Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Caraïbes, États-Unis : Les hommages au “roi de la pop”

Malgré la controverse auquel il était en proie pendant la dernière partie de sa vie excentrique [en anglais], la mort soudaine et inopinée de l'artiste américain Michael Jackson, surnommé “The King of Pop” [en anglais] (“Le roi de la pop” en français), a touché des millions de gens autour du monde — et les Caraïbes ne font pas exception. Les blogueurs de la région présentent leurs respects…

Guyana Media Arts [en anglais] appelle Michael Jackson “le meilleur musicien dans le monde”, et admet qu'elle n'a pas encore absorbé vraiment la nouvelle de la mort du chanteur, alors que le blogueur également guyanais The Intellectual Elite [en anglais] dit :

Je n'ai jamais compris l'obsession que beaucoup des hommes que je connais ont avec Michael Jackson.

Mais j'admets que pendant une bonne partie de mon enfance j'aimais sa musique qui, comme quelqu'un me l'a fait remarquer, a transcendé les barrières partout.

Puis je suis devenu adulte, désorienté et désabusé par sa sexualité ambiguë, sa préoccupation malsaine pour la chirurgie esthétique, et les allégations d'abus sexuels sur mineur qui continuaient à lui coller après. Comme avec un autre musicien,  je répugne à écouter Jackson, en dépit de son génie musical. Il n'y a aucun moyen de nier qu'il était un musicien très doué… mais il est difficile d'oublier ce genre d'excentricités.

Le blog bermudien de dessins humoristiques, The Devil Island [en anglais], pleure Farrah Fawcett ainsi que Michael Jackson, qui se sont éteints sur le même jour, en disant de ce dernier :

Allez. Nous avons grandi avec lui.
Ouais, il a pété les plombs à la fin, mais “I Want You Back” ? “ABC” ? “Ben” ? Ce qu'il nous a donné était bien plus.

Il était une icône. Il nous a changés.

Son compatriote Breezeblog [en anglais, comme tous les liens suivants] commente :

Michael Jackson a produit de la meilleure musique pop jamais faite… mais quel garçon bizarre.

…Mais Crushing Fools défend le chanteur :

Même si on ne connaîtra peut-être jamais la vérité sur les allégations contre Michael Jackson, pour ma part, je n'ai jamais cru qu'elles étaient vraies. Je crois que Michael était une victime de l'avidité imposée, un phénomène qui est largement répandu aujourd'hui.

Pendant ce temps, le blogueur littéraire Geoffrey Philp publie un poème émouvant [en anglais] de l'ami de Michael Jackson, Deepak Chopra, et dans un autre billet [en anglais], il se souvient de ses propres sentiments sur l'icône musicale :

Michael Jackson était né pour chanter, il était né pour allumer nos âmes – pour nous montrer comment une âme incarnée pouvait s'élever.

Année après année Michael créait de la musique formidable. En Jamaïque, je restais là à une fête, attendant le moment, espérant avoir un slow quand le DJ jouerait “Got to Be There” ou “Ben”.

J'ai continué à écouter la musique de Michael quand il a joué avec mon héros Bob Marley en Jamaïque… La musique de Michael m'a suivi pendant le début de mon âge adulte, mes jours comme étudiant, mes jours en collège, mes jours de jeune marié, mes jours de jeune père — un voyage en voiture n'était jamais complet sans une chanson de Michael Jackson.

Et, oui, il y avait les moments sombres dans sa vie. Il est parti maintenant disparu, donc ils ne le suivront pas dans sa vie prochaine.

Et si l'envie de juger en prend malgré tout quelqu'un, écoutez “Human Nature” encore une fois.

D’ autres blogueurs jamaïcains contribuent aussi. Stunner's Afflictions : “Une autre grande icône de notre génération est décédée” ; Girl With a Purpose : “Son album ‘Thriller’ témoignait du génie musical et théâtral de l'homme. Oui, il avait des défauts… mais l'homme était un génie musical !”

Barbados Free Press reprend son opinion :

Oui, nous savons qu'il est devenu bizarre, mais Thriller par Michael Jackson est encore un de nos préférés et nous nous souvenons de lui comme il était – pas comme il est devenu.

Pendant que le blogueur de diaspora Doan Mind Me dit :

Est-ce qu'on se rappelle l'époque où Michael était une icône de la pop plutôt que de la chair pour la presse populaire ?

À la fin il était plus un croque-mitaine que danseur, plus monstre que héros… plus caricature que modèle à imiter, mais il y a eu une époque où Michael était apparemment une inspiration cool pour les Noirs et était adoré par tout le monde.

Sans Michael il n'y aurait ni Puffy, ni Jay Z, ni Chris Brown, ni Ushers.

