme représentants du peuple, ils n'ont produit aucun rapport sur leurs activités. Qu'il soit clair que je ne suis d'accord d'aucune manière sur la dissolution du Congrès, mais je suis d'accord pour plus de contrôle sur nos représentants, qui dans chaque session (parlemenaire) traitent de sujets sans importance et guère de projets.

La blogueuse et journaliste Susana Oviedo, fournit un autre point de vue dans son blog Sobre el Punto [es] (Sur le point):

Es un referéndum la mejor manera de responder a la falta de acompañamiento que halla el Ejecutivo en el Congreso y ante su propia debilidad para lograr un mínimo de consenso en el Legislativo?

En realidad es un despropósito. Es un elemento distractor, sobre todo, en un país donde si hay algo que no varía es la pésima impresión que tienen los ciudadanos paraguayos del Congreso Nacional. Diversos estudios de opinión pública a lo largo de la transición lo vienen demostrando.

Le référendum est-il le meilleur moyen de répondre au manque de coopération que l'exécutif rencontre au congrès, et à sa propre incapacité d'obtenir un minimum de consensus avec la branche législative? En réalité, cela n'a aucun sens. C'est un élément de distraction, après tout, dans un pays où, s'il y a quelque chose qui ne change pas, c'est la déplorable impression que les citoyens paraguayens ont de leur parlement national. Plusieurs enquêtes d'opinion pendant la période de transition le prouvent.

C'est M. Miguel López Perito, l'aide de camp du président Lugo, qui a nié avoir jamais demandé l'organisation d'un référendum, mais a affirmé qu'ils étaient juste “en train d'en examiner la possibilité”. Cependant, il a insisté sur le fait que “les citoyens ont toujours le droit de faire appel à toute possibilité d'exprimer leurs critiques sur les représentants de leur gouvernement.”

Le seul point de consensus auquel ont abouti les citoyens paraguayens dans ce débat est qu'ils sont loin d'être satisfaits du travail de leur parlement. Un référendum pour découvrir cela, ne semble pas si nécessaire après tout.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site