Et bon sang il savait danser !

Beaucoup des histoires de “snif snif il me manque” qui circuleront dans les jours à venir seront un monceau de conneries et d'hypocrisie et viendront des gens qui, il y a deux jours, très probablement débinaient ou tournaient en ridicule le vieux.

Repose en paix, Michael ; sois moins inquiet maintenant que dans ta vie.

Ses sentiments sont bien assortis à ceux de Living in Barbados, qui écrit :

Alors, d'un garçon qui nous semblait un phénomène doué, nous avons fini avec un homme, qui s'était transformé en monstre. Cependant, il a encore produit de la musique sensationnelle et il a dansé comme personne d'autre. J'espère simplement que quels que fussent ses démons avec lesquels il devait vivre, ils ont maintenant trouvé la paix.

De Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Abeni dit :

C'est simplement injuste que MJ ne soit plus parmi nous. Je me sens mal et je ne suis même pas la personne qui est très affectée par les célébrités. Je suis simplement choquée. Mais finalement, paix au Roi de la Pop. Repose en paix MJ, la musique vivra pour toujours.

Le musicien caribéen Rasheed Ali, qui a rencontré une fois le chanteur légendaire, se souvient :

En 1977, j'ai eu le plaisir distinct de rencontrer et de parler avec Michael Jackson. Je le plaignais parce qu'il me semblait si douloureusement timide mais sa chaleur et sa gentillesse étaient sincères.

Sa voix douce continuera à résonner pour toute l'éternité…

La blogueuse portoricaine de diaspora Liza ajoute :

Michael Jackson est mort.

Je ne sais pas quoi dire d'autre qu'une partie de mon enfance est morte avec lui.

…pendant qu'aux Bahamas, Nicolette Bethel dit :

Plus Michael devenait blanc, plus il s'éloignait de moi et de mes amis. Plus qu'il s'assimilait, quelle qu'en fût la raison, plus proche il allait vers le passé. Lorsque ses cheveux ont pris feu au tournage pour Pepsi, nous avions compris que Michael, le Michael Jackson avec lequel nous avions grandi, le chanteur de “Ben” et “Got to Be There” et “She's Out of My Life”, était mort. La seule chose restante était le clone.

Mais à Michael — à tous les Michaels qu'il a été– le plus grand artiste que j'ai jamais vu.

Scavella's Blogsphere ajoute :

Quand mon mari m'a raconté…que Michael Jackson a été trouvé inanimé chez lui, ayant eu un arrêt cardiaque, je n'ai pas ressenti beaucoup de compassion pour lui.

La raison ? J'étais convaincue  depuis une vingtaine d'années que Michael Jackson est mort après Thriller, et que la personne que nous avions appelée MJ était son clone.

Mais maintenant que la nouvelle a transpiré qu'on n'a pas pu le ranimer, ça m'a frappé. C'est le garçon qui me chantait toute mon enfance.

Les blogueurs de Trinité-et-Tobago ont aussi beaucoup à dire. Tattoo publie une liste de ses cinq chansons favorites de Michael Jackson, et la fait suivre par un billet de blog plus approfondi:

Bien que nous pensions qu'il mourrait un jour, quand ce jour est venu, personne n'était prêt. Cynique ou fan, tout le monde a été frappé par une vague de panique, de peine, et de tristesse quand il a été confirmé que Jackson était mort.

Je n'ai peut-être pas connu l'homme (ou le connaissais-je par sa musique ?), je n'ai jamais peut-être rencontré l'homme (l'aurais-je voulu avec tout son comportement bizarre ?)…mais j'ai ressenti le commencement d'une petite larme pour le fait que cette grande époque d'histoire est finie. Juste quand il était sur le point d'essayer de prouver au monde qu'il pourrait renaître, comme le phénix, il n'a pas pu aller plus loin.

Islandista reste simple :

Une époque s'est terminée. Il a touché toutes nos vies.

Et c'est tout ce qu'il y a à dire.

Et alors que B.C. Pires se débat avec la réalité que le choc du meurtre d'une femme dans les locaux d'un poste de police à Trinidad “a déjà commencé à passer, dans les esprits trinidadiens, dans le domaine de la statistique…particulièrement quand les Trinidadiens ont la mort de Michael Jackson comme sujet de conversation pour la prochaine fête et la douceur du pilaf à manger”, il réussit à écrire un billet en souvenir du chanteur.

This Beach Called Life le résume dans cette façon :

Je crois que c'est seulement après sa mort que Michael Jackson a su ce que sa vie signifiait vraiment.

 

La miniature utilisée dans ce billet est de l'image “Michael Jackson” par San Sharma, utilisée sous une licence de Creative Commons. Visiter la galerie de photos de San Sharma sur flickr.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site